Philippe-Charles de France

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Philippe-Charles de France

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Philippe est un des trois fils de Louis XIV vivant durant la période où le portrait de la famille fut peint, en 1670.

Titre

Duc d'Anjou

5 août 166810 juillet 1671
(2 ans, 11 mois et 5 jours)

Prédécesseur Philippe d'Orléans
Successeur Louis-François de France
Biographie
Titulature Duc d'Anjou
Dynastie Maison de Bourbon
Nom de naissance Philippe-Charles de France
Naissance 5 août 1668
Décès 10 juillet 1671 (à 2 ans)
Saint-Germain-en-Laye (France)
Sépulture Nécropole de Saint-Denis
Père Louis XIV
Mère Marie-Thérèse
Conjoint Néant
Enfants Sans postérité
Religion Catholicisme

Philippe-Charles de France, duc d'Anjou (5 août 1668 - 10 juillet 1671, est le cinquième enfant et second fils de Louis XIV et de son épouse, Marie-Thérèse.

Vie[modifier | modifier le code]

Philippe-Charles de France, né au château de Saint-Germain-en-Laye, est le second fils de Louis XIV ; il est nommé duc d'Anjou à sa naissance, titre antérieurement possédé par son oncle, Philippe d'Orléans, frère cadet de Louis XIV. Il est baptisé à la chapelle des Tuileries à Paris le 24 mars 1669[1].

En tant que fils cadet, Philippe-Charles n'était pas destiné à devenir dauphin, cependant on espérait qu'il hériterait de l'immense forture de sa cousine issue de germain Anne-Marie-Louise d'Orléans, duchesse de Montpensier, qui n'avait pas d'enfant. D'après Nancy Mitford, la reine sa mère l'avait suggéré à plusieurs reprises. Malheureusement, Anjou mourut d'une infection de la poitrine à Saint-Germain-en-Laye, la même maladie qui avait emporté sa sœur aînée Anne-Élisabeth de France six ans avant sa naissance. Après sa mort, l'apanage du duché d'Anjou revint à la Couronne et fut attribué à son frère cadet Louis-François de France. Philippe Charles fut enterré le 12 juillet 1671 à la Basilique de Saint-Denis et son cœur fut déposé à l'église du Val-de-Grâce.

À la mort de la duchesse de Montpensier en 1693, sa fortune revint à la maison d'Orléans.

Sources[modifier | modifier le code]

  1. (en) « Philippe de Bourbon », roglo.eu (consulté le 4 janvier 2012).

http://enviedhistoire.canalblog.com/archives/2006/06/24/2162048.html