Philippe Daudy

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Philippe Daudy

Naissance
Paris (16e)
Décès
Pékin (Chine)
Nationalité Française
Profession Journaliste, homme d'affaires
Activité principale écrivain, éditeur
Formation

Philippe Daudy (, Paris - , Pékin) est un journaliste, écrivain, éditeur et homme d'affaires français. Anglophile, il s'installa en Angleterre et écrivit un best-seller sur les Anglais.

Biographie[modifier | modifier le code]

Origines et jeunesse[modifier | modifier le code]

Philippe Daudy a passé son enfance en Éthiopie où son père, Bernard Daudy[1], était le médecin de la compagnie du Chemin de fer franco-éthiopien. Son père, qui avait fondé un Institut Pasteur à Tirana[2], décéde jeune d'une morsure de serpent. Paule Poggi, la mère de Philippe Daudy, se remarie en 1940 au gouverneur général des colonies, Hubert Jules Deschamps[3], qui devient ensuite professeur d'histoire à la Sorbonne et à l'Institut d'études politiques de Paris. La nièce de Philippe épousa Charles de Bourbon Busset[4].

Philippe Daudy étudie au Collège des Oratoriens de Juilly, puis à l'École pratique des hautes études.

Service dans la Résistance[modifier | modifier le code]

Pendant la Seconde Guerre mondiale, Daudy servi dans un réseau de résistance opérant dans et autour de Lyon, sous le nom de Frédéric[5]. Il fut l'un des hommes des chefs des FTP, a été blessé d'une balle[6] lors d'une attaque d'un dépôt de transport de la Gestapo à Villeurbanne et a reçu la Croix de guerre. Interviewé en 1969 dans le documentaire de Marcel Ophüls sur la France occupée, Le Chagrin et la Pitié, Daudy dira plus tard : « Au mieux la Résistance a été la première société sans classes en France. Les deux classes sont devenues compagnons d'armes, partageant les mêmes dangers, et même la mort ».

Journaliste et écrivain[modifier | modifier le code]

Après la Seconde Guerre mondiale, Daudy a travaillé comme correspondant pour l'Agence France-Presse, couvrant la Guerre civile grecque, la Guerre de Corée, l'Extrême-Orient et Josip Broz Tito en Yougoslavie. Daudy est coauteur d'un travail de premier plan sur la guerre de Corée et contribuera plus tard à l'émission de télévision Thames Television (en), documentaire d'histoire de premier plan, Korea: the Unknown War

Philippe Daudy devient directeur de collections chez Plon et Tallandier[7], et, en 1974, directeur d'Alfred Hitchcock magazine. Chez Plon, il avait créé la collection Nuit blanche à la demande de Thierry de Clermont-Tonnerre, avait convaincu Gérard de Villiers d'écrire des romans[8],[9],[10] et avait réussi à obtenir les droits des James Bond de Ian Fleming[11].

Il fonde sa propre maison d'édition et cofonde le premier prix littéraire français maintenant connu comme le Prix Décembre.

En 1989, après des recherches approfondies, Daudy a écrit le livre dont il est peut-être mieux connu dans le monde anglo-saxon, Les Anglais, une analyse du caractère affectueux nationale anglaise, qui a ensuite été traduit en anglais par sa fille Isabelle Daudy et publié en Angleterre en 1991.

Les autres activités[modifier | modifier le code]

En 1950 et 1952, Daudy organise de nouveau une exposition des peintures de Jacques Daniel à la Galerie Palmes (avec un texte de Charles Estienne sur l'invitation).

En 1966, il devient conseiller technique au cabinet de Gaston Palewski, alors président du Conseil constitutionnel.

Il fut vice-président de la Fondation Royaumont de 1971 à 1973[12], fondée par son beau-père.

Avec l'Hon. Robin Johnstone, Daudy fut fondé Honorary Secretary du Conseil franco-britannique en 1972. Il fut décoré de l'Ordre de l'Empire britannique pour ses services dans les relations anglo-françaises.

Daudy a également fabriquer son propre Armagnac à Condom et fut le précurseur du développement du tourisme de la rivière Baïse[13],[14],[15].

Famille[modifier | modifier le code]

Daudy fut marié d'abord à Janine Sommer (mariage dissous), dont il eut deux filles, Martine et Florence. Il a épousé ensuite Barbara Guidotti (mariage dissous), dont il eut une fille, Isabelle, une écrivain et psychologue basée à Toulouse (et marié à l'économiste le Professeur Paul Seabright de l'université de Toulouse).

À sa mort à Pékin le 12 mars 1994, Daudy était alors marié à sa troisième épouse, Marie-Christine Goüin (fille de l'industriel et philanthrope Henry Goüin, fondateur de la Fondation Royaumont). Par elle il a eu un fils, Clément, économiste (marié à l'artiste britannique Kate Daudy (en)), et une fille, Mathilde, chanteuse et documentariste (mariée au célèbre musicologue Marcel Pérès).

