Philippe Liewer

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Philippe Liewer[1] (1911-1948) fut, pendant la Seconde Guerre mondiale, un agent français du Special Operations Executive.

Identités[modifier | modifier le code]

  • État civil : Philippe Liewer
  • Comme agent du SOE :
    • Nom : Charles Geoffrey Mark[2] Staunton
    • Nom de guerre (field name) : « Clément » puis « Hamlet »
    • Nom de code opérationnel : SALESMAN (en français VENDEUR)
    • Autres pseudos : Marcel Lejeune (en septembre 1941) ;

Parcours militaire : SOE, section F ; grade : major.

Éléments biographiques[modifier | modifier le code]

Premières années[modifier | modifier le code]

Philippe Liewer naît le 10 mars 1911[3], à Paris. Il est le fils de Jacques et de Mathilde Léon.

Avant la guerre, il est journaliste à l'Agence Havas.

1938. Lors de la conférence de Munich, il est expulsé par Hitler parce qu'il est Juif.

1940. Il participe à la campagne de Norvège (Narvik)[4].

Première mission en France[modifier | modifier le code]

1941

Le 6 octobre, George Langelaan est arrêté au café Le Faisan, à Châteauroux. Il reconnaît être chargé d’accomplir en France une mission de renseignement et de propagande, d’avoir pressenti Philippe Liewer et d’avoir utilisé ses services. Le 11 octobre, Liewer est arrêté à son domicile, à Antibes, par la police française.

Détention[modifier | modifier le code]

Philippe Liewer fait partie du groupe d’agents du SOE emprisonnés successivement à Marseille, à Périgueux, puis à partir du 10 mars 1942 au camp de Mauzac, qui parviennent à s’échapper dans la nuit du 15 au 16 juillet 1942 (voir l'article évasion de Mauzac).

Retour en Angleterre[modifier | modifier le code]

  • Juillet. Le 16 au matin, les onze agents du SOE sont dehors et vont rentrer à Londres (voir l'article évasion de Mauzac).
  • Septembre. Le 17, Philippe Liewer, alias Staunton, arrive à Londres.

Entraînement[modifier | modifier le code]

Il suit l’entraînement, il est « commissionné », puis se déclare volontaire pour repartir en mission en France.

Deuxième mission[modifier | modifier le code]

Définition de la mission : établir un réseau dans le secteur de Rouen et du Havre. Son nom de guerre est « Clément ».

1943.

  • Mai. À la fin du mois, après de nombreux faux départs, le contact est établi avec Rouen grâce à Mme Micheline, propriétaire d’un magasin de vêtements à Paris, qui possède une succursale à Rouen.
  • Juin. Le 7, le réseau SALESMAN s’établit, principalement par l’intermédiaire de chef local, Jean Sueur. Philippe Liewer est logé par la famille Francheterre, jusqu’à la fin de cette deuxième mission.
  • Août. Le 23, Bob Maloubier « Paco » remplace Gabriel Chartrand, qui est transféré au réseau BUTLER dans la Sarthe et retournera en Angleterre début décembre. Il vient comme instructeur en armement pour le réseau de Rouen.

Rappel à Londres[modifier | modifier le code]

1944

  • Février. Philippe Liewer est rappelé à Londres. Dans la nuit du 4 au 5, un avion Hudson le ramène[6]. Il emmène avec lui Bob Maloubier qui a été blessé par une balle allemande. Ils apportent des renseignements cruciaux sur les armes V. Il rend un rapport complet sur la situation de la Seine-inférieure. Immédiatement après son départ, commence une série d’arrestations :
> Le 1er mars, un groupe des environs de Dieppe est arrêté, l'un des membres fournit le mode de passe et l'adresse de la boîte aux lettres principale du réseau, le magasin "Micheline" tenu par les époux Sueur à Rouen, 74 rue des Carmes. Une souricière est tendue. (références "Un agent secret de Churchill" de Bob Maloubier ed.Tallandier; témoignage de Jean Sueur à son retour de déportation le 29 avril 1945)
> Le 8 mars, Claude Malraux, le second de Philippe Liewer à Rouen, est arrêté.
  • Mars. Les arrestations se poursuivent :
> Dans la nuit du 8 au 9, le Dr Delbos et son épouse sont arrêtés à Deville Les Rouen.Le 9, Isidore Newman est arrêté, ainsi que Mme Devaux qui l’avait épaulé pendant huit mois[7]. D'autres arrestations ont lieu à Rouen et dans les communes avoisinantes.
> Le 10, Jean et Florentine Sueur, gérants du "Magasin "Micheline" et membres actifs du réseau sont arrêtés à leur tour, ainsi qu'Emile Savoye, chef du groupe de Louviers gérant les parachutages.
> Le 11, Roger Mayer « Jean-Pierre », le chef du groupe du Havre est arrêté et torturé par la Gestapo[8].
> Le 14 mars, les frères Raoul et Henri Boulanger, chefs du maquis des Diables Noirs à St Denis le Thiboult et spécialisés dans les réceptions de parachutages d'armes sont arrêtés avec d'autres membres de leur groupe, les épouses Boulanger seront arrêtées le 31 du même mois.

