Pfulgriesheim

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Pfulgriesheim
La mairie.
La mairie.
Blason de Pfulgriesheim
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Alsace
Département Bas-Rhin
Arrondissement Strasbourg-Campagne
Canton Truchtersheim
Intercommunalité Communauté de communes du Kochersberg
Maire
Mandat
André Jacob
2014-2020
Code postal 67370
Code commune 67375
Démographie
Population
municipale
1 239 hab. (2011)
Densité 258 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 38′ 40″ N 7° 40′ 18″ E / 48.6444, 7.671748° 38′ 40″ Nord 7° 40′ 18″ Est / 48.6444, 7.6717  
Altitude Min. 147 m – Max. 177 m
Superficie 4,81 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Bas-Rhin

Voir sur la carte administrative du Bas-Rhin
City locator 14.svg
Pfulgriesheim

Géolocalisation sur la carte : Bas-Rhin

Voir sur la carte topographique du Bas-Rhin
City locator 14.svg
Pfulgriesheim

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Pfulgriesheim

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Pfulgriesheim

Pfulgriesheim est une commune française située dans le département du Bas-Rhin, en région Alsace.

Elle fait partie de la Communauté de communes du Kochersberg.

Géographie[modifier | modifier le code]

Panneau Pfulgriesheim.JPG

Petit village du Kochersberg situé à une dizaine de kilomètres au nord-ouest de Strasbourg. Il est limitrophe de Lampertheim au nord-est, de Mundolsheim à l'est, de Griesheim-sur-Souffel et Dingsheim au sud, de Stutzheim-Offenheim et de Wiwersheim à l'ouest et de Pfettisheim au nord-est. Pfulgriesheim est traversé par le Leisbach, affluent de la Souffel.

La desserte principale de la commune se fait par la route départementale 31, qui part des quartiers ouest de Strasbourg (Cronenbourg) jusqu'au milieu du Kochersberg où elle se raccorde à la RD25 (Wasselonne-Hochfelden). Les autres voies classées n'ont qu'une vocation de desserte des communes voisines.

Histoire[modifier | modifier le code]

Des fouilles archéologiques menées en 2001 à l'emplacement du lotissement actuel « le Heuberg » ont permis de prouver l'existence d'habitants à Pfulgriesheim 5000 ans avant notre ère. Ces fouilles ont permis de découvrir la présence de plusieurs occupations humaines aux époques néolithique et protohistorique. Quatre périodes d'occupation ont pu être déterminées :

  • le Néolithique ancien (5300 ans avant J.-C.)
  • le Néolithique moyen (4000 ans avant J.-C.)
  • la fin du premier âge du fer (4000 ans avant J.-C.)
  • le début du second âge du fer (450 ans avant J.-C.)

Sur ce site archéologique ont été découverts vases, ossements d'animaux (un squelette entier de porc), un poinçon, un puisoir et d'autres petits objets.

le nom de Pfulgriesheim

Malgré les variantes relevées dans différents documents anciens, le nom du village est facilement reconnaissable et s'orthographiait sensiblement comme à l'époque moderne : Pfulgriesheim

  • avant 1163 : Criechesheim
  • en 1163 : Vulncriegesheim
  • en 1224 : Vuolen Krichesheim
  • en 1243 : Vulcriechesheim
  • en 1359 : Fulcriegesheim

Les différents propriétaires de l'époque :

  • En 1236 : le Saint-Empire romain germanique et l'évêché de Strasbourg ont la propriété indivise au sein du comté impérial, appelé Reichsgrafshaft.
  • Vers 1350 : l'évêché de Strasbourg, seul propriétaire.
  • Au XVIe siècle : Pfulgriesheim appartient à la famille noble des d’Andlau.
  • Au XVIIe siècle : les héritiers de la famille d'Andlau se partagent trois lots.
  • En 1713 : Joseph Louis Duprés de Dortal de Birkenwald.
  • En 1733 : barons de Wangen-Geroldseck
  • En 1767 : comte Charles Antoine de Hennin
  • En 1774 : André Jaccoud, puis héritiers Prat
  • En 1808 : François Ignace Metz et héritiers Hild
  • Entre 1808 et 1885 : vente des terres à des particuliers.
  • Depuis 1685, l’église est placée sous le statut particulier du simultaneum et est affectée simultanément aux cultes protestant et catholique, une situation aujourd’hui unique dans le Kochersberg.

D’importants corps de ferme témoignent de la prospérité qui régnait au XVIIIe siècle. Chaque ferme possédait étables, écuries, porcheries, basses-cours.

Pour plus de détails voir « La seigneurie et le village de Pfulgriesheim du Moyen Âge jusqu'au lendemain de la Révolution de 1789 », une étude de l'abbé Robert Metzger, tirage à part du numéro 47 de la revue semestrielle Kocherschbari - été 2003 - 75 pages.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1945 1965 Michel Bentz    
1965 1995 Fernand Anstett    
1995 2014 Jean-Pierre Mehn    
2014   André Jacob    
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 1 239 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
241 236 240 328 326 370 376 377 390
1856 1861 1866 1871 1875 1880 1885 1890 1895
419 410 405 407 409 424 427 433 403
1900 1905 1910 1921 1926 1931 1936 1946 1954
415 402 420 391 374 396 382 381 378
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2011
352 389 866 995 1 081 1 171 1 267 1 281 1 239
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[1] puis Insee à partir de 2004[2].)
Histogramme de l'évolution démographique


Économie[modifier | modifier le code]

Aujourd'hui encore, l'agriculture y est très présente, avec une spécialisation dans la culture du tabac et des asperges.

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Église de Pfulgriesheim.

Église construite au XVIIIe siècle sur une ancienne église du XIIe siècle dédiée à saint Michel. La tour-chœur est la partie la plus ancienne. Pfulgriesheim est l'une des quelque 50 localités d'Alsace dotées d'une église simultanée[3]. Les cultes catholique et protestant y sont célébrés depuis plus de trois siècles. L'église est ceinte d'un cimetière surélevé qui a été déplacé à la fin du XIXe siècle.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • René Egles est l'un des grands poètes et chanteur d'Alsace. Il s'est engagé très tôt pour la promotion de sa langue maternelle : le dialecte alsacien. Il habite dans la commune.
  • Eric Kaija Guerrier est un écrivain, auteur, compositeur et interprète, cofondateur et ancien guitariste (de 1988 à 2013) du groupe de rock français Weepers Circus. Il a vécu quatre ans dans la commune.
  • Brice Conrad est un chanteur français.
  • Odile Schmitt est une comédienne, spécialisée dans le doublage français. Elle est notamment la voix française d'Eva Longoria. Elle a vécu plusieurs années dans la commune avant de s'installer à Paris.
  • Pierre Kupferlé: Instituteur et historien du Kochersberg.
  • Jan Suchopárek est un ancien joueur du Racing Club de Strasbourg et ancien international Tchèque qui vécut au village durant ses années dans le club de la capitale alsacienne.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Pfulgriesheim

Les armes de Pfulgriesheim se blasonnent ainsi :
« D'or au griffon de gueules. »[4].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  2. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2011
  3. Bernard Vogler, « Liste de localités ayant de nos jours une église simultanée », in Antoine Pfeiffer (dir.), Protestants d'Alsace et de Moselle : lieux de mémoire et de vie, SAEP, Ingersheim ; Oberlin, Strasbourg, 2006, p. 298 (ISBN 2-7372-0812-2)
  4. Jean-Paul de Gassowski, « Blasonnement des communes du Bas-Rhin », sur http://www.newgaso.fr (consulté le 24 mai 2009)