Philippe Besnard (sculpteur)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Philippe Besnard, né le 18 novembre 1885 à Paris 17e [1] et mort le 2 novembre 1971 à Paris 15e[2],[3], est un sculpteur et critique d'art français.

Biographie[4][modifier | modifier le code]

Philippe Besnard a eu une enfance peu heureuse, ses parents s'étant obstinés à le placer dans des écoles d'agriculture. Sur son insistance, il commença à recevoir ses premières leçons de sculpture de sa mère Charlotte, née Dubray[5]. Plus tard, à Rome, il prit des cours avec le sculpteur Henri Bouchard. Puis, comme sa mère, il reçut des conseils d'Auguste Rodin.

Il épousa en 1921 la sculptrice Germaine Desgranges (1892-1974), fille du peintre franc-comtois Félix Desgranges et élève d'Antoine Bourdelle[3].

Il fut nommé chevalier de la Légion d'honneur.

Œuvres[modifier | modifier le code]

Philippe Besnard a eu une production diversifiée :

  • Monuments publics (monuments commémoratifs, monuments aux morts, fontaines, projets de monuments)
  • Bas-reliefs
  • Bustes et masques (65 identifiés), souvent restés dans des collections particulières
  • Personnages en pied
  • Personnages allégoriques ou mythologiques (31 identifiés)
  • Groupes
  • Sculptures religieuses (25 identifiées)
  • Médailles et médaillons
  • Sujets divers
  • Céramiques
  • Dessins (19 identifiés)
Louis Duchesne posant pour le sculpteur.




Parmi les 245 œuvres recensées[6], on peut citer :

Expositions[modifier | modifier le code]

Publications[modifier | modifier le code]

Philippe Besnard a écrit plusieurs ouvrages :

  • La Politique et les Arts, 1935, Prix Broquette-Gonin attribué par l'Académie française
  • L'Art et ses mystères (Aux sources de l'Inspiration), Les Editions Universelles, Paris 1946
  • Souvenances, publication posthume, 1974, aux Éditions de l'Université d'Ottawa, mémoires rédigés jusqu'à la fin des années 1940

Il a également donné une dizaine de conférences.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • René-Jean, « Albert et Philippe Besnard », dans L'Art belge, revue franco-belge du mouvement artistique, mars 1928.
  • L'Atelier, bulletin no 4-2008 de l'Association Le Temps d'Albert Besnard, numéro spécial Philippe Besnard, Chantal Beauvalot et al. (ISSN 1956-2462).
  • Dictionnaire Bénézit.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Dans l'hôtel particulier de son père, le peintre Albert Besnard.
  2. À l'hôpital Pasteur
  3. a et b Archives départementales de Paris en ligne, acte de naissance N° 17e/3792/1885, avec mention marginale du mariage et du décès, la date indiquée en marge est le 2 novembre 1971.
  4. Source primaire principale : Philippe Besnard, Souvenances, Éditions de l'Université d'Ottawa, 1974.
  5. Il est le petit-fils du sculpteur Vital Gabriel Dubray
  6. L'Atelier, bulletin no 4-2008 de l'Association Le Temps d'Albert Besnard, numéro spécial Philippe Besnard, Chantal Beauvalot et al. (ISSN 1956-2462)