Phantosmie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Animation : lobe temporal gauche humain.

La phantosmie est une forme d'hallucination olfactive. Tandis que la majorité des hallucinations olfactives sont causées par une mauvaise interprétation d'un stimulus physique, comme c'est le cas dans la parosmie, la phantosmie est la perception d'une odeur sans présence physique causant celle-ci. L'odeur peut être agréable ou désagréable. Les causes de la phantosmie étant toujours en actuel débat, elles sont néanmoins liées à des troubles psychologiques comme la schizophrénie, les troubles de l'humeur, la maladie de Parkinson, l'épilepsie, le neuroblastome, et les céphalées fréquentes. Le médecin grec Claude Galien mentionna également des hallucinations olfactives dans ses œuvres et expliqua que ces hallucinations constituaient les prémices d'une maladie.

Le mot possède des origines grecques. Il se compose de deux mots : phanto signifiant « fantôme » et osmia- signifiant « odeur »[1].

Symptômes[modifier | modifier le code]

D'autres troubles olfactifs tels que l'hyposmie et l'anosmie sembleraient être les symptômes de troubles de l'humeur (dépression). Cependant, il est impossible de connaitre les conséquences de ces troubles olfactifs et s'il sont effectivement le symptôme d'une dépression[2]. La phantosmie semblerait être un signe précurseur d'une maladie neurodégénérative : la maladie de Parkinson[3]. Elle peut également être liée à une hémorragie intra-cérébrale[4] (tumeurs cérébrales ou épilepsie[5]).

Traitement[modifier | modifier le code]

Cette maladie étant rare, il n'existe aucun réel traitement. Dans la majeure partie des cas, les patients doivent vivre avec ce handicap ou tentent de réduire d'une manière la forte odeur qu'ils sentent. Ces méthodes peuvent inclure des pleurs forcés, le maintien de la respiration ou l'eau salée dans le nez, entre autres. Ces comportements, cependant, ne résolvent pas ces problèmes d'hallucination.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) « English Word Information », sur Word Info (consulté le 15 juillet 2012)
  2. (en) Basile N. Landis, Ilona Croy & Antje Haehner (2012): Long lasting phantosmia treated with venlafaxine, Neurocase: The Neural Basis of Cognition, 18:2, 112-114
  3. (en) Landis, B. N., & Burkhard, P. R. (2008). Phantosmias and parkinson disease. Archives of Neurology, 65(9), 1237-1239
  4. (en) Nye, E., & Arendts, G. (2002). Intracerebral haemorrhage presenting as olfactory hallucinations. Emergency Medicine (Fremantle), 14(4), 447–449.
  5. (en) Paskind, H. A. (1935). Parosmia in tumorous involvement of olfactory bulbs and nerves. Archives of Neurology and Psychiatry (Chicago), 33, 835–838.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Levitan, Erwin B. et Kaczmarek, Leonard K., The Neuron: Cell and Molecular Biology, New York, Oxford University Press,‎ 2002 (ISBN 978-0-19-514523-6, lire en ligne)
  • (en) Sobol, Steven, Frenkiel, Saul et Mouadeb, Debbie, Olfactory dysfunction, Canada, The Canadian Journal of Diagnosis,‎ 2002 (lire en ligne)

Liens externes[modifier | modifier le code]