Philippe Ier de Montfort-Castres

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Philippe Ier et Philippe de Montfort.

Philippe de Montfort, né en Terre sainte, probablement à Sidon vers 1206, assassiné à Tyr le 17 mars 1270, fut seigneur de la Ferté-Alais, de Bréthencourt et seigneur de Castres-en-Albigeois de 1228 à 1239, seigneur de Toron de 1239 à 1257 et seigneur de Tyr de 1246 à 1270. Il était fils de Guy de Montfort, seigneur de la Ferté Alais, de Bréthencourt et de Castres et d'Helvis d'Ibelin.

Né en Terre Sainte, frère utérin de Balian de Grenier, comte de Sidon, il vint en France vers 1211 quand son père y retourna, pour aider son frère aîné Simon de Montfort, qui dirigeait la croisade des Albigeois. En 1212, son père reçut la seigneurie de Castres-en-Albigeois.

Il épousa vers 1220 Éléonore de Courtenay (1208 † 1230), fille de Pierre II de Courtenay, empereur latin de Constantinople, et de Yolande de Hainaut. Ils auront un fils, Philippe (1225 † 1270), qui lui succédera dans ses fiefs français.

Philippe Ier part en 1228 avec la sixième croisade, mais ne reste pas en Orient et rentre pour prendre possession des domaines de son père, tué lors du siège d'un château près de Pamiers. En 1239, l'appel de l'Orient se fait à nouveau sentir, il laisse ses domaines de Castres, la Ferté-Alais et Bréthencourt à son fils Philippe, tout juste majeur, et participe à une expédition croisée dirigée par Thibaud IV de Champagne et Richard de Cornouailles. Après la défaite de Gaza, en 1241, les barons rentrent en Europe, mais Philippe s'installe définitivement dans le royaume de Jérusalem, où il épouse Marie d'Antioche (1215 †), dame de Toron, fille de Raymond-Roupen, prince d'Antioche et d'Helvis de Lusignan. Marie d'Antioche avait en outre des droits sur le royaume arménien de Cilicie, mais ne put jamais les faire valoir avec succès en 1248. Philippe et Marie eurent :

Une lutte opposa peu après les barons du royaume et les partisans de l'empereur Frédéric II et Philippe prit avec son cousin Balian d'Ibelin la tête du parti des barons. Il prit la ville de Tyr, tenue par les impériaux, en 1243 et devint connétable du royaume de 1244 à 1251. En 1246, il reçoit la seigneurie de Tyr, et rejoint à Damiette la septième croisade de Saint-Louis, de 1248 à 1251. En 1256, il expulse les Vénitiens de Tyr, ce qui entraina la Guerre de Saint-Sabas. En 1257, il cède Toron à son fils Jean, devenu majeur.

À la fin de sa vie, Philippe apparaissait comme l'un des barons capable de persuader les rois européens de lancer une croisade, aussi le sultan mamelouk Baybars engagea des assassins qui le tuèrent à Tyr, le 17 mars 1270.

Précédé par Philippe Ier de Montfort-Castres Suivi par
Guy de Montfort
Armoiries Montfort-Castres.svg
seigneur de Castres
Philippe de Montfort
Marie d'Antioche
seigneur de Toron
avec Marie d'Antioche
Jean de Montfort
Domaine royal
seigneur de Tyr

Sources[modifier | modifier le code]