Philibert de Chalon

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Chalon.
Page d'aide sur l'homonymie Pour les autres membres de la famille, voir Maison de Chalon-Arlay.
Philibert de Chalon
sanguine du prince d'orange, recueil de Béthune
sanguine du prince d'orange, recueil de Béthune

Titre prince d'Orange
(15021530)
Autre titre seigneur de Arlay et de Nozeroy.
Arme cavalerie
Grade militaire Capitaine général
Années de service 1529 - 1530
Conflits Septième guerre d'Italie
Distinctions Ordre de la toison d'or
Biographie
Dynastie maison de Chalon-Arlay
Naissance (18 mars 1502
Lons-le-Saunier (Franche-Comté)
Décès 3 août 1530
bataille de Gavinana (Toscane)
Père Jean IV de Chalon-Arlay
Mère Philiberte de Luxembourg
Enfants Jeanne de Chalon (batarde)

Philibert de Chalon-Arlay (18 mars 1502 - 3 août 1530) est prince d'Orange, seigneur d'Arlay et seigneur de Nozeroy.

Il est le dernier représentant d'une branche cadette des comtes de Bourgogne, issue de Guillaume IV comte d'Auxonne (1090/5-1155), qui a acquis la principauté d'Orange lors du mariage de Jean IV de Chalon (? -1418) avec Marie (? -1417), fille et héritière de Raymond des Baux, prince d'Orange.

Son neveu, René de Chalon (René de Nassau-Breda), fils de sa sœur Claude, hérite à sa mort de tous ses biens, dont la principauté d'Orange, ainsi que de son nom et de ses armoiries. Ce dernier étant aussi mort sans descendant, tous ses biens patrimoniaux vont au fils de son cousin, Guillaume le Taciturne (1533-1584), ancêtre de la Maison d'Orange-Nassau et de la reine Beatrix des Pays-Bas qui règne actuellement sur les Pays-Bas.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il naît le 18 mars 1502 à Lons-le-Saunier, aujourd'hui dans le département du Jura, à l'époque dans le Comté de Bourgogne. Il était le fils de Jean IV de Chalon-Arlay et de Philiberte de Luxembourg (fille d'Antoine II de Ligny, comte de Brienne de Ligny et de Roucy). Son père meurt à 49 ans, le 8 avril de cette même année 1502, vingt-et-un jours après la naissance de Philibert qui lui succède sous la régence de sa mère. Son émancipation en 1517 donne lieu à de magnifiques célébrations qui culminent avec le tournoi de Nozeroy à la mi-septembre.

Il prend part aux grands événements de la première partie des luttes de pouvoir entre le roi François Ier de France et l'empereur germanique Charles Quint. Louvoyant d'abord entre les deux camps pour protéger son patrimoine, il prend ouvertement le parti de l'empereur en 1524. Ainsi, l'empereur l'avait élu chevalier de l'ordre de la Toison d'or dès 1516, mais le prince demanda que cette élection fût tenue secrète dans un premier temps pour ne pas provoquer l'ire du roi de France. Brantôme rapporte son changement de camp : après une incursion française dans sa principauté souveraine d'Orange, il se rendit auprès de François Ier pour plaider sa cause, mais le roi le reçut avec un tel mépris que le prince offrit ses services à l’empereur quelques mois plus tard.

Retenu en otage par les Français après sa capture par Andrea Doria devant Marseille en juillet 1524, il est libéré après la signature du traité de Madrid. Général talentueux, il s'illustrera dès lors sur le théâtre italien. Après la mort du connétable de Bourbon en 1527, il est acclamé par les troupes comme généralissime et tente d’apaiser les lansquenets protestants de Georg von Frundsberg, ainsi que les troupes espagnoles et italiennes, sans pouvoir empêcher le sac de Rome. En juin 1528, il exige du pape Clément VII, réfugié dans le château Saint-Ange, une capitulation complète, assortie d'un dédommagement de 400 000 ducats en faveur des troupes impériales.

Après la mort d'Hugues de Moncade, le 28 mai 1528, Charles Quint le nomme gouverneur et capitaine général du Royaume de Naples.

Il meurt près de Florence le 3 août 1530 à l'âge de 28 ans, lors de la bataille de Gavinana. Ses cendres sont rapatriées à Lons-le-Saunier où sa mère Philiberte de Luxembourg lui fait célébrer des obsèques grandioses.

Titres[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]