Peyrehorade

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Peyrehorade
Peyrehorade, le château de Montréal
Peyrehorade, le château de Montréal
Blason de Peyrehorade
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Aquitaine
Département Landes
Arrondissement Arrondissement de Dax
Canton Canton de Peyrehorade
Intercommunalité Communauté de communes du Pays d'Orthe
Maire Commune sous tutelle de l'Etat Français
Code postal 40300
Code commune 40224
Démographie
Population
municipale
3 521 hab. (2011)
Densité 219 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 32′ 45″ N 1° 05′ 56″ O / 43.5458333333, -1.09888888889 ()43° 32′ 45″ Nord 1° 05′ 56″ Ouest / 43.5458333333, -1.09888888889 ()  
Altitude Min. 2 m – Max. 140 m
Superficie 16,11 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Landes

Voir sur la carte administrative des Landes
City locator 14.svg
Peyrehorade

Géolocalisation sur la carte : Landes

Voir sur la carte topographique des Landes
City locator 14.svg
Peyrehorade

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Peyrehorade

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Peyrehorade
Liens
Site web http://www.peyrehorade.fr/

Peyrehorade, en gascon Pèira horada (pron. Pèire hourade) soit « pierre trouée », est une commune française, située dans le département des Landes en région Aquitaine.

Peyrehorade est également le nom de personnages (les hôtes du narrateur) dans la nouvelle la Vénus d'Ille de Mérimée.

Géographie[modifier | modifier le code]

Peyrehorade est située dans le Pays de l'Adour landais, Pays d'Orthe en Maremne entre les Landes de Gascogne, le Pays basque et le Béarn, au cœur d'une région vallonnée et verdoyante.
Les terres de la commune sont arrosées par le gave de Pau et le gave d'Oloron (affluent de ce dernier) qui s'y réunissent pour former les gaves réunis.

Climat[modifier | modifier le code]

Relevé météorologique de Peyrehorade
Mois jan. fév. mars avril mai juin jui. août sep. oct. nov. déc.
Température minimale moyenne (°C) 3,3 1,3 5,5 9 12,5 14,7 15 17 14,3 10,1 7,2 5,3
Température maximale moyenne (°C) 10,4 11,9 16,6 18,9 22 25,1 26,8 28 25,4 20,9 15,6 11,7
Source : Météo France 2009 à 2012 (en °C et mm, moyenne mensuelles)


Histoire[modifier | modifier le code]

Peyrehorade a été formée en 1448 par Charles VII alors roi de France.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason Blasonnement :
Écartelé : au premier et au quatrième d’or au lion de gueules armé et lampassé de sable, au deuxième et au troisième de gueules aux trois léopards d’or armés et lampassés de sable rangés en pal[1]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires de Peyrehorade
Période Identité Étiquette Qualité
         
9/5/1800 11/6/1815 Clément de Siest    
12/6/1815 26/7/1815 Arnaud Vivensang    
27/7/1815 30/11/1831 Clément de Siest    
8/12/1831 16/9/1843 Arnaud Vivensang    
19/9/1843 27/8/1848 Henri de Garay    
31/8/1848 20/2/1868 Jean-Antoine Vivensang    
17/10/1870 10/2/1878 Henri de Garay    
12/2/1878 28/2/1880 Arnaud Gaston Lavielle    
12/5/1925 11/5/1929 Henry Dupaya    
12/5/1929 18/3/1934 Bernard Barbe    
19/3/1934 13/5/1935 Eugène Peyroux    
17/5/1935 2/9/1941 André Lesgourgues    
    Pinatel Joseph    
  28/03/1971 Jean Dupaya    
28/03/1971 12/03/1989 Paul Lartigue    
12/3/1989 10/6/1995 Jean Cibé    
11/6/1995 2001 Charles Pinsolle Divers droite  
mars 2001   Alain Siberchicot PS Conseiller général
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 3 521 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].
           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 940 1 986 1 978 2 103 2 453 2 638 2 742 2 630 2 734
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
2 579 2 516 2 567 2 503 2 507 2 510 2 824 2 669 2 562
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
2 597 2 621 2 578 2 337 2 377 2 251 2 232 2 181 2 401
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2006 2010
2 584 2 591 2 861 3 093 3 056 3 017 3 357 3 435 3 467
2011 - - - - - - - -
3 521 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[2] puis Insee à partir de 2004[3].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

La commune constitue l'un des deux sites français combinant la recherche et la production d'organismes génétiquement modifiés -OGM- (tournesol, maïs, colza) de la firme Monsanto, l'autre étant Saint-Amand-Longpré (Loir-et-Cher). Rendez-vous tous les mercredis matins sur le Marché de Peyrehorade, tradition depuis 1358.

En mars 2014, le groupe Monsanto annonce un investissement de 45 millions d’euros à Peyrehorade pour construire trois usines de séchage, trois autres de stockage et installer un nouvel égrenoir et une nouvelle effeuilleuse[4].

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Sports[modifier | modifier le code]

Galeries[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Jumelages[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Banque du blason.
  2. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  3. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2005, 2006, 2010, 2011
  4. http://www.agro-media.fr/actualite/monsanto-investit-45-millions-dans-les-landes-8761.html
  5. Patrimoine de France

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]