Philipp zu Eulenburg

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Eulenburg.

Philipp Friedrich Alexander zu Eulenburg und Hertefeld, Graf von Sandels (Königsberg, 12 février 1847 - Liebenberg, 17 septembre 1921 (à 74 ans)), membre de la grande noblesse prussienne, était un homme politique et diplomate allemand.

Formation[modifier | modifier le code]

Il commença son cycle universitaire à Dresde, capitale du Royaume de Saxe, mais dut interrompre ses études au début de la Guerre austro-prussienne de 1866, la Saxe, comme la majorité des états germaniques, ayant pris le parti de l'Autriche contre la Prusse.

Il entra alors à l'école de guerre de Kassel qu'il quitta en 1868. L'année suivante, il fut promu lieutenant. La guerre franco-prussienne de 1870 lui permit d'obtenir la Croix de Fer.

La paix revenue, et l'Allemagne unifiée sous la présidence de la Prusse de Guillaume Ier et de Bismarck, le jeune Eulenburg entama un voyage d'un an en Orient.

De 1872 à 1875, il étudie à Leipzig, Strasbourg et Giessen où il passe avec succès son doctorat en droit.

Carrière[modifier | modifier le code]

D'abord magistrat, il abandonne bientôt le monde de la justice pour la diplomatie. Secrétaire d'ambassade à Paris pour quelques mois puis à Munich (1881), il est nommé ambassadeur de Prusse à Oldenburg en 1888, à Stuttgart en 1890, à Munich en 1891 puis à Vienne de 1893 à 1902.

Amitiés impériales : « Willy et Phili »[modifier | modifier le code]

Philip zu Eulenburg (1905)

Il obtint l'amitié du prince Guillaume de Prusse (qui devint empereur sous le nom de Guillaume II en juin 1888), de douze ans son cadet et sur lequel il exerça une grande influence, promouvant tout à la fois le principe du pouvoir personnel de l'empereur et une ligne politique modérée sur le plan extérieur.

Philip zu Eulenburg recevait souvent l'empereur dans son château de Liebenberg où il conviait également ses amis, tous membres de la grande noblesse prussienne, lesquels étaient censés venir en célibataire, l'épouse de leur hôte étant également absente. Dans cette ambiance virile et courtisane, loin du protocole de la cour et des contraintes du parlementarisme qu'il exécrait, Guillaume II dit « Willy » et Philip dit « Phili » partageaient leur goût pour la musique et les vieux récits. Fort de son ascendant sur l'empereur, Philip zu Eulenburg favorisa - entre autres nominations - l'ascension de Bernhard von Bülow au poste de chancelier.

En 1900, l'empereur éleva son ami à la dignité princière (Fürst zu Eulenburg und Hertefeld) et lui permit de porter le titre de « comte de Sandels », le beau-père du prince étant le dernier mâle de sa lignée.

Vie privée : l'affaire Harden-Eulenburg[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Affaire Harden-Eulenburg.

En 1875, Philip avait épousé à Stockholm (Suède), Augusta de Sandels, fille du dernier comte de Sandels (1853-1941) dont il eut huit enfants entre 1876 et 1886.

Cependant, en 1906, pour contrer la politique ultra-conservatrice de l'empereur, le journaliste Maximilian Harden critiqua vertement le cercle de Liebenberg accusant Eulenburg et ses comparses d'homosexualité, un délit à l'époque (cf. le Paragraphe 175 du Code pénal). L'empereur, outragé, demanda à Eulenburg de défendre son honneur et d'ester en justice. L'affaire Harden-Eulenburg fit un immense scandale qui dépassa largement les frontières de l'Empire allemand.

Eulenburg perdit son procès et l'empereur, qui s'était abstenu de soutenir son ami, le disgracia de fait. Le cercle de Liebenberg se rompit de lui-même et le prince se retira sur ses terres où il vécut dans un anonymat relatif.

Eulenburg mourut en son château de Liebenberg en 1921, trois ans après la chute de la monarchie.

L'empereur, qui ne l'avait jamais revu ni pris de ses nouvelles, avait perdu son trône et vivait lui aussi en exil.

Source[modifier | modifier le code]