Œuvres[modifier | modifier le code]

  • Le Roi de Prusse (1960), un roman 
  • Neige à Capri (première publication en 1960, sous le pseudonyme de Paul Paoli)
  • Les Pigeons de Naples (1961, sous le pseudonyme de Paul Paoli) 
  • Bal à Bâle (1962, sous le pseudonyme de Paul Paoli) 
  • L'Amour cousu d'or (1963), un roman 
  • Les lettres d'amour: lettres à l'inconnue, lettres à Valentine Delessert. Lettres d'amitié à Stendhal, Tourguenev, etc. Lettres sur les monuments de France et leur restauration, etc (1964)
  • Naples (1964)
  • Une préface d'une édition de Prosper Mérimée (1964) 
  • Une préface de Dominique d'Eugène Fromentin (1965) 
  • Une préface des Mémoires du comte de Gramont d'Antoine Hamilton (1965) 
  • Les Amants de l'Italie (1966) 
  • La crise de la République (1967)
  • Le Vagabond de Malevie (1977, sous le pseudonyme d'Adrien Barraud) 
  • Le Criminel précautionneux (1978, sous le pseudonyme d'Adrien Barraud)
  • La mémoire d'un siecle: le vagabond de Malevie (1978)
  • La Force du Destin (1981) 
  • Les anglais : portrait of a people (1991)
  • Histoire générale de la peinture : Le XVIIe siècle 
  • Nouvelle histoire de France (avec Julien Cain) :
    • Charlemagne l'Européen (1965)
    • Le roi, le bourgeois, le seigneur: Louis VI le Gros et Louis VII, 1108-1180 (1966)
    • Les Capétiens : naissance d'une dynastie, 987-1108 (1966)
    • Le Siècle de Saint-Louis (1966)
    • Le premier Royaume de France (1966)
    • 1328-1422 (1966)
    • 1422-1483 (1966)
    • Louis XIII et Richelieu 1610-1642 (1966)
    • Naissance d'un état (1966)
    • Le royaume pacifié (1966)
    • Les ancestres de la France (1966)
    • La gloire et la fumée (1966)
    • Louis XIV et l'apogée de la monarchie 1661-1683 (1966)
    • Comment tombent les bastilles (1967)
    • La République éphémère (1967)
    • La France à l'heure impérial (1967)
    • L'Empire sous les armes (1967)
    • Le déclin 1683-1715 (1967)
    • La crise de la République (1967)
    • La monarchie ressuscitée (1967)
    • De la tribune à la guillotine (1967)
    • La chute de la royauté (1967)
    • Louis XV (1967)
    • La Royauté en redingote, le règne de Louis-Philippe, 1830-1848 (1967)
    • Les grandes heures de la Renaissance (1968)
    • La course du Soleil (1968)
    • D'une République à l'autre (1968)
    • L'installation d'une République (1968)
    • La France et la Belle Époque (1968)
    • La régence et le gouvernement de Mazarin 1642-1661 (1968)
    • La France des lumières: l'évolution sociale sous le règne de Louis XV, 1715-1774 (1968)
    • L'exil, la nuit et le retour (1968)
    • La pourpre et la politique (1968)
    • Les Églises ennemies (1968)
    • Le panache, le commerce et l'industrie (1968)
    • La montée des périls (1968)
    • Les Politiciens, conquêtes et scandales: de Gambetta à Clemenceau, 1879-1899 (1969)
    • La France convalescente: 1919-1929 (1970)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Jacques Lafitte, Qui est qui en France, 1988
  2. Jean-Pierre Dedet, Les Instituts Pasteur d'outre-mer: cent vingt ans de microbiologie française dans le monde, 2000
  3. France-Eurafrique, Numéros 278 à 291, 1978
  4. Patrick Van Kerrebrouck, Nouvelle histoire généalogique de l'Auguste Maison de France, 1987
  5. Gérard Le Marec, Lyon sous l'occupation, 1984
  6. Jean-Yves Boursier, Résistants et Résistance, 1997
  7. Paul Morand, Journal inutile: 1973-1976, 2001
  8. Gérard de Villiers, Sabre au clair et pied au plancher: mémoires, 2005
  9. Claude Mesplède, Jean-Jacques Schleret, SN, voyage au bout de la Noire: inventaire de 732 auteurs et de leurs œuvres publiés en séries Noire et Blème : suivi d'une filmographie complète, 1982
  10. L'encyclopédie de Les exploits de S.A.S. le Prince Malko Linge par Gérard De Villiers: Les aventures du Commander Serge Kovask par Georges-J. Arnaud : 1961-1982 : regard sur un genre
  11. L'Express, Numéros 797 à 809, 1966
  12. Rémy Rieffel, Les Intellectuels sous la Ve République, 1958-1990, Volume 1, 1993
  13. De grands vaisseaux de pierre au bord de la Baïse, www.ladepeche.fr
  14. Au rythme de la Baïse, www.ladepeche.fr
  15. Retour à quai pour une pionnière de la Baïse, www.ladepeche.fr

Sources[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]