En tout, 98 membres des organisations de Rouen et du Havre sont pris et déportés en Allemagne, via Compiègne pour les hommes, et après internement à Romainville pour les femmes. La moitié mourra en déportation. Le réseau est pratiquement réduit à néant, à l’exception des groupes spécialement créés pour agir au jour J, qui ne furent pas touchés.

Troisième mission[modifier | modifier le code]

Définition de la mission : relancer le réseau SALESMAN, autour de Rouen, région stratégique à l'approche du débarquement. Il est assisté par Violette Szabo, son courrier.

  • On apprend par un message d'André Malraux que la presque totalité du réseau SALESMAN a été anéantie et que la Gestapo utilise depuis deux semaines la radio et les codes de l'opérateur Isidore Newman. L'avion de Liewer est stoppé in extremis en bout de piste : c'est les Allemands qui l'auraient accueilli à l'arrivée. Le départ est reporté[9].
  • Avril. Le 5 avril, Philippe Liewer est parachuté près de Cherbourg, avec Violette Szabo « Louise », dont c’est la première mission[10]. Ils s’occupent des familles des personnes arrêtées. Violette Szabo voyage entre Paris et Rouen pour prendre contact avec les personnes qui sont supposées avoir réchappé et en ramener à Paris. Le 30, après cette mission de trois semaines de reconnaissance, qui est un plein succès, ils rentrent en Angleterre, lors d'un ramassage par doublé de Lysander, dans l'Indre[11]. Ils rapportent à Londres des rapports sur les installations allemandes, qui se révéleront précieux pour cibler les bombardements : quartier général naval à Rouen, usines de fabrication de matériels de guerre, installations portuaires du Havre.

Quatrième mission[modifier | modifier le code]

Définition de la mission : diriger le nouveau réseau SALESMAN (appelé ici SALESMAN II), pour coordonner les maquis de la région de Limoges[12] dans les actions de sabotage des lignes de communication allemandes, après l’arrestation de Maurice Southgate. Son nom de guerre est « Hamlet ». Il est accompagné par Violette Szabo « Louise », radio et agent de liaison, dans sa deuxième mission ; le captain Bob Maloubier « Paco », saboteur, dans sa deuxième mission ; et le lieutenant Jean-Claude Guiet, opérateur-radio américain de l'Office of Strategic Services (OSS)[13].

  • Juin
> Le 5 au soir, le signal du débarquement est donné sur les ondes. Plus que jamais il est nécessaire qu’une liaison permanente soit établie entre le Haut Commandement Allié et le maquis. Il ne faudrait pas qu’à l’arrivée du major Staunton, la ruse qui a permis d’obtenir des parachutages soit éventée ! Aussi Charles Gaumondie prend les "ficelles" et devient le « colonel Charles », chargé de recevoir l’équipe[14]. Un Liberator doit la parachuter près de Sussac dans la nuit du 6 au 7 juin. Malheureusement, les signaux n’ayant pas été faits par suite d’une erreur de transmission, l’avion tourne en rond, puis revient à son point de départ. Il est pourtant capital que cette liaison soit établie. Un message radio est immédiatement envoyé à Londres pour rappeler l'urgence.
> Dans la nuit suivante, celle du 7 au 8, l’avion revient et le major Staunton ainsi que son équipe, atterrissent au terrain ORANGE, lieu dit « Le Clos », tout près du bourg de Sussac. Ils sont hébergés à Sussac, dans la maison de Mme Ribiéras[14].
> Le 10, près de Salon-la-Tour, Violette Szabo est arrêtée.
> Le 11, Staunton prend contact avec le maquis BISTROT (600 hommes, plus 200 gendarmes qui l’avaient rallié le jour J), peu armé et mal entraîné. En trois semaines, il va organiser, entraîner, armer et susciter la formation de bandes de saboteurs pour attaquer les objectifs qui ont été négligés le jour J. Les lignes de chemins de fer de Paris-Limoges, Paris-Bordeaux et Paris-Toulouse sont soumises à des attaques constantes et rendues inutilisables pour le trafic ennemi. L’alimentation électrique de la base de sous-marins à Rochefort est coupée. Lorsqu’il découvre que l’ennemi perfectionne la technique de réparation ferroviaire en utilisant une seule voie, Staunton fait dérailler deux trains à Salon-la-Tour, bloquant ainsi la voie pendant deux mois.
  • Juillet.

