Phantom Manor

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Phantom Manor
Façade de l'attraction
Façade de l'attraction
Localisation
Parc Disneyland Paris
Zone Frontierland
Lieu Marne-la-Vallée, Drapeau de la France France
Coordonnées 48° 52′ 13″ Nord 2° 46′ 38″ Est / 48.870278, 2.777222  
Ouverture 12 avril 1992
Données techniques
Constructeur(s) Walt Disney Imagineering / Vekoma
Concepteur(s) Walt Disney Imagineering
Type Train fantôme
Nombre de places 260 place(s)
Durée du tour 10 min. (dont 6m50 en Doombuggy)
Site web Phantom Manor sur disneylandparis.fr

Phantom Manor est une attraction de type parcours scénique située dans le parc Disneyland Paris. C'est la version européenne de l'attraction Haunted Mansion, ancien principe du train fantôme revisité par Walt Disney et son équipe d'Imagineers. L'attraction est à la fois noire, humoristique, divertissante et particulièrement développée sur le plan esthétique.

Le principe[modifier | modifier le code]

Le principe de base est le même que celui des Haunted Mansion présentes dans les autres Parcs Disney. Cependant, quelques différences viennent s'ajouter.

La version de Disneyland Paris est la seule à déroger au « dogme » établi par Walt Disney et qui stipulait qu'aucun élément des parcs ne devait paraître sale, abandonné ou simplement non entretenu[1]. Marc Davis, célèbre Imagineer Disney qui avait participé à l'élaboration de la version d'origine, déplorait d'ailleurs cet aspect. Cependant, il était nécessaire de travailler le symbolisme d'un tel édifice.

Les Imagineers ont construit sur la rive est des Rivers of America à Frontierland un manoir d'aspect délabré, d'architecture évoquant à la fois une demeure aux abords d'une petite ville du Far-West ou des maisons en bois de la fin du XIXe siècle à San Francisco. On peut voir notamment une maison étrangement similaire dans le film d'Alfred Hitchcock : Psychose. La végétation avec ses arbres aux branches tordues et les abords aux détails « sinistres » (poussière, toiles d'araignée, lampes à moitié visibles, murs et bois écaillés artificiellement), participent au thème du lieu.

De plus, une légende entièrement nouvelle, inspirée des plus grandes œuvres fantastiques et gothiques, a été composée. Selon certaines sources, Le Fantôme de l'Opéra de Gaston Leroux en aurait été l'inspiration principale.

L'attraction étant au final bien différente de ses "cousines", un nouveau nom lui a été donné. Au départ, elle aurait dû être nommée Ravenswood Manor en référence à sa légende. Mais un titre plus général, Phantom Manor, convenait mieux pour communiquer aux visiteurs la vraie nature du manoir (ce titre est d'autant plus judicieux qu'il s'agit d'un titre anglais parfaitement compréhensible pour les francophones)[2].

La technologie est exactement la même que celle de Haunted Mansion. Voir : Haunted Mansion

La Légende[modifier | modifier le code]

Afin de plaire aux visiteurs européens, réputés plus exigeants que les américains, les Imagineers de Disney ont développé autour de l'attraction une légende beaucoup plus fournie que celle de ses cousines (Haunted Mansion).

La principale différence avec le scénario de Haunted Mansion est l'intégration de l'histoire de Phantom Manor dans celles de Frontierland, et principalement autour de Thunder Mesa, la ville minière qui y est représentée.

En voici la légende[3]:

