Cette page est semi-protégée.

Philippe Guénin

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Philippe Guénin

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Philippe Guénin en 2012

Naissance 1965
Paris
Nationalité Drapeau de la France Français
Activités Enseignant
Autres activités Littérature, poésie, performance, photographie, vidéo, peinture
Formation Universitaire

Œuvres réputées

Chants d'Aluminium

Philippe Guénin est un poète, philosophe et artiste pluridisciplinaire français né à Paris en 1965. Son œuvre poétique est hybride : elle comporte des poèmes, des éléments de fictions et expérimente certaines formes de poésie sonore. En tant que plasticien — performance, peinture, vidéo, photographie —, il se situe dans le sillage de l'Action Painting et du body art.

Biographie

Philippe Guénin effectue des études de philosophie à Paris-I Sorbonne. Il continue à Paris-VIII. Sa thèse de doctorat en philosophie, conduite à Paris VIII en 1993 sous la direction de René Schérer, s’intitule Schizographies : vers la désintégration des mots[1]. Des réflexions sur le corps pulsionnel et le langage à partir de Nietzsche, Artaud et Bataille en constituent l’axe principal :

« Tout ne cesse de se dire dans le langage, sauf que P. Guénin taillade les gangues référentielles du langage, destitue toute pensée de son pouvoir d'annexion du langage au Logos. Tout ne cesse de se conceptualiser dans les mots de la pensée sauf que P. Guénin tente de conceptualiser la figure intangible et rejetée par les systèmes de pensée : celle du psychopathe. Plus encore, il n'accorde aucune langue commune à la philosophie et à la poésie. Les métaphores travaillent pour la plupart d'entre elles à « orgasmiser » le langage en le dotant d'un organe, anus, vagin, bouche, membre, etc., desquels les voix jaillissent. Non pas originelles d'entre toutes les origines. Mais inconsistantes, à la confluence de sa source fécale et de son « déjà-résidu » stellaire. Mais éjectées par un flux séminal. Mais éjaculées sans préméditations. Mais déjà pétrifiées, déjà putréfiées en l'autre qui l'accueille[2]. »

La revue Digraphe de septembre 1993 consacre un dossier à cette thèse ; des extraits y sont présentés au travers des articles intitulés « Vers la désintégration des mots » parus sous les plumes de Geneviève Clancy et Jean-Pierre Faye[2].

Œuvre

Son premier ouvrage Tessons de lune est publié au Mercure de France dans la collection collection « les Lettres françaises » en 1992. Les dessins sont de Colette Deblé.

La quatrième de couverture est de Martin Stanze :

« Tessons de lune ... Flux d'encre dans lesquels le corps de l'amant est simultanément mâle, animal, enfant, femme. L'amant au sexe indécis sans cesse se métamorphose dans la minéralité des mots qui le chantent, l'appellent, le crient, l'incarnent, l'essoufflent [...] Ce texte en revient au mythe de l'androgyne pour tirer ses leçons de ténèbres[3]. »

Sur Tessons de lune Hugo Marsan publie un article dans le journal Les Lettres françaises intitulé : « La mise amour » - qui est aussi le titre d'un roman de cet auteur[4].

Son deuxième livre parait en 1994, il s'agit de Chants d'Aluminium, publié dans la collection « Digraphe », Gallimard. La préface est signée Hugo Marsan :

« Guénin est aux prises avec notre langue, la saisit à bras le corps, fait rendre l’âme à cette incertitude du sexe qui, jusque dans la grammaire, se veut séparation, amoindrissement, frontière, code, jusqu’à ne plus rien vouloir dire quand on s’épuise à cette misérable répartition entre homme et femme, pénétré pénétrant, creux volume, phallus vagin… »

Pour Chant d'Aluminium Philippe Guénin est interviewé sur France Culture avec la participation de Gilbert Lascault[5].