Dans la deuxième quinzaine de juillet, les hommes de Staunton sont attaqués dans la zone de Châteauneuf[16] par 1800 SS, 700 soldats et 500 Français. 250 ennemis, dont 12 officiers sont tués, contre 32 Français seulement.

  • Août.
> Le 2, deux nouveaux agents sont parachutés : lieutenant Edgar Lee Fraser (FURRIER), canadien-français, expert Dakota ; Joseph Albert Howard Collette « Carlos ».
> Le 10, Les Allemands essaient de faire progresser leurs convois, protégés par des trains blindés, à travers les débris, sur la ligne Salon-la-Tour. Au même moment, un train autre train blindé remonte de Brive à la rencontre du convoi. Celui-ci est attaqué par major Staunton avec ses troupes O.G. et SAS. Comme résultat, les trois convois retournent à Limoges. Au même moment, le maquis GARAGE en Corrèze déverse plusieurs centaines de rochers sur la ligne entre Uzerche et Brive-la-Gaillarde, ce qui provoque l’arrêt de l’autre train armé. Staunton a une entrevue avec le DMR[17] Eugène Deschelette « Ellipse », au cours de laquelle ils décident que les FFI en Haute-Vienne seraient placés sous le commandement conjoint de Guingouin et du commandant Huard de l’Armée secrète. À ce moment, l’effectif du maquis atteint 3000 hommes.
> Le 13, le captain Fred B. Agee « Antonin », chirurgien américain, est parachuté pour rejoindre le réseau. L’équipe Jedburgh ALEXANDER est parachutée à Saint-Gilles-les-Forêts en Haute-Vienne et prend contact avec major Staunton.
> Le 21, Staunton dirige une délégation alliée de quatre officiers qui convoque le commandant allemand de Limoges, le général Gleiniger, et obtient sa reddition inconditionnelle avec sa garnison de 1500 hommes, libérant ainsi la ville de Limoges[18]. Les trois autres sont : captain J. Guery ; captain Viguier, FFI ; captain Ch. A. Brown, US Army. La séance est présidée par Jean d’Albis, correspondant de la légation suisse.
  • Septembre. Le 16, le DMR[17] décore le major Staunton de la Croix de guerre avec citation à l’Armée. Le 30, sa mission se termine.
  • Décembre. Le 1er, il cesse de servir à la DGER.

Après la guerre[modifier | modifier le code]

1948. Il meurt brutalement d'une attaque cardiaque, à Casablanca, au Maroc. Il est inhumé à Paris, au cimetière Montparnasse, carré juif.

Reconnaissance[modifier | modifier le code]

Philippe Liewer a reçu les distinctions suivantes :

La ville de Limoges a donné son nom à une rue : la rue du Major Staunton.