Thunder Mesa, 1860 : petite ville prospère de l'Ouest américain.
Un de ses fondateurs, M. Henry Ravenswood, possédait une mine dans les montagnes de Big Thunder Mountain, véritable poumon économique de la ville qui était exploité par la Thunder Mesa Mining Company. Une mine « maudite », car d'après des rumeurs, un « Oiseau Tonnerre », esprit indien se terrant dans les profondeurs de la mine, veillait sur un trésor inestimable et sur le filon d'or de cette même mine. Quiconque tenterait de le lui dérober s'attirerait les foudres de sa colère sous forme d'un tremblement de terre.
M. Ravenswood, qui possédait une des plus grosses fortunes de tout l'Ouest, s'était fait construire un manoir victorien sur la colline de Boot Hill. Il avait une fille, fiancée à un homme qu'elle aimait passionnément, mais qui, disait-on, n'aurait pas voulu habiter plus tard dans ce manoir, ce qui rendit M. Ravenswood fou de rage.
La veille du mariage, un terrible tremblement de terre semblant provenir de la mine frappa Thunder Mesa. Henry Ravenswood ainsi que sa femme Martha y perdirent la vie: l'Oiseau Tonnerre avait été réveillé. La mine fut fermée le lendemain, le jour du mariage de la fille Ravenswood, jour où le futur marié manqua à l'appel.
Désespérée, la mariée s'enferma dans le manoir, et plus personne ne sortit, ni n'entra dans la bâtisse à compter de ce jour. La mariée, disait-on à Thunder Mesa, attendait toujours son amour, le recherchant dans le manoir. Et on la voyait parfois regarder d'un air las par une des fenêtres du premier étage. Les arbres du jardin commencèrent à mourir, comme torturés par des esprits malfaisants et bientôt on commença à appeler le manoir « Phantom Manor ».
Six années plus tard, en 1866, deux domestiques réussirent à s'enfuir du manoir, où ils disaient avoir été tyrannisés par des esprits maléfiques. Le manoir fut rouvert aux plus courageux.

L'attraction[modifier | modifier le code]

Les visiteurs traversent le jardin de la propriété, à présent sauvage, et progressent jusqu’aux portes du manoir. Ils pénètrent dans un Foyer à l'atmosphère sinistre. Une voix se fait alors entendre, celle du Fantôme, le maître des lieux. Celui-ci invite les nouveaux arrivants à s'engager dans les profondeurs de sa demeure, pour se joindre à une cérémonie macabre. Le visage de Mélanie apparait et disparait dans le petit miroir en haut à gauche du hall. Les visiteurs sont alors conduits dans une salle octogonale sans portes ni fenêtres, dans laquelle sont exposés quatre tableaux de Mélanie Ravenswood présentant les scènes décrites ci-après :

  • Une scène où Mélanie descend un fleuve en gondole.
  • Une scène où elle traverse à pied un cours d'eau peu profond.
  • Une scène où elle cueille des roses dans le jardin du manoir.
  • Une scène où elle profite d'un pique-nique avec son fiancé.

Alors que le Fantôme commence à relater la légende de la maison, les visiteurs constatent que la salle s'étire verticalement, entraînant les quatre peintures dans sa déformation, ce qui y révèle des détails auparavant invisibles :

  • Mélanie, sur le fleuve, se dirige sans le savoir vers une immense chute d'eau.
  • Lorsqu'elle traverse le cours d'eau à pied, un monstre sous l'eau se prépare à l'attaquer.
  • Lorsqu'elle cueille des roses, une tombe s'ouvre à proximité, libérant un mort visiblement hostile.
  • Le pique-nique des deux amoureux est infesté d'horribles vermines, de fourmis, d'insectes et de serpents.

Puis les lumières s'éteignent subitement, et les visiteurs peuvent assister à l'assassinat par pendaison du fiancé de Mélanie entre les mains du Fantôme. Ensuite, une porte s'ouvre dans un mur et les visiteurs entrent dans une Galerie de Portraits, apparemment normaux, mais dont l'image se métamorphose de façon diabolique peu après. Cette galerie les amène jusqu'à un hall au pied d'un Grand Escalier à double volée, surmonté d'une baie vitrée laissant apercevoir un paysage fantomatique à l'extérieur. Dans ce hall se trouve également un buste fixant d'un regard mauvais quiconque l'observe. C'est dans ce hall que les voyageurs embarquent à bord des véhicules du parcours scénique, appelés Doombuggies.

Les Doombuggies sont emmenés au sommet d'un escalier, et croisent le spectre d'une jeune Mélanie en robe de mariée, errant dans les couloirs de cet étage. Les visiteurs assistent à d'étrange scènes dans cet endroit (un Couloir sans Fin, l'ombre d'un pianiste enfonçant les touches d'un piano dans un Conservatoire, des séries de portes que des êtres non définis cherchent à ouvrir de l'intérieur, ou encore une horloge évoluant dans le sens inverse du temps), jusqu'à ce qu'ils pénètrent dans la Chambre de Spiritisme de Mme Leota, Voyante des lieux, dont le visage n'est distinguable que dans les méandres de la boule de cristal posée sur la table au centre de la pièce. Leota invoque de nombreux esprits, les visiteurs compris, à se rendre à un mariage macabre.