En 2001 il publie aux éditions Bernard Dumerchez son troisième livre * Mondes récitatif (avec un CD de textes lus et accompagnés de chants diphoniques Le dessin de couverture est de Monique Kissel. « Le chant est ici fait de laisses monosyllabiques, dans les ruines des langues après la guerre (…) la litanie réfute la communication comme la communion, le chant seul peut se mordre les lèvres ». Ce livre a fait l’objet de performances de poésie sonore réalisées par l’auteur au Centre national d'art et de culture Georges-Pompidou à Paris et au C.I.P.M de la Vieille Charité à Marseille. Éric Maclos écrit un article dans la revue 100 titres pour la poésie [6].

Temps est son quatrième livre dans la collection « Poètes des cinq continents », L'Harmattan, 2007 « A chaque partie de ce livre s’ouvrent des lieux et des temps différents que viennent incarner les figures du poète, du psychopathe ou du mystique ». (quatrième de couverture). À partir de ce livre, une performance sonore a été réalisée à la Bibliothèque nationale de France à Paris dans le cadre du Marché de la Poésie 2006[7].

Anatomies du Néant est publié en 2014, il s'agit du cinquième livre de Philippe Guénin, dessin de couverture Kej, éditions Bernard Dumerchez, 2014.

Fabrice Thumerel écrit dans la revue Libr-critique :

« Dialogue, polyphonie, cut-up, poésie spatiale, écriture sismographique s’alternent pour cancériser un monde sursaturé d’images et de discours – pour nous donner à voir/entendre de curieuses anatomies du néant[8]. »

À partir de cette œuvre littéraire Philippe Guénin a réalisé une performance qui sera filmée par Paris première[9].

En 2014, Jean-Marie Corbusier écrit dans le site Recours au poème, à propos d'Anatomie du Néant :

« Les sens sont mis à nu au détriment de la raison, ce sont des pulsions non maîtrisées, la mise en exercice de fantasmes obscènes ou jugés tels. On y atteint un point d’orgue non pas par la pensée mais par l’extrême jouissance. Les parties du corps sont vues comme des objets sans affect, sans sentiment[10]. »

Il fait partie des poètes recensés par Alain Marc dans son essai Écrire le cri, préfacé par Pierre Bourgeade où sont commentés des textes de Georges Bataille du Marquis de Sade et de Vladimir Maïakovski[11].

Censure

Juin 2010

« Le site Poezibao refuse un texte de Philippe Guénin, retenu pour l’anthologie en ligne d’Alain Marc, Poésies du cri. Comme annoncé (éditorial des L.F. de juillet 2010), nous revenons sur cette affaire. […] Alain Marc, poète, essayiste, publie en ligne une anthologie intitulée Poésies du cri. Poezibao rend compte de ses travaux et, avec son accord, reprend son anthologie sur le site. Alain Marc retient un texte de Philippe Guénin extrait de son livre Tessons de lune.[...] Poezibao ne publie pas le texte, et interrompt la parution en ligne de l’anthologie… »

Philippe Guénin et Alain Marc, ont lancé en 2010 une lettre ouverte à Poezibao.
Ils ont été soutenus par Les Lettres françaises L'article est signé Eric Maclos et intitulé : Le Cri dans la Toile[12].

Participation aux revues littéraires

De 1992 à 1998, Philippe Guénin a fait partie du comité de la revue Digraphe dirigée par Jean Ristat. Publications de textes théoriques, de poèmes et de traductions, entre autres :

Digraphe

  • Systoles N°63
  • Vers la désintégration des mots N°64
  • Non lieu : la terre N°65
  • Entre-temps N°66
  • Bruits d’Avila N°70
  • Extraits des cahiers de feu N°76
  • Théâtre N°78
  • Deux échos au con d’Irène N°82
  • Divague le feu N°86

Entretiens :

Traductions :

  • Traduction du poème de François d'Assise, « Canticum fratis solis » N°79
  • Traduction du poème de Danielle Willis, « Petit déjeuner au quartier de la viande » N°84

Les Lettres françaises

À la même époque, il participe aux Lettres françaises dirigée par Jean Ristat :

  • Entretien avec Eugène Guillevic, 1992 ? ; republié dans Digraphe no 80/81 à l'occasion de son décès, 1997, p.156-9
  • Philippe Guénin participe au no 23 « Porno » d'août 1993

Le Sourire vertical

En juin 1994, il écrit dans le no 1 du Le Sourire vertical, une texte intitulé Zed-Eros, aux côtés de Marcelin Pleynet, Virgile Tavernier, Didier Delrieu, Colin Fannicet...

