Philibert Fressinet

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Philibert Fressinet
Image illustrative de l'article Philibert Fressinet

Naissance 21 juillet 1767
Marcigny (Saône-et-Loire)
Décès 2 août 1821 (à 54 ans)
Paris
Origine Drapeau de la France France
Grade Général de division
Distinctions Baron de l'Empire
Commandeur de la Légion d'honneur
Hommages Nom gravé sous l'Arc de triomphe de l'Étoile, 17e colonne.

Philibert Fressinet, né à Marcigny (Saône-et-Loire) le 21 juillet 1767, mort le 2 août 1821 à Paris, est un général français de la révolution et de l’Empire.

États de service[modifier | modifier le code]

Il embrassa de bonne heure l'état militaire. Adjudant-général en 1797 dans les campagnes d'Allemagne, de Suisse et d'Italie en 1799. Sa conduite à la bataille de Taufers lui valut le grade de général de brigade le 25 mars 1799. Après avoir secondé Championnet en Piémont, et donné de nouvelles preuves de courage et d'habileté dans toutes les rencontrés et surtout à Gênes, au passage du Mincio et sur les bords du Tagliamento.

Sans affectation après la paix d'Amiens, il est désigné pour l’expédition de Saint-Domingue en décembre 1801, commandée par le général de division Charles Victoire Emmanuel Leclerc, beau-frère du Premier Consul Napoléon Bonaparte. Fressinet est affectée à la division du général de division Jean-François Joseph Debelle en février-mars 1802, puis à celle du général de division Jean Boudet en août. Ce fut lui qui eut la commission de conclure avec les généraux haïtiens Henri Christophe et Toussaint Louverture la négociation qui amena leur soumission. Autorisé par Leclerc à rentrer en France le 1er septembre, il prend le temps de mettre en vente ses biens le 23 octobre avant de partir, en l’occurrence une impressionnante cave à alcool.

Néanmoins, ayant trop tardé à s'embarquer, il est maintenu en activité dans l’île par le général Donatien-Marie-Joseph de Rochambeau qui vient de succéder à Leclerc en novembre à la tête de l'expédition. Il est alors chargé du commandement de la ville de Saint-Marc, qu’il sauve peu après en battant le général haïtien Jean-Jacques Dessalines, vers le 20 novembre. Le 21 novembre, Rochambeau lui témoigne sa très grande satisfaction, le cite à l’ordre de l’armée le 22 novembre et vante également les mérites de Fressinet au ministre de la Marine en décembre.

Rochambeau lui confie alors le commandement de Port-au-Prince, devenue capitale de la colonie le 18 avril 1803. Le jeune héros y épouse Marie-Adélaïde Bellanger des Boullets le 30 mai 1803, seconde fille d’un riche colon qui lui assure une importante rente en France. Il devient ainsi le beau-frère du chef de brigade Pierre Panisse, qui avait épousé l'aînée des sœurs Bellanger des Boullets. Son fils prendra le nom de Fressinet de Bellanger. Fressinet est ensuite envoyé commander la ville portuaire de Jérémie, qu’il met en coupe réglée. La place étant encerclée par des insurgés de plus en plus entreprenants, bon nombre de civils cherche à fuir, mais Fressinet n’accorde de passeport que contre pot-de-vin. En juillet 1803, alors que la ville est sur le point de tomber, il vend à des prix prohibitifs ses passeports, mais au moment de l’évacuation le 3 août, il abandonne non seulement les civils, mais également une partie de ses hommes, réservant même l’un de ses navires de transport au fruit de ses rapines !

Il est toutefois capturé par les Anglais en sortant de la rade. Conduit prisonnier à la Jamaïque, il se lance à corps perdu dans un mémoire justificatif, prévoyant à juste titre les critiques à l'égard de sa conduite. En effet, dès sa captivité en Angleterre, il est tenu à l’écart ou méprisé par les autres officiers français. L'adjudant-commandant Louis Mathieu Dembowski, apprenant l’arrivée d’un nouveau contingent de prisonniers français dans sa prison, note parmi ceux-ci le général de brigade François Nizard Charles Joseph d'Hénin « qui a fort bien fait la guerre à Saint-Domingue, et le général Fressinet dont on parle différemment ». Autorisé par ses geôliers à passer quelques mois de permission en France, l’empereur Napoléon Ier le délie de son serment de retourner se constituer prisonnier en février 1805. Par contre, il est immédiatement entendu par une cour martiale pour son abandon de Jérémie en 1805. La cour ne décide rien, et Fressinet reste libre, mais sans affectation de 1805 à 1807. Le 28 avril 1807, il est alors exilé à 40 lieues de Paris « pour des propos faits dans un lieu public mais qu’il nie avec beaucoup de constance ».