Ce mariage constitue la scène que les visiteurs découvrent alors. Ils se retrouvent sur un balcon dominant une Grande Salle de Bal, et peuvent observer les esprits déposer leurs présents sur la pile de cadeaux près de la porte, et se joindre au repas morbide ou aux danseurs valsant de façon surnaturelle au son de l'orgue. Mélanie Ravenswood, à présent très âgée, et le Fantôme, en manteau noir, sont également présents à la fête. Détail intéressant : une peinture dans cette salle représente le manoir Ravenswood tel qu'il était avant sa ruine. Les visiteurs s'éloignent ensuite de cette fête, et pénètrent dans le Boudoir de Mélanie, qu'ils trouvent se lamentant devant un miroir qui ne reflète plus qu'un crâne.

Puis, en franchissant une porte, ils se retrouvent dans un Cimetière obscur, nez à nez avec le Fantôme, accompagné d'un chien menaçant. Les visiteurs sont alors emportés dans les profondeurs de la Terre. Dans les Catacombes, ils assistent à une vision plus conviviale de l'Au-Delà. Des squelettes, tout juste sortis de leurs cercueils, se mettent à danser à l'écoute d'une chanson interprétée par quatre bustes animés. Après avoir quitté les profondeurs, les visiteurs découvrent ensuite Phantom Canyon, ville fantôme du Far West au pied de la colline du manoir, dans laquelle les habitants, même dans la mort, vaquent à leurs occupations habituelles (le saloon délabré est toujours en activité, le shérif poursuit toujours le bandit, qui lui-même braque toujours les banques). Au pied de la colline, les voyageurs croisent le Fantôme qui cette fois-ci a l'apparence d'un cadavre terrifiant. Les Doombuggies pénètrent dans une Crypte, et apparaît alors le squelette de Mélanie indiquant la sortie aux voyageurs. Puis ceux-ci constatent, en passant devant une série de miroirs, que le Fantôme s'est agrippé au sommet de leur Doombuggy, au-dessus de leurs têtes (ce n'est visible que dans les miroirs) et les accompagne jusqu'à la fin de leur voyage. Les visiteurs débarquent dans la Cave à Vins du manoir, et traversent les galeries en direction de la sortie. Peu avant d'atteindre la lumière du jour, ils croisent une dernière fois le fantôme de Mélanie, qui les supplie de rester, car sa solitude lui pèse, et d'amener la prochaine fois leurs certificats de décès.

À l'extérieur, au Cimetière de Boot Hill, il est possible de découvrir de nombreuses pierres tombales, la plupart ornées d'épitaphes à l'humour noir. Ce lieu offre également une vue magnifique sur les paysages de Thunder Mesa (les montagnes de Big Thunder Mountain, mais aussi sur un ensemble rocheux semblable aux concrétions sulfuriques entourant les geysers de Yellowstone.

Données techniques[modifier | modifier le code]

Autres détails[modifier | modifier le code]

  • À l'origine, l'acteur Vincent Price, qui s'était illustré dans de nombreux films noirs à Hollywood, avait assuré la narration anglaise de l'attraction. Peu après, selon les demandes des visiteurs francophones, sa voix a été remplacée par la version française de Gérard Chevalier (qui avait souvent doublé Price dans ses films). Néanmoins, le rire maléfique de Price fait toujours partie de l'attraction.
  • La musique, basée sur les partitions des autres Haunted Mansions composées par Buddy Baker, a été réorchestrée par John Debney d'une manière plus développée et plus romantique. Cette ambiance musicale propre à la version européenne confère à l'attraction un côté plus sombre et tragique.
  • Bien que l'enchaînement général des scènes soit le même que la version californienne, les scènes finales (boudoir de la mariée, cimetière, catacombes et ville fantôme) sont uniques à Phantom Manor.

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (fr) Alain Littaye et Didier Ghez, Disneyland Paris - De l'esquisse à la création, pp. 89-90
  2. RavenswoodManor.com
  3. (fr) Alain Littaye et Didier Ghez, Disneyland Paris - De l'esquisse à la création, p. 92

Liens externes[modifier | modifier le code]