Annexes[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Prononcer Lié-vert.
  2. Source : Maloubier.
  3. 1901, selon SFRoH.
  4. Bob Maloubier, Plonge..., p. 27.
  5. Il reçoit de l’aide de Mme Desvaux, une couturière, qui lui offre comme couverture un emploi d’assistant. Il s’installe dans plusieurs maisons, d’où il émet ses messages radio, allant jusqu’à s’éloigner de soixante kilomètres de Rouen, à bicyclette. Il enverra 54 messages jusqu’à son arrestation en mars 1944.
  6. Opération KNACKER organisée par Henri Déricourt ; terrain : NE d'Angers, 1 km SE de Soucelles (49) ; appareil : Hudson ; pilotes : sqn Ldr L. F. Ratcliff, Flg Offs Woolridge et Johns, Plt Off Hall ; passager amené (1) : Gerry Morel (qui a instruction de ramener Henri Déricourt à Londres, mais qui rentrera sans lui) ; passagers ramenés (9) : Philippe Liewer, Bob Maloubier, Robert Benoist, H. Borosch, Madeleine Lavigne, Limousin, Le Barbu, l'aubergiste à Tiercé et son mari. [Source : Verity, p. 292]
  7. Elle est relâchée peu après.
  8. Roger Mayer avait été recruté sur place alors qu'il était le chef du mouvement résistant "l'heure H" du Havre. Il était à la tête de 200 hommes répartis en cellules. Il prit aussi une part importante dans le sabotage dans les ateliers de réparation des composants de sous-marins allemands. Il fut impliqué dans l’incendie des stocks allemands de lin et d’avoine. En juin 1945, il revint d’Allemagne en très mauvaise santé. Il reçut la Military Cross
  9. Bob Maloubier, Plonge ..., p. 29.
  10. Ils sont parachutés à partir d'un bombardier B-24 Liberator du 429 Bomb Group "The Carpetbaggers" de la base de l'USAAF d'Harrington (Northamptonshire), qui les avait pris en charge à Tempsford. Source : [1]
  11. Ce ramassage a les caractéristiques suivantes :
    • Opération ORGANIST, agent Alexandre Schwatschko (alias « Alexander Shaw »).
    • Doublé de Westland Lysander IIIa :
      • Le V9490, codé JR-N4, piloté par le F/Lt Robert Large, amène un agent et cinq paquets, et remmène un agent, Violette Szabo.
      • Le V9748, codé JR-D3, piloté par le F/O John Perry Alcock, dont c'est la première mission opérationnelle, amène deux agents et un paquet, et remmène deux agents, dont Philippe Liewer.
    • Noms des agents amenés : Dupuis « Pharaon » et deux autres (selon Hugh Verity).
    • Décollage du terrain de Tangmere le 30 avril à 22 h 30.
    • Terrain d'atterrissage en France, dans l'Indre :
      • Version 1 : selon Hugh Verity p. 299, le terrain est situé à 7,5 km S/SE d'Issoudun, maintenant aérodrome Le Fay.
      • Version 2 : selon [2], le terrain, HERCULE, est situé à 13,5 km au S/SO de Châteauroux et à 4,250 km à l'ouest d'Arthon. Il était prévu un terrain alternatif, nom de code FORTUNE, situé à 15 km au S/SO de Châteauroux, et à 5,5 km à l'O. d'Arton.
    • Lettres de reconnaissance : AD (de l'air au sol) et BN (du sol à l'air).
    • Heure d'atterrissage en France, le 1er mai : le F/Lt. Large atterrit à 1 h 35 et le F/O John Alcock à 1 h 45.
    • Heure d'atterrissage, de retour à Tempsford, le 1er mai : le F/L Robert Large atterrit à 5 h 05 (hélice trouée par la Flak), et le F/O Alcock à 5 h 10 (un pneu crevé par la Flak).
  12. Cette zone de la Haute-Vienne était, dès avant le débarquement, sous le contrôle des unités du maquis. Implicitement, l’adversaire l’avait reconnu puisque le préfet, par arrêté du 24 mars 1944, l’avait déclarée zone interdite [Source : Guingouin].
  13. Guiet rentrera en Angleterre en août 1944.
  14. a et b Source Guingouin
  15. Entre Domps et Eymoutiers.
  16. S'agit-il de Châteauneuf-la-Forêt ? À Vérifier.
  17. a et b Délégué Militaire Régional.
  18. Le procès-verbal de la réunion est transcrit dans Guingouin, p. 211-214.

Sources et liens externes[modifier | modifier le code]

  • (en) Des agents du SOE en France - fiche Philippe Liewer, avec photographie
  • Fiche Philippe Liewer, avec photographie, sur le site Special Forces Roll of Honour
  • Michael R. D. Foot, Des Anglais dans la Résistance. Le Service Secret Britannique d'Action (SOE) en France 1940-1944, annot. Jean-Louis Crémieux-Brilhac, Tallandier, 2008, (ISBN 978-2-84734-329-8) / EAN 13 : 9782847343298. Traduction en français par Rachel Bouyssou de (en) SOE in France. An account of the Work of the British Special Operations Executive in France, 1940-1944, London, Her Majesty's Stationery Office, 1966, 1968 ; Whitehall History Publishing, in association with Frank Cass, 2004.
    Ce livre présente la version officielle britannique de l’histoire du SOE en France. Une référence essentielle sur le sujet du SOE en France.
  • Hugh Verity, Nous atterrissions de nuit..., préface de Jacques Mallet, 5e édition française, Éditions Vario, 2004.
  • Lt. Col. E.G. Boxshall, Chronology of SOE operations with the resistance in France during world war II, 1960, document dactylographié (exemplaire en provenance de la bibliothèque de Pearl Witherington-Cornioley, consultable à la bibliothèque de Valençay). Voir sheet 0, FIRST STEPS BY SOE TO START OPERATIONS IN FRANCE ; sheet 22, SALESMAN CIRCUIT.
  • Maurice Nicault, Résistance et Libération de l’Indre. Les Insurgés, collection Passé simple, Rover, 2003. ISBN 2-908670-85-2. Voir p. 92-93.
  • Georges Guingouin, Quatre ans de lutte sur le sol limousin, coll. La Libération de la France, Hachette, 1974.
  • Danièle Lheureux, La Résistance « Action-Buckmaster » SYLVESTRE-FARMER avec le capitaine « Michel », Geai bleu éditions, 2001.
  • Bob Maloubier, Plonge dans l'or noir, espion !, Robert Laffont, 1986, (ISBN 2-221-04722-2).
  • Bob Maloubier et Jean Lartéguy, Triple jeu. L'espion Déricourt, Robert Laffont, 1992, (ISBN 2-221-06836-X).
  • Bob Maloubier, Agent secret de Churchill 1942-1944, préface de Jean-Louis Crémieux-Brilhac, Tallandier, 2011, (ISBN 978-2-84734-795-1).