Philammon

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Dans la mythologie grecque, Philammon (en grec ancien Φιλάμμων / Philámmôn) est un aède, fils de Chioné et d'Apollon et donc le demi-frère d'Autolycos [1].

Mythe[modifier | modifier le code]

Dans la même nuit, Chioné, la petite-fille d'Éosphoros, s'unit au dieu Apollon, qui engendre Philammon, et au dieu Hermès, qui la rend mère d'Autolycos.

S'étant épris de la nymphe Argiope, Philammon a un fils, Thamyris. Le père comme le fils sont des musiciens réputés, talent reçu d'Apollon[1]. Le premier invente les chœurs de jeunes filles[1] et introduit les mystères de Déméter à Lerne, tandis que le second imagine de nouvelles formes musicales mais il est privé de ses dons pour avoir voulu rivaliser avec les Muses.

D'après un fragment de Phérécyde[2], c'est Philammon qui accompagnait les Argonautes et non pas Orphée[3].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c (en) « PHILAMMON », sur www.mythindex.com (consulté le 18 septembre 2010)
  2. Phérécyde, 3F26 FGrH = Scholie à Apollonios, I, 23.
  3. Voir aussi la métope des Argonautes (non cataloguée) sur le Trésor de Sicyone à Delphes, où Philammon apparait peut-être (avec Orphée). Timothy Gantz, Mythes de la Grèce archaïque, Belin,‎ 2004 [détail de l’édition], p. 610.

Source[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Joël Schmidt, Dictionnaire de la mythologie grecque et romaine, Librairie Larousse, coll. « Références Larousse », France, 1990 (3e éd. 1985).