Phare d'Eddystone

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le phare d'Eddystone actuel (1882)

Le phare d'Eddystone se dresse sur les redoutables Eddystone Rocks, dans la Manche, à 9 miles (14 km) au sud-ouest de Rame Head, dans le Sud de l'Angleterre. Bien que Rame Head se trouve en Cornouailles, les rochers sont dans le Devon.

Le phare actuel est le quatrième à être implanté sur le site. Le premier et le deuxième ont été détruits. Le troisième, également connu sous le nom de « tour de Smeaton », est le plus connu en raison de son influence sur l'architecture des phares et de son importance dans le développement du béton dans le domaine de la construction.

Le phare de Winstanley[modifier | modifier le code]

Phare de Winstanley

Le premier phare sur Eddystone Rocks était une structure octogonale en bois, construite par Henry Winstanley. La construction a commencé en 1696 et la lumière a été allumée le 14 novembre 1698. Pendant la construction, une corsaire français fit Winstanley prisonnier, cause d'un mot célèbre de Louis XIV pour ordonner sa libération : « La France est en guerre contre l'Angleterre, non contre l'humanité ! »

Le phare survécut à son premier hiver, mais eut besoin de réparations, et fut ensuite remplacé par une construction dodécagonale (12 faces) faite d'un parement de pierre fixé sur une ossature en bois, avec une section octogonale au sommet, comme on le voit sur les dessins et peintures de l'époque. Cela donne lieu à la remarque qu'il y eut en fait cinq phares d'Eddystone. La tour de Winstanley dura jusqu'à la grande tempête qui en effaça presque toute trace le 27 novembre 1703. Winstanley était à ce moment sur le phare, pour achever certains ajouts à la structure : on ne retrouva de lui aucune trace.

Le phare de Rudyard[modifier | modifier le code]

Second phare d'Eddystone (gravure de 1713)

Après la destruction du premier phare, un certain capitaine Lovett acquit le bail du rocher et, par une loi du Parlement, fut autorisé à percevoir des navires de passage une taxe d'un penny par tonne. Il chargea John Rudyard (ou Rudyerd) de concevoir un nouveau phare, fait d'une structure conique en bois fixée autour d'un noyau de brique et de béton, qui put être allumé en 1709 et s'avéra plus résistant, puisqu'il dura près de 50 ans.

Dans la nuit du 2 décembre 1755, le haut de la lanterne prit feu, probablement par une étincelle de l'une des chandelles qui servaient à donner la lumière. Les trois gardiens tentèrent de jeter des seaux d'eau, mais le feu continua et ils purent être recueillis sur leur rocher. Le gardien Henry Hall, paraît-il âgé de 84 ou 94 ans à l'époque, mourut de saturnisme après avoir avalé du plomb de la couverture de la lanterne pendant sa lutte contre l'incendie. Un rapport sur ce cas d'empoisonnement au plomb a été soumis à la Royal Society par le médecin Edmund Spry, et le morceau de plomb est désormais conservé dans les collections du National Museum of Scotland.

Le phare de Smeaton[modifier | modifier le code]

Le phare de Smeaton, reconstruit à Plymouth Hoe
Le phare de Smeaton

Le troisième phare a marqué une étape majeure dans la conception de ces structures.

Recommandé par la Royal Society, l'ingénieur civil John Smeaton a donné à la tour la forme d'un tronc de chêne construit en blocs de granite. John Smeaton, pionnier de la chaux hydraulique, sorte de béton qui durcit sous l'eau, a développé une technique de fixation des blocs de granite en utilisant les queues d'arondes et les chevilles de marbre. La construction a débuté en 1756 à Millbay.

Le phare de Smeaton mesurait 59 pieds (18 m) de haut, pour un diamètre à la base de 26 pieds (8 m) et, au sommet, de 17 pieds (5 m). Il resta en usage jusqu'en 1877, quand l'érosion des roches sous le phare le fit osciller chaque fois que de grosses vagues venaient à le frapper. La tour de Smeaton a été reconstruite sur la hauteur de Plymouth Hoe, à Plymouth, comme mémorial. 50° 21′ 52.09″ N 4° 08′ 31.67″ O / 50.3644694, -4.1421306

Les fondations et la base de la tour sont encore en place près du phare actuel, car, à l'époque, elles ont été jugées trop solides pour être démantelées.

Le phare de Douglass[modifier | modifier le code]

Le phare actuel, avec la base de la tour de Smeaton

Le phare d'Eddystone actuel, quatrième du nom, a été conçu par l'ingénieur James Douglass. Sa lumière brille depuis 1882. Il a été automatisé en 1982. La tour a été modifiée par la construction d'une hélisurface au-dessus de la lanterne, pour permettre l'accès des équipes d'entretien.

La tour, en pierre de taille (gneiss du précambrien), a une hauteur de 49 mètres, et sa lumière blanche donne deux éclats toutes les 10 secondes. Le faisceau, visible à 22 milles nautiques (41 kilomètres), est complété par une corne de brume qui émet trois coups de trompe toutes les 60 secondes.

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

50° 10′ 19″ N 4° 14′ 40″ O / 50.17199, -4.244538