Philippe Juvin

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Juvin.
Philippe Juvin
Philippe Juvin en février 2014.
Philippe Juvin en février 2014.
Fonctions
Député européen
En fonction depuis le 14 juillet 2009
Élection 7 juin 2009
25 mai 2014
Législature 7e et 8e Parlements européens
Maire de La Garenne-Colombes
En fonction depuis le 11 mars 2001
Prédécesseur Max Catrin
Biographie
Date de naissance 1er février 1964 (51 ans)
Lieu de naissance Orléans (France)
Nationalité Française
Parti politique UMP
PPE
Profession Anesthésiste-réanimateur

Philippe Juvin, né le 1er février 1964 à Orléans (Loiret), est un homme politique français.

Philippe Juvin est maire de La Garenne-Colombes, député européen (UMP) depuis 2009 et porte-parole de la délégation française du PPE, chef du service des urgences de l'hôpital européen Georges Pompidou (Paris) depuis février 2012, docteur en sciences, administrateur et 5e vice-président de l'Établissement public d'aménagement de la Défense Seine Arche (EPADESA) depuis 2010.

Carrière hospitalière[modifier | modifier le code]

Hôpital Beaujon[modifier | modifier le code]

Philippe Juvin est professeur des universités-praticien hospitalier, à l'Assistance publique - Hôpitaux de Paris (AP-HP) et anesthésiste-réanimateur. Il est chef du service des urgences de l’Hôpital Beaujon à Clichy en Île-de-France jusqu'en février 2012, date à laquelle il quitte son service menacé de fermeture[1].

En juin 2008, soit trois mois après avoir été élu maire de La Garenne-Colombes, Philippe Juvin effectue une mission en tant que médecin militaire auprès des forces de l’OTAN en Afghanistan sur un camp militaire français, le camp Warehouse. Pendant plusieurs semaines, il soigne civils et militaires dans un hôpital de campagne[2]. Il reçoit à l’occasion de cette mission la médaille commémorative française avec agrafe Afghanistan et la médaille de l’International Security Assistance Force par l’OTAN. Lors de ce séjour, il intervient en direct dans l'émission de radio RTL Matin le 26 juin pour évoquer la situation en Afghanistan, se félicitant du bon accueil des Français mais « effrayé par l'insuffisance des moyens de l'armée française tels que mis en exergue dans le Livre blanc du Président de la République »[3].

En janvier 2009, Philippe Juvin alors chef des urgences de l'hôpital Beaujon déclenche une polémique en affirmant dans les média que 10 000 personnes décèdent chaque année à l'hôpital du fait de l'exercice médical[4]. Pierre Coriat, le président de la commission médicale d'établissement (CME) de l'AP-HP, déclare « les chiffres sont inexacts et de nature à inquiéter faussement tous les malades qui nous font confiance »[5]. Roselyne Bachelot, alors ministre de la Santé, confirme quant à elle ces chiffres en précisant qu’ils sont issus d’une étude de 2005[6].

La commission médicale de l'hôpital Beaujon vote alors à l'unanimité une motion condamnant les prises de position de leur confrère et dénonce un mélange des genres[7],[8].

Hôpital européen Georges-Pompidou[modifier | modifier le code]

