Philip Delaporte

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Philip Adam Delaporte, né en 1868 à Worms en Allemagne et mort en 1928 aux États-Unis[1] était un missionnaire protestant allemand ayant séjourné à Nauru dans le Pacifique entre 1899 et 1917[1]. .

Biographie[modifier | modifier le code]

Philip Delaporte naît en Allemagne à Worms et est envoyé étudier aux États-Unis à l'âge de 14 ans[1]. Il exerce l'activité de missionnaire à Butaritari dans les Îles Gilbert avec le soutien de la Elim Mission de Los Angeles puis en 1889 il se voit proposer un poste à Nauru par la Central Union Church of Honolulu travaillant en partenariat avec la American Board of Commissioners for Foreign Missions (ABCFM)[1]. L'île est passée sous souveraineté allemande en 1888, ce qui explique que le choix se porte sur lui[1]. Il est le premier missionnaire occidental sur l'île, il reprend la mission protestante installée à Nauru depuis une dizaine d'année par Tabuia, un pasteur Gilbertin.

Delaporte et sa femme étudient alors le nauruan et traduisent de nombreux textes (la Bible, des ouvrages de catéchisme et d'histoire de l'église chrétienne et des livres scolaires) dans cette langue.

L'arrivée du missionnaire catholique Alois Kayser, lui aussi allemand[2], se traduit par une concurrence entre missions. Les deux hommes, tous deux devenus érudits en langue et en culture nauruane entretiennent des rapports acrimonieux[1]. En revanche, il développe des liens forts avec la Pacific Phosphate Company l'entreprise toute puissante qui exploite le phosphate de Nauru et apporte à la mission de Delaporte une aide matérielle[1]. Quand Nauru passe aux mains des Australiens en 1914 au début de la Première Guerre mondiale, les Allemands sont expulsés. Delaporte part pour les États-Unis en 1917[3]. Il emmène avec lui Timothy Detudamo, un chef nauruan qui durant son séjour de trois ans en Amérique l'aidera à parachever ses travaux sur Nauru, sera consacré pasteur et deviendra à son retour l'un des grands leaders du peuple nauruan[3].

Dictionnaire allemand-nauruan[modifier | modifier le code]

En 1907, avec l'aide du linguiste nauruan Timothy Detudamo, Delaporte publie son Dictionnaire de poche allemand-nauruan (Taschenwörterbuch Deutsch-Nauruisch) contenant 65 pages consacrées aux mots et une douzaine aux expressions, le tout classé dans l'ordre alphabétique de la langue allemande. Le dictionnaire contient environ 1 650 mots allemands traduits en nauruan, souvent par des expressions ou des synonymes. Seuls 1 300 mots nauruans se trouvent dans le dictionnaire. L'ouvrage, au format poche, mesure 10,5 par 14 centimètres.

Les 32 caractères suivants forment l'orthographe des mots du dictionnaire :

Consonnes : b c d f g h j k l m n ñ p q r s t w z
Voyelles : a à â e i o ò ô ö u ù û ü

La prononciation des lettres n'est pas précisée et le lecteur doit donc la deviner.

Distribution des caractères dans le dictionnaire
Lettre Total Isolée Initiale Médiane Finale
a 2 025 4 318 1 323 380
e 1 900 0 724 967 209
i 1 497 1 382 853 261
r 877 0 58 669 150
n 876 7 18 282 569
m 735 0 146 548 41
o 691 1 80 434 176
t 630 0 115 346 169
ò 543 0 162 253 128
w 531 0 43 391 97
d 480 0 124 330 26
b 479 0 92 350 37
k 436 0 123 245 68
u 369 1 5 273 90
ñ 337 0 49 185 103
g 307 0 41 234 32
l 209 0 19 163 27
s 158 0 3 150 5
ù 154 0 5 137 12
p 104 0 29 68 7
q 64 0 14 45 5
ô 62 0 35 11 16
û 56 0 2 49 5
à 48 1 16 19 12
â 28 2 21 5 0
ü 22 0 3 17 2
ö 14 0 4 7 3
c 12 0 3 9 0
h 10 0 0 5 5
l 9 0 2 6 1
f 4 0 0 3 1
z 2 0 0 2 0
32 13 669 17 2636 8379 2637

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d, e, f et g (en) John Garrett, Footsteps in the Sea: Christianity in Oceania to World War II, Suva, editorips@usp.ac.fj,‎ 1992, 514 p. (ISBN 978-982-02-0068-5, lire en ligne), p. 275-276
  2. (en) John Garrett, Where nets were cast: Christianity in Oceania since World War II, Suva, Institute of Pacific Studies, University of the South Pacific, World Council of Churches,‎ 1997, 499 p. (ISBN 978-982-02-0121-7, lire en ligne)
    p.222-224
  3. a et b « Finding the faith », sur http://www.cwmission.org.uk, Council for World Mission,‎ 18 juin 2002 (consulté le 19 décembre 2008)