Philip Habib

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Philip et Habib.
Philip Habib et son neveu Gregory Cohen dans son bureau au Département d'État des États-Unis en 1976

Philip Charles Habib (25 février, 192025 mai 1992) était un diplomate américain d'origine libanaise connu pour son travail au Vietnam et au Moyen-Orient. Le New York Times l'a décrit comme "le diplomate professionnel exceptionnel de sa génération aux États-Unis".

Ambassadeur en Corée du Sud[modifier | modifier le code]

Ambassadeur à Séoul lors de la dictature de Park Chung-hee, il joua un rôle clef pour sauver la vie de Kim Dae-jung, enlevé en août 1973 à Tokyo, en agissant pour ce faire de sa propre initiative, allant à l'encontre de la ligne de l'administration Nixon[1],[2].

Adjoint de Kissinger[modifier | modifier le code]

Il devint ensuite premier adjoint d'Henry Kissinger et secrétaire d'État adjoint chargé des affaires politiques, prônant lors d'une réunion du 3 août 1976 une ligne de critique frontale contre les dictatures du Cône sud (Pinochet, Videla, Stroessner, etc.) afin de les dissuader de mettre en œuvre la "phase 3" de l'opération Condor, c'est-à-dire les opérations d'assassinat commises à l'étranger [3]. Il s'opposait ainsi à la ligne plus modérée préconisée par Harry Schlaudemann, secrétaire d'État adjoint aux affaires interaméricaines, et de son adjoint William Luers, qui préconisaient d'avertir simplement les juntes militaires qu'ils étaient au courant des projets d'assassinat[3]. La ligne de Schlaudemann l'emporta sur celle d'Habib, et le 21 septembre 1976, l'ex-ministre d'Allende, Orlando Letelier, fut assassiné par la DINA chilienne à Washington DC[3].

Reconnaissance[modifier | modifier le code]

En 2006, Habib sera un de quatre diplomates américains qui apparaitront sur un timbre postal des États-Unis.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Donald Ranard, Kim Dae Jung's Close Call: A Tale of Three Dissidents, Washington Post, 23 février 2003
  2. Saving Kim Dae-jung: A tale of two dissident diplomats, The Boston Globe, 24 août 2009
  3. a, b et c John Dinges (2004), Les Années Condor, comment Pinochet et ses alliés ont propagé le terrorisme sur trois continents, La Découverte, 2005, 2008 p. 182 (et de façon plus générale l'ensemble du chapitre 10)