Philippe Gustave le Doulcet, comte de Pontécoulant

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Philippe Gustave Doulcet, Comte de Pontécoulant (1795-1874) était un astronome français.

Il était le fils cadet de Louis Gustave le Doulcet, Comte de Pontécoulant et le frère de Louis-Adolphe Pontécoulant.

Biographie[modifier | modifier le code]

Le texte suivant est extrait du Livre du Centenaire de l'École polytechnique, 1897.

Le comte Gustave Doulcet de Pontécoulant est entré à l'Ecole polytechnique en 1811, à 16 ans. Il a appartenu à l'Artillerie de terre, puis à l'État-Major ; il a été retraité, en 1849, comme colonel; il a été Pair de France : tels sont les renseignements que l'on trouve dans le répertoire de Marielle, et les dictionnaires biographiques n'en donnent guère plus. Par une confusion singulière, au moment de sa mort, en juillet 1874, les journaux le prirent pour son frère, qui avait joué un rôle important sous le premier Empire et la Restauration.

Gustave de Pontécoulant méritait un autre traitement. Ses travaux scientifiques auraient dû lui ouvrir les portes de l'Académie. Mais quelques erreurs ou négligences ont suffi à des contradicteurs ardents pour briser une carrière pleine de promesses et déjà consacrée en quelque sorte par les principaux corps savants de l'Europe, qui l'avaient nommé associé étranger (la Société Royale de Londres. l'Académie de Berlin, etc.).

Élève de l'École polytechnique, Gustave de Pontécoulant s'était pris d'une belle passion pour les sciences mathématiques. En 1829, à peine âgé par conséquent de 34 ans, il se sentait la force de commencer la publication de la Théorie analytique du système du Monde (quatre volumes in-X° : les deux, premiers ont paru en 1829, et les deux derniers en 1834 et 1836 ; une seconde édition des deux premiers a été publiée en 1856), ouvrage considérable, dont l'objet était de rassembler dans un même livre les travaux faits par les géomètres pendant un demi-siècle pour perfectionner la théorie du système du monde; avec la seule ambition de composer un ouvrage utile, facilitant l'intelligence du grand Traité de Laplace, qu'il ne pouvait être question de refaire.

L'ouvrage de Pontécoulant eut un véritable succès. Le soin que l'auteur prend de suivre Laplace, en évitant de modifier les notations consacrées par l'usage; la préférence qu'il donne aux méthodes simples et générales assurèrent cette faveur.

Mais Pontécoulant ne s'est pas borné à offrir au monde savant ce qu'on pourrait appeler une réduction de la Mécanique céleste. Le quatrième volume de son ouvrage renferme une théorie complète et nouvelle du mouvement de la Lune, méthode à laquelle les contemporains de l'auteur ne paraissent pas avoir payé un juste tribut d'éloges et qu'un juge compétent, M. Tisserand, estime parfaitement appropriée au but à atteindre.

Il ne peut être question ici de donner un aperçu des principes sur lesquels repose la méthode de Pontécoulant. Qu'il suffise de dire que Pontécoulant, par une appréciation judicieuse des besoins de la Mécanique céleste, se préoccupe moins d'inventer de nouvelles méthodes que d'utiliser de la meilleure manière les méthodes éprouvées, en poussant plus loin les développements, de manière à rapprocher toujours les résultats de l'observation de ceux que donne la théorie.

Distinctions[modifier | modifier le code]

Il était membre de l'Académie des sciences.

Divers[modifier | modifier le code]

Le cratère Pontécoulant sur la Lune a été nommé en son honneur par l'Union astronomique internationale en 1935.

Publications[modifier | modifier le code]

  • 1829-1846, "Théorie Analytique du Système du Monde", Paris.
  • 1840, "Traité élémentaire de Physique Céleste", Paris, 2 volumes.
  • 1864, "Notice sur la comète de Halley et ses apparitions successives de 1531 à 1910", Comptes rendus hebdomadaires des séances de l’Académie des sciences, 58, 706-709