Phèdre (philosophe)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Phèdre.

Phèdre (Φαῖδρος, Phaidros) est un philosophe épicurien grec du Ier siècle av. J.-C. Il fut le chef de l'école épicurienne à Athènes de 75 av. J.-C. environ à sa mort en 70 av. J.-C.

Réfugié quelques temps à Rome lors de la prise d'Athènes, il enseigne l'épicurisme au jeune Cicéron[1]. Phèdre était à ce moment-là un homme âgé, figure dominante de l'école épicurienne[2]. Il eut aussi comme élèves Velleius, que Cicéron présente comme le défenseur des points de vue épicuriens dans le De Natura Deorum (de la Nature des Dieux)[3] et Atticus qui resta fidèle à l'épicurisme toute sa vie[4]. Cicéron vante particulièrement ses manières agréables et l'élégance de sa parole[5]. Il eut un fils du nom de Lysiadas. Phèdre fut remplacé à la tête de l'école par Patro l'Épicurien (en).

Cicéron écrivit à Atticus pour lui demander l'essai de Phèdre Des Dieux (Περὶ ϑεῶν, peri deon)[6], et utilisa cette œuvre pour l'aider à rédiger le premier livre du De Natura Deorum. Sur cette base, il développa non seulement son analyse de la doctrine épicurienne, mais aussi celle de philosophes plus anciens.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Cicéron, Epistulae ad Familiares, xiii. 1
  2. Cicéron, Philippicae, v. 5. § 13, de Natura Deorum, i. 33. § 93, de Finibus, i. 5. § 16
  3. Cicéron, de Natura Deorum, i. 21. § 58
  4. Cicéron, De finibus bonorum et malorum, i. 5. § 16, v. 1. § 3, etc.
  5. Pierre Grimal, Cicéron, Fayard, 1986, (ISBN 978-2213017860), pp. 43, 46-47
  6. Cicéron, Epistulae ad Atticum, xiii. 39

Sources[modifier | modifier le code]