En février 2012, Philippe Juvin est nommé chef des urgences de l'hôpital européen Georges-Pompidou à Paris. Les circonstances de sa nomination font l'objet de critiques de représentants du personnel médical[9]. La nouvelle organisation est saluée par le quotidien Libération qui juge que depuis l'arrivée de Philippe Juvin, les conditions d'accueil et de soin se sont améliorées[10]. Des syndicats de médecins hospitaliers et le Mouvement de défense de l'hôpital public dénoncent un favoritisme politique ainsi que le cumul de fonctions politiques de Philippe Juvin au détriment de sa présence effective à l'hôpital. Ils réclament une enquête du ministère de la Santé[11]. Philippe Juvin est alors soutenu par le Pr Safran qui précise qu’« il a été entendu par l’ensemble des instances consultatives […] chacune de ces instances s’est prononcée favorablement pour la nomination de Philippe Juvin, selon un processus de plusieurs mois permettant réflexion et information complète de chacun de nous »[12]. Le ministère de la Santé ne donne pas de suite à la demande. Le syndicat des praticiens des hôpitaux publics (SPHP) s'était joint à l'ancien chef de service des urgences[13] pour contester devant le tribunal administratif la nomination de Philippe Juvin à la tête du service des urgences de l'hôpital européen Georges-Pompidou. Le tribunal administratif confirme le Pr Juvin dans ses fonctions en rejetant les demandes du syndicat par deux fois, en référé et par un jugement au fond : dans son 18e considérant, le jugement relève que les conditions d’exercice de la fonction de chef de service de Philippe Juvin est susceptible de révéler une incompatibilité avec son mandat législatif en cours en regard de l’article LO142 du code électoral[Note 1],[15]. Pour l'avocat du syndicat des praticiens hospitaliers, celui-ci considère que le tribunal laisse ainsi en suspens la question de l'incompatibilité des mandats, et donne la possibilité à tout électeur de saisir le Conseil d'État pour faire constater que le mandat de député européen du Pr Juvin n'est pas compatible avec ses fonctions de chef de service[16],[17]. L'avocat du Pr Juvin conteste, quant à lui, la lecture faite par son confrère sur le cumul des fonctions, assurant disposer d'études juridiques solides validant le cumul des fonctions de chef de service, praticien hospitalier-professeur des universités (PU-PH), avec un mandat de député européen.

Carrière politique[modifier | modifier le code]

Politique municipale et départementale[modifier | modifier le code]

Conseiller municipal de La Garenne-Colombes depuis 1983, Philippe Juvin est élu maire sous l'étiquette Rassemblement pour la République (RPR) à l'issue des élections municipales de 2001, succédant à Max Catrin. La liste qu'il conduit arrive en tête au premier tour des élections municipales de 2008, avec 66,7 % des voix[18] et à nouveau au premier tour des élections municipales de 2014 avec 71,36 % des voix[19].

En octobre 2008, le conseil général des Hauts-de-Seine, sur la proposition de Philippe Juvin, décide de donner le nom de Kléber Haedens au deuxième collège en construction à La Garenne-Colombes. Le maire souhaite également donner à cet écrivain une place importante dans les programmes scolaires, et prévoit notamment de distribuer un de ses œuvres, Une histoire de la littérature française, à tous les élèves de sixième[20]. Les élus d'opposition contestent le choix d'un écrivain controversé car réactionnaire, nationaliste et royaliste, écrivant pour L'Action française et proche de Charles Maurras. Pour Philippe Juvin, Kléber Haedens « n'a jamais rien écrit de politique »[21]. Alors que la construction du collège est bien avancée, la mairie de La Garenne-Colombes organise le 26 novembre 2008 une cérémonie dite de « pose de la première pierre » à laquelle l'écrivain Jean d'Ormesson est invité[22]. Lors de cette cérémonie, une manifestation est organisée par un collectif s'opposant à ce projet[23].

Afin de tenter de faire taire la polémique née de ce choix, Philippe Juvin publie alors un article sur son blog, qualifiant de « sots » ceux qui s'étaient opposés à son projet, article retiré par la suite[24].

En décembre, huit recours en annulation sont déposés au tribunal administratif de Versailles par des enseignants et des parents d'élèves du futur collège[25]. Le président du conseil général Patrick Devedjian et la vice-présidente Isabelle Balkany demandent alors à Philippe Juvin de revenir sur sa décision[26]. En juin 2009, Philippe Juvin annonce dans la presse qu'il a demandé au conseil général de modifier le nom en « collège Champs-Philippe », du nom du quartier où l'établissement est construit[27]. La première décision du conseil général de baptiser ce collège Kléber Haedens prise le 20 octobre 2008 est donc abrogée le 6 juillet 2009 par un vote à l'unanimité du conseil général des Hauts-de-Seine, deux mois avant l'ouverture de l'établissement qui se fera sous le nom de « Collège des Champs-Philippe »[28].