Performances

Notes et références

  1. Schizographies : vers la désintégration des mots : théorie, fiction, université Paris-VIII,‎ 1993, thèse de doctorat en philosophie n° 1993PA080743 — répertoriée sous OCLC 496094639, OCLC 830661072, SUDOC 041485149, SUDOC 012283762 — établie et publiée sous la direction du professeur René Schérer : 236 f ; 30 cm ; bibliographie : f. 230-236 ; publication autorisée par le jury
    « Réflexions philosophiques sur l'expérience de désintégration du langage étudiées à partir de systèmes théoriques transdisciplinaires : lieux et transformations des concepts philosophiques, théories et pratique d'écriture poétique, analyse et interprétation psychopathologiques. »
  2. a et b Geneviève Clancy (auteur), Jean-Pierre Faye (auteur) et Jean Ristat (directeur de publication), « Vers la désintégration des mots », Digraphe, Mercure de France, no 64,‎ 1993 (lire en ligne)
  3. Tesson de lune, Mercure de France,‎ 1992
  4. Hugo Marsan, La mise amour, Les Lettres françaises,‎ décembre 92, chap. 27.
  5. Entretien sur Chants d'aluminium (avec la participation de Gilbert Lascault), émission Panorama, France Culture, juin 1994 [Écouter en ligne]
  6. Éric Maclos, Mondes-récitatif, ADPF « 100 titres pour la poésie », hors série no 7, 2006 [lire en ligne]
  7. Marché de la poésie Paris [lire en ligne]
  8. Fabrice Thumerel, revue Libr-critique [lire en ligne]
  9. Paris Première, Paris 2014. Reportage diffusé en ouverture de l'émission « Paris dernière » le 24 mai 2014. Performance filmée au Village suisse
  10. Anatomies du Néant vu par Jean Marie Corbusier, Lire en ligne [1]
  11. Alain Marc (préf. Pierre Bourgeade), Ecrire le Cri, l’Écarlate,‎ 2000 (ISBN 978-2-910142-04-9)
  12. Eric Maclos - Le Cri dans la Toile, Les Lettres françaises n⁰78 (page IX) [lire en ligne [PDF]]
  13. Revue Digraphe no 70 de septembre 1994 (photo et texte Bruits d'Avila) et no 78 « la Mort de Paris VIII » d'automne 1996 (texte "Théâtre" Boudot)
  14. Philippe Guénin au cipM
  15. Reportage diffusé dans l'émission « Paris dernière » le 19 avril 2009.
  16. Reportage diffusé en ouverture de l'émission « Paris dernière » le 24 mai 2014.

Annexes

Bibliographie

Sur les écrits de Philippe Guénin

Sur la peinture de Philippe Guénin

Tableau de Philippe Guénin - Acrylic, 50x65.
  • Yvon Birster, « Philippe Guénin, l'assomption du chaos » et « Philippe Guénin, l'assomption du chaos II », article des expositions de 2008 et 2010
  • Alain Marc, partie « Première exposition » des poèmes « En regard, Sur Philippe Guénin » diffusée lors de l'exposition « L'Assomption du chaos II » de 2010
  • Yvon Birster, « Cosmographies négatives », article de l'exposition de 2011
  • Alain Marc, partie « Deuxième exposition » des poèmes « En regard, Sur Philippe Guénin » diffusée lors de l'exposition « Cosmographies négatives » de 2011
  • Yvon Birster, « Cosmographies 2012 », article de l'exposition de 2012

Sur Philippe Guénin, performeur

  • Éric Maclos, « Philippe Guénin : la mort de Paris 8 », Digraphe no 78, 1996

Liens externes