Phare de la Méditerranée

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le Phare de la Méditerranée
Le Phare de la Méditerranée
Le Phare de la Méditerranée
Géographie
Pays Drapeau de la France France
Coordonnées 43° 31′ 43″ N 3° 55′ 56″ E / 43.52854722, 3.932130556 ()43° 31′ 43″ Nord 3° 55′ 56″ Est / 43.52854722, 3.932130556 ()  
Histoire
Architecte(s) Michel Barnéoud
Guy Pédoussaud
Construction Mars 1998 - Janvier 2000
Usage(s) Palais des congrès
Hall d'exposition
Office municipal du tourisme
Restaurant panoramique tournant
Architecture
Hauteur de l'antenne 71 m
Hauteur du toit 45 m
Hauteur du dernier étage 43 m
Nombre d'étages 10
Superficie 3 240 m2
Nombre d'ascenseurs 2
Géolocalisation

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Le Phare de la Méditerranée

Le Phare de la Méditerranée est une tour d'observation de 43 mètres, située au centre de la ville française de Palavas-les-Flots, sur le littoral méditerranéen. Il est issu de la rénovation entre Mars 1998 et janvier 2000 de l'ancien château d'eau de la ville.

Ancien site[modifier | modifier le code]

Pendant longtemps, le point culminant de Palavas a été le château d'eau. Ce château d'eau en forme d'un champignon, construit de 1942 à 1943, a servi à alimenter en eau Palavas de 1943 à 1997. Son coffre de béton contenait la redoute de Ballestras, ancienne tour de défense du port au XIXe siècle, reconvertie en porte-réservoir d'eau. Il était promis à la démolition.

Projet et travaux de construction[modifier | modifier le code]

En 1990, le premier adjoint à la mairie Albert Édouard imagine la réhabilitation qui pourrait être faite du château d'eau. Le conseil municipal, autour de Christian Jeanjean, monte le projet de transformer le château d'eau en un restaurant panoramique tournant. Les architectes sont ceux de l'agence Barnéoud & Pédoussaud. Un pont promenade permettra aux visiteurs de découvrir une vue imprenable sur Palavas-les-Flots et ses et ses alentours : la Mer Méditerranée, Montpellier, Carnon, La Grande Motte, Sète. Les travaux commencent en Mars 1998. Le reservoir du château d'eau est dans un premier temps décapité. Une double couronne à encorbellement a été posée. Le "tronc", quant à lui, a été évidé pour y créer huit niveaux de bureaux et logements éclairés par la lumière de hublots percés dans le béton. Les travaux se terminent en janvier 2000. Le phare est inauguré avec l'ouverture d'un bar et devient le 40e restaurant panoramique tournant au monde, avec 200 couverts[1].

Février 1997 : Préparation du périmètre de projet

Mars 1998 : Démolition du réservoir

16 mai 1998 : Achèvement de la démolition du réservoir

Juin 1998 : Construction de la grue

Juillet 1998 : Construction de la Plate-forme

Septembre 1998 : Construction du noyau central

8 octobre 1998 : Visite avec les corps de métiers

Novembre 1998 : Pose des charpentes métalliques

13 janvier 1999 : Vœux du nouvel an

Janvier 1999 : Pose des murs rideaux

Février 1999 : Pose du plancher mobile

Mai 1999 : Pose des vitres des cages d'ascenseurs et des escaliers extérieurs

Août 1999 : Démontage de la grue

Septembre 1999 : Amémagement intérieur

Décembre 1999 : Construction de l'antenne

Janvier 2000 : Fin des travaux

Caractéristiques[modifier | modifier le code]

Cette construction compte dix étages, deux ascenseurs extérieurs de 18 places, des escaliers de secours. D'une hauteur de 45 mètres, la tour comporte une antenne longue de 34 m, faisant culminer la hauteur de la tour à 71 m. Le coût des travaux s'est élevé à 3,9 M€ HT.

Depuis 2004, une animation lumineuse enveloppe le Phare une fois la nuit tombée.

Il abrite des logements au sein de sa tour, et en sa base, un palais des congrès (salle de conférence - amphithéâtre), un hall d'exposition ainsi que les bureaux de l'office municipal du tourisme.

Il est possible d'admirer la vue au 1er étage panoramique pour 2 € - le second étant réservé au restaurant.

Sources[modifier | modifier le code]

  1. Petit littoral : guide 2010, 2e éd.

Liens externes[modifier | modifier le code]