Philippe Juvin est élu conseiller général des Hauts-de-Seine dans le canton de La Garenne-Colombes en 2004. Lors de la succession de Nicolas Sarkozy, élu président de la République en 2007, il pose sa candidature pour la présidence du département en se présentant comme « le candidat de la jeunesse et du renouveau »[29]. Après l'élection de Patrick Devedjian à la présidence du conseil général des Hauts-de-Seine en 2007, il reste neuvième vice-président chargé de la cohésion sociale, de la solidarité et du handicap jusqu'en 2009, date à laquelle il abandonne ce mandat pour entrer au Parlement européen. Isabelle Caullery lui succède au conseil général.

Le 16 octobre 2009, le tribunal de grande instance de Paris déboute Philippe Juvin de sa démarche qui visait à faire interdire pour trouble illicite le blog humoristique Le pot rouge et à connaitre l'identité du ou des responsables de ce site qui présente Philippe Juvin avec un pot de fleur sur la tête en allusion à la maison Raynaud (Mastaba I) contenant un monumental pot rouge[30] achetée par la commune quelques années plus tôt pour 1,8 million d'euros[31]. Le tribunal de Paris condamne également la commune de La Garenne-Colombes à verser 1 500 euros à Courrier International, l'hébergeur du blog attaqué[32].

En novembre 2009, le conseil municipal de la commune donne un avis favorable au projet d’intégration du quartier des Champs-Philippe au sein de l'Établissement public pour l'aménagement de la région de la Défense (EPAD) après avoir obtenu de la part de la direction de cet établissement des assurances verbales concernant le maintien de la souveraineté de la commune sur les projets de la ZAC du quartier des Champs-Philippe[33].

En 2010, le quartier des Champs-Philippe — qui couvre un quart du territoire de la commune[34] — passe donc sous le contrôle de l'Établissement public ; le maire Philippe Juvin est nommé vice-président et administrateur de cet établissement devenu en 2010 l'Établissement public d'aménagement de la Défense Seine Arche (EPADESA). Concernant les craintes de certains (50 familles concernées) après les expropriations de voir leur quartier appartenir à la Défense[35], Philippe Juvin prend l’engagement qu’il n’y aurait jamais de tour construite dans ce quartier, contrairement à certains projets[36],[37]. En 2011, « Les Champs-Philippe, un village dans la ville » remporte le prix national « art urbain », mention « qualité de la vie sociale »[38].

Politique nationale[modifier | modifier le code]

Philippe Juvin a été président de l'Union des jeunes pour le progrès (UJP) de 1989 à 1995.

Philippe Juvin est nommé administrateur de la Caisse nationale de solidarité pour l'autonomie en mai 2005[39]. Il participe à la rédaction du programme santé lors des élections de 2007 puis est nommé membre de la commission Alzheimer par le président de la République, Nicolas Sarkozy, le 3 septembre 2007. Proche de Nicolas Sarkozy et figure montante de l'UMP, il est présenté par la presse comme son médecin traitant[40],[41].

Politique européenne[modifier | modifier le code]

Philippe Juvin, 3e sur la liste d’Alain Lamassoure (pour l’Île-de-France et les Français de l’étranger) est réélu député européen lors des élections européennes du 25 mai 2014. Il avait déjà été élu en 2009[42], alors qu'il figurait en 5e position sur la liste de la majorité présidentielle dans la circonscription Île-de-France. Il a été membre de la commission « Marché intérieur, protection des consommateurs » et de la commission « Environnement et Santé ». Il est également vice-président de la délégation pour les relations avec l’Afghanistan et membre de la délégation pour les relations avec l’Iran.

