Philippe Duron

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Philippe Duron
Philippe Duron après l'annonce des résultats en 2008
Philippe Duron après l'annonce des résultats en 2008
Fonctions
Député de la 1re circonscription du Calvados
En fonction depuis le
Prédécesseur Brigitte Le Brethon
Élection
Prédécesseur Francis Saint-Ellier
Successeur Brigitte Le Brethon
Maire de Caen
Prédécesseur Brigitte Le Brethon
Successeur Joël Bruneau
Président du conseil régional de Basse-Normandie
Élection
Prédécesseur René Garrec
Successeur Laurent Beauvais
Conseiller régional de Basse-Normandie
Successeur Vincent Louvet
Maire de Louvigny
Prédécesseur Joseph Decaen
Successeur Patrick Ledoux
Conseiller général du Canton de Caen-2
Prédécesseur Serge Maillard
Successeur Michel Pondaven
Biographie
Date de naissance (66 ans)
Lieu de naissance Antony (Hauts-de-Seine)
Nationalité française
Parti politique PS
Profession Professeur agrégé d'Histoire

Philippe Duron, né le à Antony (Hauts-de-Seine), est un homme politique français, membre du Parti socialiste. Il a été le président du conseil régional de Basse-Normandie de 2004 à 2008, maire de Louvigny de 2004 à 2008, maire de Caen de 2008 à 2014. Il est actuellement député du Calvados et président de la communauté d'agglomération Caen la Mer.

Biographie[modifier | modifier le code]

Philippe Duron naît à Antony, où sa mère, dont il porte le nom, infirmière originaire de Mondeville a été mutée. Il suit sa mère à Alençon, où elle se remarie et où il passe son enfance, et a une scolarité difficile, changeant à quatre reprises de lycée, dans l'Orne et la Sarthe. Bac à 21 ans en 1968, il suit ses études supérieures à Caen. Militant à la Fédération de l'Éducation nationale après son bac, il s'inscrit au Parti socialiste durant la campagne de 1981[1].

Titulaire du CAPES puis agrégé d'histoire en 1975, il devient ensuite professeur au collège de Portbail, puis au lycée de Lisieux et au lycée Augustin-Fresnel à Caen, jusqu'en 1997[2]. Il commence sa carrière politique en 1983 en devenant, dernier de la liste d'opposition, élu municipal à Louvigny et devient adjoint. En 1989, il succède à Joseph Decaen à la mairie. En 1990 et 1992, il s'engage dans des convois humanitaires pour la Roumanie[1]. Il est élu député en 1997, et est en 1999, rapporteur à l'Assemblée nationale de la loi Voynet sur l'aménagement du territoire. En 2002, il est battu aux législatives par la maire UMP de Caen Brigitte Le Brethon, de seulement 116 voix.

Élu au printemps 2003 secrétaire fédéral de compromis dans un Parti socialiste du Calvados divisé, proche d'André Ledran et du courant fabiusien, il hérite en 2004 de la tête de liste régionale PS après la défection de Jean-Pierre Godefroy, et malgré un véto du bureau national. Il bat le président sortant UMP, René Garrec, sur des terres pourtant considérées comme conservatrices, grâce à la division de la droite et une usure du pouvoir en place et malgré une alliance PRG-Verts menée par Alain Tourret. Son bon résultat marque un renforcement de la gauche dans les zones qui lui sont les plus favorables depuis les années 1970, notamment les agglomérations de Cherbourg-Octeville et de Caen, et une extension spatiale de son influence[3]. Fort de la « vague rose » aux régionales, il tente, en ces premiers temps de mandat, de développer la coopération avec les régions Bretagne et Haute-Normandie. À la tête d'une fédération calvadosienne habituée aux divisions, et d'une majorité régionale composée par une gauche plurielle, il favorise la négociation et le compromis[1].

Il retrouve son siège de député de la circonscription de Caen-Ouest le 17 juin 2007, contre Brigitte Le Brethon, avec 54,17 % des suffrages exprimés. Son suppléant comme en 1997 est Gilles Deterville, conseiller général de Caen et Président du groupe socialiste au Conseil général du Calvados.

Désigné le 8 novembre 2007 par les militants socialistes caennais pour conduire la liste PS aux municipales de mars 2008, il unit pour la première fois depuis 1971 toute la gauche pour tenter de ravir la mairie de Caen à Brigitte Le Brethon (UMP), et y parvient avec un score de 56,26 % au soir du second tour le 16 mars 2008[4]. Il quitte la présidence de la région pour cause de cumul de mandats, remplacé par Laurent Beauvais, le 3 avril 2008, et prend celle de la Communauté d'agglomération Caen la Mer le même mois, puis du Syndicat mixte Caen-Métropole. En novembre 2008, Damien Cesselin (motion Hamon) lui succède au poste de secrétaire fédéral du PS dans le Calvados, alors que le sortant soutenait Raphael Chauvois (motion Aubry)[5].

Le 8 février 2013, l'hebdomadaire Le Parisien Magazine le classe en tête des parlementaires les plus cumulards avec 4 mandats et 24 fonctions liées à ces différents mandats[6]. Le journal souligne par exemple sa fonction de « représentant de l’association de gestion de la fourrière et du refuge d’animaux de Verson » au titre de son mandat de maire de Caen[7].

En 2012 et 2013, il préside la Commission Mobilité 21, chargée de prioriser pour le Gouvernement les projets d'infrastructure de transport. Son rapport remet en cause la place du TGV et préconise au contraire l'entretien et l'amélioration du réseau ferré existant[8].

Mandats[modifier | modifier le code]

Mandats actuels[modifier | modifier le code]

Anciens mandats[modifier | modifier le code]

  • Conseil municipal de Louvigny (Calvados)
    • du 06/03/1983 au 12/03/1989 (membre)
    • du 20/03/1989 au 18/06/1995 (maire)
    • du 25/06/1995 au 18/03/2001 (maire)
    • du 19/03/2001 au 16/03/2008 (1er adjoint au Maire)
  • Maire de Caen (de 2008 à 2014)


Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c Louis Laroque, « Caen : Politoscopie - Philippe Duron se dévoile », Le Point no1884 du 23 octobre 2008
  2. Pierre-Yves Lautrou, « Philippe Duron », L'Express, 23 février 2004
  3. Pierre-Yves Lautrou, « Philippe Duron », L'Express, 29 mars 2004
  4. Municipales : À Caen, l'union de l'opposition à petits pas, Le Figaro, 26 mars 2013.
  5. Jean-Pierre Beuve, « PS : Damien Cesselin gagne par jet de l'éponge », Ouest France, 22 novembre 2008
  6. « Politique : les rois du cumul », Le Parisien,‎ 8 février 2013 (lire en ligne)
  7. « Notre top 10 des élus qui cumulent les mandats et fonctions » (consulté le 10 janvier 2014)
  8. Fabien Fournier. Pourquoi la Commission Duron condamne le TGV. Lyon Capitale, 27 juin 2013.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Précédé par Philippe Duron Suivi par
René Garrec
Président du Conseil régional de Basse-Normandie
2004 - 2008
Laurent Beauvais