Le maréchal Louis-Alexandre Berthier tente de le faire rentrer en grâce en lui faisant rédiger un mémoire sur ses campagnes en Italie pour le compte du ministère de la Guerre le 29 mars 1809, Fressinet rentre à Paris (sans autorisation, mais sans doute avec l’accord tacite de Berthier) six mois plus tard. Dès qu’il l’apprend, Napoléon ordonne son éloignement immédiatement à 40 lieues. Berthier tente ensuite vainement le 26 septembre 1810 de faire affecter Fressinet à l’armée du Portugal que commande le maréchal André Masséna. Peu après, Marie-Adélaïde Fressinet fait une fausse couche à Paris (première semaine d’octobre 1810). Toujours à la demande de Berthier, Napoléon autorise cette fois Fressinet à venir la visiter. Durant son séjour parisien, il reçoit également son affectation à l’armée de Naples le 12 octobre. C’est le premier emploi de Fressinet depuis qu’il a été fait prisonnier devant Jérémie, en août 1803. Il sert de 1809 à 1813 à Naples et en Italie.

En 1813, les pertes de la retraite de Russie aidant, il est appelé à la Grande Armée le 20 février et fait campagne en Saxe au 11e Corps. Le 15 avril 1813 il se signala près de Magdebourg et parvint, après plusieurs combats glorieux, à opérer la jonction de l'armée du vice-roi Eugène de Beauharnais avec celle de Napoléon Ier. À la bataille de Lützen, avec une poignée d'hommes, il enleva aux Russes le village d'Ersdorf. Il est promu général de division le 6 septembre au 5e Corps, baron de l'Empire, commandeur de la Légion d'honneur (il n'était même pas légionnaire), et commandeur de l'ordre de Saint-Joseph de Wurtzbourg. Il repasse à l’armée d’Italie en janvier 1814 et combat avec distinction sur le Mincio le 8 février. Il est licencié et mis en non-activité à la première Restauration. Durant cette période, il se fit le défenseur du général de division Isidore Exelmans, accusé de conspirer avec Joachim Murat, et le fit acquitter.

Rallié à Napoléon aux Cent-Jours, il commande une division sous Decaen au Corps des Pyrénées-Orientales en mai 1815. Chef d’état-major de Davout, ministre de la Guerre en juin 1815, ce fut lui qui rédigea l'adresse énergique envoyée par l'armée sous Paris à la Chambre des représentants. La bataille de Waterloo ne l'avait pas fait désespérer du salut de la France. À la Restauration, il est proscrit et exilé.

Banni par l'ordonnance du 24 juillet 1815, il se retira à Bruxelles, passa ensuite à Buenos Aires, à Rio de Janeiro, où il connut l'ordonnance de rappel en France. Mais rentrant en France le 1er décembre 1819, il est immédiatement arrêté. Libéré au bout de trois semaines, il est officiellement mis en disponibilité de l’état-major général.

Il meurt de maladie l’année suivante.

Sources[modifier | modifier le code]

  • Charles Mullié, Biographie des célébrités militaires des armées de terre et de mer de 1789 à 1850
  • Georges Six, Dictionnaire biographique des généraux et amiraux de la révolution et de l'Empire, t. I.
  • Beaubrun Ardouin, Étude sur l'histoire d'Haïti, t. V
  • Maurice Begouën-Demeaux, Mémorial d'une famille du Havre : Stanislas Foäche (1737-1806), t. 5
  • Louis-Mathieu Dembowski (adj.-cmdt), Journal & voyage à Saint-Domingue (1802)
  • Guy Robin, La lettre de Saint-Domingue, rédigée par Pélage Marie Duboÿs
  • Laura Virginia Monti, A calendar of Rochambeau's papers at the university of Florida Libraries
  • Joseph Élysée Peyre-Ferry, Journal des opérations militaires de l'armée française à Saint-Domingue 1802-1803
  • Jan Pachonski et Reuel K. Wilson, Poland's Caribbean tragedy : a study of Polish legions in the Haïtian war of Independance, 1802-1803
  • Jacques-Alphonse Mahul, Annuaire nécrologique, ou Supplément annuel et continuation de toutes les biographies ou dictionnaires historiques, 2e année, 1821, Paris : Ponthieu, 1822, p.181-183 [1]