Selon le site MEP Ranking de classement des députés européens (Members of European Parliament), Philippe Juvin était classé 66e en 2009[réf. nécessaire] ; le 21 février 2015, il est classé 71e sur les 750 députés européens pour la période depuis le 1er juillet 2014[43] et se classe en 3e place des eurodéputés français au Parlement européen[44] .On trouve aussi le rapport d'activité de Philippe Juvin comme député européen sur le site Vote Watch Europe[45]. En 2010, Philippe Juvin rédige un rapport sur l'impact de la publicité sur le comportement des consommateurs, adopté lors de la séance plénière de décembre. Le rapport porte sur les pratiques commerciales déloyales dans le domaine de la publicité et se concentre sur les problématiques liées au développement de nouvelles pratiques et technologies publicitaires. Il prévoit un ensemble de mesures destinées à renforcer le cadre législatif et non-législatif existant en la matière, dénonce les dérives liées notamment au développement de nouvelles techniques publicitaires et propose des mesures afin de mieux protéger les droits des consommateurs et des citoyens, et met l'accent sur la protection des consommateurs vulnérables ainsi que sur l'éducation et l'information des différents acteurs[46].

Il suit les projets de la Commission européenne en matière de refonte de la directive sur les essais cliniques[47]. Ce projet est très important pour les citoyens européens puisqu’il prévoit que les résultats de tous les essais cliniques (positifs ou négatifs) soient rendus publics sur un portail européen. Cette disposition allant dans le sens d’une plus grande transparence constitue une véritable rupture puisque, jusqu'ici, de nombreux essais cliniques, particulièrement les essais dont les résultats étaient négatifs, comportaient trop d'effets indésirables, ou inadaptés à une prescription différente à celle prévue initialement n'étaient pas publiés[48]. Ce projet de modification rencontre néanmoins un forte opposition de la part des industriels du secteur qui, par l’intermédiaire de Philippe Juvin, tentent d’intervenir dans le sens de leurs uniques intérêts en mettant en avant : « la confidentialité à caractère commercial et la préservation des intérêts économiques légitimes des promoteurs »[49]. Le 29 mai 2013, le rapport relatif aux essais cliniques de médicaments à usage humain a été adopté à l'unanimité en Commission de l'environnement du Parlement européen. Philippe Juvin, « rapporteur fictif »[Note 2] pour le PPE sur la législation, estime alors que le rapport constitue un grand pas pour la recherche clinique en Europe[50]. Philippe Juvin a obtenu que les délais de mise en œuvre des essais cliniques soient raccourcis (25 jours au lieu de 60 en moyenne aujourd'hui). Il a également fait adopter des dispositions spécifiques aux essais en situation d'urgence afin d'en faciliter la réalisation sans l'accord immédiat du patient, et a obtenu qu'un régime particulier, allégé, soit mis en place pour les essais cliniques à faible intervention. Ce règlement a fait l'objet de négociations en trilogue (Parlement, Conseil, Commission), qui se sont finalisées en décembre 2013. Le rapport est soumis aux députés européens pour adoption finale lors de la session plénière d'avril 2014[51].

Il a été chargé par la délégation française du PPE de suivre le projet de mise en place d’un corps européen de protection civile[52].

Il est enfin le coprésident du groupe de réflexion sur l’avenir d’Internet (Internet Today and Tomorrow Group)[53].

En mai 2012, l'adoption du rapport relatif à la stratégie de renforcement des droits des consommateurs vulnérables sur lequel Philippe Juvin a travaillé en tant que rapporteur fictif[Quoi ?], a contribué à la réflexion entamée par la Commission européenne sur la protection des consommateurs vulnérables[54]. Philippe Juvin a notamment mis en avant la diversité des formes de vulnérabilité (individu, situation, environnement, etc.) et a obtenu que le texte renforce la protection de ces consommateurs tout en insistant sur la nécessaire coopération avec les professionnels qui doivent être responsabilisés à cet égard.

Le 25 janvier 2011, approché par le groupe pétrolier Total[55], il exerce son droit d'opposition et bloque le fonctionnement de la Commission européenne, voulant ainsi « mettre un frein à la frénésie des normes imposées par la Commission ». Il dénonce une décision du 15 décembre 2010 ne respectant pas le principe de progressivité dans l'application du plan de réduction des émissions des gaz à effet de serre, ce qui mettrait « en danger de disparition l'industrie européenne »[56].

Philippe Juvin a été le rapporteur du projet de directive sur l'attribution de contrats de concession[57]. Ses travaux parlementaires ont permis d'aboutir à une définition commune des concessions en Europe. Il a obtenu de la Commission européenne et du Conseil que la procédure de choix d'un concessionnaire laisse une place importante à la négociation entre les pouvoirs publics et les différents candidats au contrat. Cette proposition de directive, qui a fait l'objet d'un accord en trilogue entre le Parlement européen, le Conseil et la Commission cet été, a été adoptée lors de la session plénière de janvier 2014[58].

Prises de positions et polémiques[modifier | modifier le code]

En septembre 2008, Philippe Juvin critique le traitement des Jeux paralympiques d'été par France Télévisions, qualifiant de « ségrégation » l'absence de retransmissions en direct[59]. Le groupe France télévisions annonce porter plainte pour diffamation[60]. Le 18 juin 2010, la justice déboute le groupe France Télévisions de sa plainte en diffamation[61].

En octobre 2009, en pleine polémique liée à la possible nomination de Jean Sarkozy, fils du président de la République à la tête dde l'EPAD, Philippe Juvin prend publiquement position en faveur de son élection et explique que vu que l'EPAD a toujours été présidé soit par le président du conseil général, soit par le président du groupe majoritaire, il est légitime que la présidence revienne à Jean Sarkozy qui se trouve être justement président du groupe majoritaire. En conclusion de sa démonstration, Philippe Juvin affirme que « En politique, la seule légitimité qui vaille, c’est l’élection »[62].

En octobre 2011, à l’occasion de la tenue des primaires du Parti socialiste, Philippe Juvin s’inquiète, au nom des libertés individuelles, du devenir des listes électorales et du risque de « fichage » des votants et demande des preuves de la destruction des listes[63]. Il sera moqué par le conseiller régional Christophe Borgel qui lui promet de lui faire porter « un gros sac rempli de listes broyées »[64].

En novembre 2012, lors de la controverse liée à l'élection de la présidence de l’UMP, Philippe Juvin, qui soutient la candidature de Jean-François Copé, accuse François Fillon et Alain Juppé de vouloir « déposer Copé » et compare leurs actions à un coup d'État[65].

Lors de la mise examen de Nicolas Sarkozy pour corruption active, Philippe Juvin fait partie des membres de l'UMP qui crient à « l'acharnement » et au complot en trouvant curieux qu'un juge le convoque à chaque évocation de son retour[66].

Décorations[modifier | modifier le code]

Le 15 octobre 2003, Philippe Juvin est nommé chevalier dans l'ordre national du Mérite[67] et le 10 avril 2009, chevalier de l'ordre national de la Légion d'honneur [68]. Il a également été nommé chevalier dans l'ordre des Palmes académiques dans l'Ordre des Palmes Académiques et a reçu la médaille Non Article 5 de l'OTAN au titre de l'opération de l'ISAF.

Publication[modifier | modifier le code]

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. L'article LO142 du code électoral dispose que « L'exercice des fonctions publiques non électives est incompatible avec le mandat de député »[14].
  2. La fonction de « rapporteur fictif » consiste à définir la position du groupe politique auquel le député appartient pour une directive, un règlement ou un rapport donné. Il a donc un rôle particulier sur le dossier.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Les urgences de Beaujon toujours dans l'incertitude », sur le site du quotidien Le Parisien,‎ 27 janvier 2010 (consulté le 23 février 2015).
  2. « Bibliothèque Médicis : l'Afghanistan », sur le site du sénat,‎ 19 septembre 2008 (consulté le 23 février 2015).
  3. Enregistrement de l'interview de Christophe Hondelatte dans l'émission RTL Matin, 26 juin 2008, [lire en ligne], (consulté le 25 février 2015).
  4. « Hôpital: "Ces 10 000 morts annuels sont évitables" », sur le site de l'hebdomadaire Le Journal du dimanche,‎ 10 janvier 2009 (consulté le 23 février 2015).
  5. Communiqué de la communauté médicale de l'AP-HP, 13 janvier 2009, publié sur le site de la société française de médecine d'urgence, [lire en ligne], (consulté le 25 février 2015).
  6. « Hôpital:10 000 morts accidentelles par an », sur le site du quotidien Le Figaro,‎ 13 janvier 2009 (consulté le 23 février 2015).
  7. « Vent de colère à l'hôpital Beaujon », sur le site du quotidien Le Parisien,‎ 14 janvier 2009 (consulté le 23 février 2015).
  8. « Les tontons flingueur (réédition) », sur le blog de Philippe Juvin,‎ 15 janvier 2009 (consulté le 23 février 2015).
  9. Clotilde Cadu, « Juvin à Pompidou : une nouvelle affaire Borloo-Veolia ? », sur le site du magazine Marianne,‎ 29 février 2012 (consulté le 23 février 2015).
  10. Éric Favereau, « Les urgences de Pompidou font mieux avec du neuf », sur le site du quotidien Libération,‎ 26 janvier 2015 (consulté le 25 février 2015).
  11. « Nomination critiquée du Pr Juvin (UMP) à l'hôpital Georges-Pompidou », sur le site du quotidien Le Monde,‎ 24 février 2012 (consulté le 23 février 2015).
  12. « Juvin à l’HEGP : un nomination à la régulière », sur le site du journal Le Quotidien du médecin,‎ 6 mars 2012 (consulté le 23 février 2015).
  13. Clotilde Cadu, « Juvin à Pompidou : plainte d'un syndicat de médecins », sur le site du magazine Marianne,‎ 28 mars 2012 (consulté le 23 février 2015).
  14. Art. LO142 du Code électoral.
  15. Découpage du 18e considérant du jugement du TA de Paris Juvin/Syndicat de médecins, [lire en ligne], (consulté le 25 février 2015).
  16. « Juvin maintenu », sur le site du quotidien Le Parisien,‎ 26 avril 2012 (consulté le 23 février 2015).
  17. Vincent Granier, « Nomination de philippe juvin à l'hegp: le tribunal administratif rejette le recours d'alain davido », sur le site de la société française de médecine d'urgence,‎ 27 mai 2013 (consulté le 23 février 2015).
  18. « HAUTS DE SEINE(92) -- La Garenne-Colombes », sur le site du ministère de l'Intérieur (consulté le 23 février 2015).
  19. « HAUTS DE SEINE (92) - La Garenne-Colombes », sur le site du ministère de l'Intérieur (consulté le 23 février 2015).
  20. « La tension monte à La Garenne-Colombes », sur le blog de Pierre Assouline,‎ 24 novembre 2008 (consulté le 23 février 2015).
  21. Zineb Dryef, « Un collège peut-il porter le nom d'un écrivain réactionnaire ? », sur le site d'information Rue89,‎ 23 octobre 2008 (consulté le 23 février 2015).
  22. Pose de la 1e pierre du collège Kléber Haedens, mercredi 26 novembre 2008, dossier de presse publié par la mairie de La Garenne-Colombes, [lire en ligne], (consulté le 25 février 2015).
  23. « JT de France 3 : inauguration du collège Kleber Haedens » [vidéo], sur le site Dailymotion d'hébergement, de partage et de visionnage de vidéo en ligne,‎ 26 novembre 2008 (consulté le 23 février 2015).
  24. « Collège Kleber Haedens », sur le blog de Philippe Juvin,‎ 10 novembre 2008 (consulté le 23 février 2015).
  25. « Pas de collège « Kléber-Haedens » à La Garenne-Colombes », sur le site du quotidien Le Parisien,‎ 20 Juin 2009 (consulté le 25 février 2015).
  26. « Le futur collège ne s'appellera pas Kléber-Haedens », sur le site du quotidien Le Parisien,‎ 20 Juin 2009 (consulté le 25 février 2015).
  27. « 92 : Pas de collège Kléber-Haedens », sur le site du quotidien Le Figaro,‎ 20 Juin 2009 (consulté le 25 février 2015).
  28. Rapport no 09.455 CP - Dénomination d'un collège à La Garenne-Colombres, Conseil général des Hauts-de-Seine, 29 juin 2009, [lire en ligne], (consulté le 25 février 2015).
  29. Frédéric Mouchon, « La succession de Sarkozy s'organise au conseil général », sur le site du quotidien Le Parisien,‎ 11 mai 2007 (consulté le 25 février 2015).
  30. « page d'accueil », sur le site de la maison Raynaud (Mastaba I) (consulté le 25 février 2015).
  31. « La Gauche garennoise contre le musée d'art contemporain à La Garenne-Colombes », sur le blog de l'UMP La garenne-Colombes,‎ 22 décembre 2006 (consulté le 25 février 2015).
  32. Le blog qui continue à narguer la mairie, in le quotidien Le Parisien, 6 octobre 2009, [lire en ligne], (consulté le 25 février 2015).
  33. « Interview de Philippe Chaix, Directeur général de l'Etablissement Public d'Aménagement de la Défense (EPAD). » [vidéo], sur le site Dailymotion d'hébergement, de partage et de visionnage de vidéo en ligne,‎ 30 octobre 2009 (consulté le 25 février 2015).
  34. « La Garenne-Colombes soutient le projet de fusion », sur le site du quotidien Le Parisien,‎ 3 novembre 2009 (consulté le 25 février 2015).
  35. « Les expropriés des Champs-Philippe veulent plus d'argent », sur le site du quotidien Le Parisien,‎ 30 septembre 2010 (consulté le 25 février 2015).
  36. « Le quartier des Fauvelles à La Garenne-Colombes (projet Dubus_Richez) », sur le site d'Olivier Marquet, architecte urbaniste (consulté le 25 février 2015).
  37. « Il n'y aura pas de tour de la Défense aux Champs-Philippe », sur le site du quotidien Le Parisien,‎ 26 octobre 2009 (consulté le 25 février 2015).
  38. « Prix national urbain 2011 », sur le site de l'association pour la promotion de l'art urbain (consulté le 25 février 2015).
  39. « Le secrétaire national aux fédérations professionnelles », sur le site des fédérations UMP (consulté le 25 février 2015).
  40. « Dr Philippe Juvin : Le médecin traitant de Sarko », sur le site du magazine Le Point,‎ 29 juin 2006 et 17 janvier 2007 (consulté le 25 février 2015).
  41. Pierre-Yves Lautrou, « Le système Sarkozy : ses hommes clefs », sur le site du magazine L'Express,‎ 8 février 2007 (consulté le 25 février 2015).
  42. « Communiqués de presse », sur le blog de Philippe Juvin (consulté le 25 février 2015).
  43. « Philippe Juvin », sur le site mepranking.eu de classement des députés européens (consulté le 25 février 2015).
  44. « France », sur le site mepranking.eu de classement des députés européens (consulté le 25 février 2015).
  45. « Philippe Juvin », sur le site votewatch.eu d'une association belgo-britannique (consulté le 25 février 2015).
  46. « Philippe Juvin : Les pratiques marketing doivent respecter la vie privée », sur le site EurActiv, réseau de sociétés indépendantes spécialisées dans la publication d'articles sur les affaires européennes,‎ 1er décembre 2010 et 16 juillet 2014 (consulté le 25 février 2015).
  47. DIRECTIVE 2001/20/CE DU PARLEMENT EUROPÉEN ET DU CONSEIL du 4 avril 2001 concernant le rapprochement des dispositions législatives, réglementaires et administratives des États membres relatives à l'application de bonnes pratiques cliniques dans la conduite d'essais cliniques de médicaments à usage humain, Journal officiel des Communautés européennes, 1er mai 2001, [lire en ligne], (consulté le 25 février 2015).
  48. Essais cliniques : des règles plus claires et une meilleure protection, communiqué de presse du Parlement européen, 29 mai 2013, [lire en ligne], (consulté le 25 février 2015).
  49. L’Europe avale la pilule, Découpage d'un article de l'hebdomadaire Le Canard enchaîné, date non précisée, [lire en ligne], (consulté le 25 février 2015).
  50. « Oui » retentissant des eurodéputés aux nouvelles règles sur les essais cliniques, sur le site EurActiv, réseau de sociétés indépendantes spécialisées dans la publication d'articles sur les affaires européennes,‎ 30 mai 2013 (consulté le 25 février 2015).
  51. Fiche de procédure 2012/0192(COD) du Parlement européen- Essais cliniques de médicaments à usage humain, [lire en ligne], (consulté le 25 février 2015).
  52. « Intervention de philippe Juvin sur le mécanisme européen de protection civile » [vidéo], sur le site Dailymotion d'hébergement, de partage et de visionnage de vidéo en ligne,‎ 24 septembre 2012 (consulté le 23 février 2015).
  53. (en) « Data Protection: Google must comply with EU standards. Angelika Niebler and Philippe Juvin MEPs », sur le site du groupe PPE au Parlement européen,‎ 16 octobre 2012 (consulté le 25 février 2015).
  54. Fiche de procédure 2011/2272(INI) du Parlement européen- Stratégie de renforcement des droits des consommateurs vulnérables, [lire en ligne], (consulté le 25 février 2015).
  55. « Fraude informatique contrecarrée mais tension sur la directive » Europolitique, no 4124, 27 janvier 2011.
  56. Communiqué de presse du groupe du Parti populaire européen du 25.01.2011.
  57. Fiche de procédure 2011/0437(COD) du Parlement européen- Attribution de contrats de concession, [lire en ligne], (consulté le 25 février 2015).
  58. DIRECTIVE 2014/23/UE DU PARLEMENT EUROPÉEN ET DU CONSEIL du 26 février 2014 sur l’attribution de contrats de concession, [lire en ligne], (consulté le 25 février 2015).
  59. « Paralympiques: L'UMP accuse », sur le site de l'hebdomadaire Le Journal du dimanche,‎ 19 septembre 2008 et 31 octobre 2009 (consulté le 25 février 2015).
  60. « France Télévisions porte plainte en diffamation contre Philippe Juvin », sur le site du quotidien Les Échos,‎ 19 septembre 2008 (consulté le 25 février 2015).
  61. Damien Mercereau, « Philippe Juvin félicite France Télévisions », sur le site du quotidien Le Figaro,‎ 11 septembre 2012 (consulté le 25 février 2015).
  62. « Pour mettre fin à la polémique sur Jean Sarkozy », sur le blog de Philippe Juvin sur le site de l'Union européenne,‎ 16 octobre 2009 (consulté le 25 février 2015).
  63. « Philippe Juvin s'attaque aux primaires du PS », sur le site du quotidien Le Parisien,‎ 14 octobre 2011 (consulté le 25 février 2015).
  64. « La destruction des listes a commencé », sur le site du quotidien Le Monde,‎ 21 octobre 2011 (consulté le 25 février 2015).
  65. Sophie de Ravinel, « Les mafieux sont ceux qui s’affranchissent des règles », sur le site du quotidien Le Figaro,‎ 23 novembre 2012 (consulté le 25 février 2015).
  66. « Les partisans de Nicolas Sarkozy crient à « l'acharnement » et au complot », sur le site du quotidien Le Figaro,‎ 1er Juillet 2014 (consulté le 25 février 2015).
  67. Décret du14 novembre 2003 portant promotion et nomination.
  68. Décret du 10 avril 2009 portant promotion et nomination.