Phare des Sept-Îles

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Phare des Sept-Îles
Le phare sur l'Île aux moines
Le phare sur l'Île aux moines

Coordonnées 48° 52′ 43″ N 3° 29′ 24″ O / 48.87861, -3.49 ()48° 52′ 43″ N 3° 29′ 24″ O / 48.87861, -3.49 ()  [1]
Pays Drapeau de la France France
Localisation Perros-Guirec, Côtes-d'Armor
Construction 1882 à 1887
Hauteur 20 m
Élévation 59 m
Portée 24 milles marins (44 km)
Feux feu blanc à 3 éclats 15s
Lanterne lampe halogène de 650 W
Aide sonore non
Électrification 1957
Automatisation août 2007
Gardienné non
Visiteurs non, depuis son automatisation

Géolocalisation sur la carte : Côtes-d'Armor

(Voir situation sur carte : Côtes-d'Armor)
Phare des Sept-Îles

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Phare des Sept-Îles

Le phare des Sept-Îles est situé sur l'île aux Moines (en breton : Enez ar Breur ou Jentilez), seule île de l'archipel des Sept-Îles où l'on peut débarquer. Il est bâti à côté des ruines d'un fort du XVIIIe siècle dont la fonction était de lutter contre le piratage et la contrebande.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le premier phare, une tour ronde, a été allumé en mai 1835 puis remplacé en 1854 par une tour carrée plus haute de 5 mètres, accolée à la première tour.

Détruit le 4 août 1944, il est reconstruit en 1949 et rallumé en juillet 1952.

Dès 1957, il utilise l'énergie éolienne pour son alimentation électrique. L'aérogénérateur est le plus puissant en service dans un phare en France.

L'archipel des Sept-Îles est une réserve ornithologique depuis 1912.

Il était l'un des derniers phares français en mer gardé et est devenu automatisé à la fin du mois d'août 2007.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Coordonnées géographiques obtenues sur le site World Lighthouse On The Air (consulter la liste). Modifiées d'après Géoportail (IGN) et CartoExploreur (Bayo, d'après cartographie IGN).