Philippe Ébly

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Ebly (homonymie).

Philippe Ébly

Description de cette image, également commentée ci-après

Photo prise au domicile de l'auteur le 12 septembre 1983

Nom de naissance Jacques Gouzou
Activités Écrivain
Naissance 29 juillet 1920
Paris, France
Décès 1er mars 2014 (à 93 ans)
Liège, Belgique
Langue d'écriture français
Genres Fantastique
Science-fiction
Romans pour la jeunesse

Œuvres principales

Signature

Signature de Philippe Ébly

Philippe Ébly, pseudonyme de Jacques Gouzou, né le 29 juillet 1920 à Paris et mort le 1er mars 2014 à Liège[1], est un écrivain belge francophone de romans pour la jeunesse, de science-fiction et de fantastique. Ses principales séries ont été traduites en espagnol et en allemand et, pour certains ouvrages, dans d'autres langues. Sa période la plus féconde s'étend de 1971 à 1988.

Carrière chez Hachette[modifier | modifier le code]

Après avoir essuyé les refus de diverses maisons d'édition (Gallimard, Fleuve Noir Anticipation et Hachette), Philippe Ebly se remet en question. Il donne un tour plus optimiste à ses récits, cible non plus un public adulte mais la jeunesse, crée des personnages d'une grande rigueur morale, et parvient à se faire publier dans la collection Bibliothèque verte. Cette collaboration durera de 1971 à 1996.

Des débuts conquérants[modifier | modifier le code]

Il débute sa carrière en 1971 avec Destination Uruapan, premier volume de la série Les Conquérants de l'impossible - l'une de ses trois séries parues dans la Bibliothèque verte (1971 à 1996). Dans ce roman, les héros sont au nombre de quatre. Ils passeront même à cinq dans les deux volets suivants avant que l'équipe ne se stabilise à trois. Le chef naturel est Serge Daspremont, un jeune Parisien très blond, aux origines vikings. Le deuxième est Xolotl, un authentique indien de la Sierra Madre[Laquelle ?] rencontré dans le premier roman. Le dernier est Thibaut de Châlus, un jeune homme en provenance du XIIe siècle qui fait son apparition dans Celui qui revenait de loin. Enfin, une fille intégrera le groupe sur le tard. Elle s'appelle Souhi et vient du futur. L'auteur réunira dans ces histoires ses deux passions que sont l'Histoire et la Science-fiction en faisant souvent voyager ses héros dans le passé.

Cette première série aborde notamment le thème des voyages temporels et des paradoxes qui en découlent. Elle s'apparente ainsi à la science-fiction, dans le sens où l'intrusion du fantastique se fait par des moyens « scientifiques » (bain d'azote liquide duquel Thibaut ressort vivant plusieurs siècles après y être tombé, bracelets en Autinios pour voyager dans le temps, excursion sur Mars, exploration de l'intérieur d'un ordinateur…).

La Grande évasion[modifier | modifier le code]

En 1977 paraît Les Trois Portes, premier volume de la série Les Évadés du temps, sa seconde série. Les héros en sont Didier et Thierry, deux adolescents « normaux », accompagnés par Kouroun, un jeune homme issu du Pays de Ganéom, un monde parallèle, et par Noïm, créature venue du « monde invisible » aux pouvoirs étranges et qui ressemble comme un jumeau à Didier.

Si le fantastique et le thèmes du voyage dans le temps sont toujours présents, leur intrusion se fait plutôt au moyen de la magie (pouvoirs surnaturels de Noïm, utilisation d'un « muwgh » pour les voyages temporels…). Cette deuxième série relève donc davantage du fantastique, voire de la fantasy, que de la science-fiction.

Espace vital[modifier | modifier le code]

La troisième série intitulée Les Patrouilleurs de l'an 4003 relève du space-opera avec une équipe explorant une planète différente à chaque aventure, équipe mixte composée de Hina, Katia et Dogann, mais surtout de Xoni, le benjamin intrépide.

Après la Bibliothèque verte[modifier | modifier le code]

Degliame[modifier | modifier le code]

De 2002 à leur dépôt de bilan en 2005, les Éditions Degliame ont partiellement réédité ses ouvrages. Elles ont également publié le dernier volet de la série Les Conquérants de l'impossible en 2004. Enfin, Philippe Ebly publie également des nouvelles aux Éditions Averbode, reprises ensuite par les Éditions Luc Pire.

Temps Impossibles[modifier | modifier le code]

Après le dépôt de bilan des Éditions Degliame, l'auteur s'est retrouvé sans éditeur pour ses romans, une lacune qui est en train d'être comblée avec les éditions Temps Impossibles.

Une biographie intitulée Destination Philippe Ebly est sortie en avril 2007. Elle relate son parcours pour devenir écrivain, mais aussi ses méthodes de travail et des anecdotes liées à chaque roman.

Le premier inédit : Le Prisonnier de l'eau, vingtième aventure de la série Les Conquérants de l'impossible, est paru en décembre 2007 avec des illustrations de Fred Grivaud.

En mars 2009, est sorti le second inédit : Le Chien qui miaulait, vingt et unième aventure de la série Les Conquérants de l'impossible, toujours avec Fred Grivaud comme illustrateur.

Un recueil de nouvelles intitulé Sur le fleuve du temps est également prévu. On y retrouvera des personnages croisés dans Les Conquérants de l'Impossible.

Œuvre[modifier | modifier le code]

Il existe une catégorie dédiée à ce sujet : Roman de Philippe Ébly.

Parutions dans la Bibliothèque verte (Hachette)[modifier | modifier le code]

Autres parutions[modifier | modifier le code]

  • Récits Express
  • Reviens Dino... Reviens, Revue Tremplin, 1996
  • Retour Interdit, Averbode, 2002
    Réédité en 2003 aux Éditions Luc Pire
  • La Nuit des deux Jean-Paul, Averbode, 2002
  • Les Chemins du temps, Averbode, 2005
  • Le Messager 107, Averbode, 2007

Sur le site web de l'auteur, on peut lire également un texte inédit intitulé Le Druide et l'Enfant ainsi que Reviens Dino… Reviens.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Nouvelles de France, faire-part du décès de Philippe Ébly