Philippe Mahoux

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Philippe Mahoux, né le 26 juin 1944 à Ciney, est un médecin et homme politique belge wallon, membre du PS.

Biographie[modifier | modifier le code]

Philippe Mahoux fait ses études secondaires à l'Athénée royal de Namur. Ensuite, diplômé chirurgien à l’Université catholique de Louvain, il complète sa formation comme « assistant étranger des hôpitaux de Paris » durant deux ans.

Il pratique ensuite au Centre Hospitalier Régional de Namur en tant que chirurgien, puis comme chef du service de chirurgie abdominale.

En 1979, il réalise sa première mission humanitaire à Beyrouth avec le Croissant-Rouge.

Ensuite, durant les mois d’été, il effectue régulièrement des missions à l'Étranger via le Croissant Rouge, MSF, Oxfam ou encore Solidarité socialiste[1].

En 1990, il devient sénateur. Il devient quatre ans plus tard ministre de l’Éducation et de l’Audiovisuel (1994-1996). Il revient ensuite sur les bancs sénatoriaux d’abord comme vice-président du sénat puis comme chef du groupe socialiste.

Durant la législature 1995-1999, il est vice-président et rapporteur de la commission chargée de se pencher sur l’assassinat des dix paras belges et du génocide rwandais. Les travaux se sont conclus sur un rapport remis en 1997.

Durant la législature 1999-2003, il contribue à la loi dépénalisant l’euthanasie, la loi interdisant les tests génétiques à l’embauche, la loi sur l’anti-discrimination, la loi sur la recherche sur embryons et la loi autorisant le mariage homosexuel.

Lors de la législature 2003-2007, il mène à son terme, avec l'aide de tout le groupe des parlementaires socialistes, des dossiers législatifs tels que l'interdiction des bombes à sous munitions, l'interdiction du financement des mines antipersonnel et des bombes à sous-munitions, la procréation médicalement assistée (PMA) ou encore le secret des sources.

Il est actuellement président du groupe PS au sénat.

Parcours[modifier | modifier le code]

  • Docteur en médecine
  • Assistant étranger des hôpitaux de Paris
  • Chirurgien
  • Chef de service de chirgugie abdominale – Centre Hospitalier Régional de Namur, de 1985 à 1996
  • 1988-1994 : président du Comité subrégional de l’emploi de Namur
  • 1990-1991 : sénateur provincial de Namur
  • 1991-1995 : sénateur de l’arrondissement de Namur-Dinant-Philippeville
  • 1991-1995 : membre du Conseil régional wallon
  • 1991-1995 : membre du Conseil de la Communauté française
  • 1993-1994 : membre du Conseil supérieur de l’audiovisuel de la Communauté française
  • 1994-1995 : ministre de la Communauté française, chargé de l’Éducation et de l’Audiovisuel
  • 1995-2000 : conseiller communal (Namur)
  • 1995-1999 : premier vice-président du Sénat
  • 2001-2006 : bourgmestre (Gesves)
  • Depuis 2006 : conseiller communal (Gesves)
  • Depuis le 21 mai 1995 au 25 mai 2014 : sénateur élu par le Collège électoral français
  • Depuis le 19 juillet 1999 : Président du Groupe socialiste du Sénat

Mandats politiques[modifier | modifier le code]

  • Sénateur
  • Membre du Comité des Droits de l’Homme de l’Union interparlementaire
  • Membre de l’OSCE
  • Président du Groupe socialiste du Sénat

Autres mandats[modifier | modifier le code]

  • Président de la Commission Éthique du Parti socialiste
  • Président de la Fédération Namuroise du Parti Socialiste
  • Président du G.S.A.R.A. (Groupe Socialiste d’animation et de réflexion audio-visuelles)
  • Président de Canal C – Télévision communautaire de Namur
  • Président de la Chambre wallonne de la Médiathèque de la Communauté française
  • Président de Lire et Écrire Namur (alphabétisation)
  • Vice-Président de la Fédération des Mutualités socialistes de la Province de Namur
  • Administrateur de Solidarité socialiste
  • Administrateur du Festival du Film francophone de Namur
  • Administrateur de la Fédération des télévisions locales et communautaires

Décorations[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. La liste des missions auxquelles il a participé inclut : Beyrouth (Croissant rouge, 1979), Érythrée (MSF, 1981), 1982 Tchad (MSF, 1982), Tchad (MSF, 1983), Tchad (MSF, 1984) Éthiopie (MSF, 1985), Érythrée (MSF, 1986), Israël – Palestine (OXFAM – Deux Peuples – Deux États, 1987), Surinam (MSF, 1988), Guinée (MSF, 1989), Liberia (MSF, 1990), Laos (MSF, 1991), Palestine –territoires occupés (Solidarité Socialiste, 1993), Ex-Yougoslavie (Solidarité Socialiste, 1994)

Liens externes[modifier | modifier le code]