Phaéton (hippomobile)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Ne doit pas être confondu avec Phaéton (automobile).
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Phaéton (homonymie).

Le phaéton est une voiture hippomobile, à caisse ouverte haut perchée, à quatre roues.

Caractéristiques[modifier | modifier le code]

Le phaéton est apparu au XVIIe siècle et a beaucoup évolué au cours des siècles suivants. Il possède deux banquettes parallèles aux essieux, seule celle du conducteur, à l'avant, confortable, souvent en rotonde, a une capote. Le siège arrière est réservé à un ou deux domestiques. Le modèle le plus abouti est le Stanhope phaeton, créé pour Fitzroy Stanhope vers 1830. Le premier Stanhope était un cabriolet (gig) donc à deux roues, fabriqué par le célèbre Tilbury, créateur du cabriolet qui a conservé son nom. La forme américaine s'est appelée en France simplement américaine (vers 1840) puis le nom de spider s'est ensuite imposé (voir araignée).

Le phaéton, toujours mené par son propriétaire, était destiné aux sorties en ville ou à la campagne.

Le nom du phaéton vient du personnage mythologique Phaéton, cocher du char du soleil.

Léger, attelé au moins de deux chevaux[1], haut sur roues (d'où le nom de high-flyer sous lequel on le connaît également en Angleterre), le phaéton était considéré comme un véhicule rapide, plutôt aristocratique, mais dangereux du fait de sa vitesse et de sa hauteur sur roues, qui le faisaient souvent verser[2].

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Références[modifier | modifier le code]

  1. Margaret Drabble, « Social Background » Jane Austen 2003, p. 33-34, Lady Susan, The Watsons and Sanditon
  2. Le Faye 2003, p. 59

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Joseph Jobé, Au temps des cochers : histoire illustrée du voyage en voiture attelée du XVe au XXe siècle, Lausanne Paris, Edita Denoël,‎ 1976 (ISBN 2-880-01019-5)
  • (en) Jane Austen et John Davie (éditeur) (préf. Terry Castle), Lady Susan, The Watsons and Sanditon, Penguins Classics, coll. « World's classics. »,‎ 2003, 388 p. (ISBN 978-0-192-82758-6, OCLC 21117710)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :