Peuples de la mer

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Peuples de la mer
N35
G1
N25
X1 Z1 Z1 Z1
N35
G40
M17 M17 Aa15
D36
N35A N36
N21
nȝ ḫȝt.w n pȝ ym

Les Égyptiens de l'Antiquité appelaient Peuples de la mer (Peuples étrangers de la mer[1] ou Peuples du Nord) des groupes de différents peuples venus attaquer sans succès à au moins deux reprises la région du delta du Nil, sous les règnes de Mérenptah et de Ramsès III, à la fin du XIIIe siècle et au début du XIIe siècle avant notre ère, à la fin de l'Âge du bronze récent (période du Nouvel Empire égyptien).

On comptait parmi eux les Lukkas (Lyciens), Peleset (Philistins), Shardanes et Shekelesh (Sicules), entre autres. Certains de ces mêmes peuples sont présents dans les textes provenant de régions plus au nord, sur les côtes d'Anatolie méridionale et du Levant, où ils mettent à mal les royaumes dominés par les Hittites et prennent part à leur chute. Certains d'entre eux s'installent ensuite au Proche-Orient, les plus importants étant les Philistins.

Il s'agit donc apparemment de mouvements migratoires d'ampleur auxquels peuvent sans doute être attribuées les nombreuses destructions observées sur plusieurs sites côtiers de Méditerranée orientale à cette période. Ce phénomène prend place dans une dynamique conduisant à l'effondrement des royaumes dominant le Moyen-Orient et l'est méditerranéen à la fin de l'Âge du bronze récent, dans lequel il semble avoir eu une importance capitale. En raison d'une documentation textuelle peu abondante et souvent difficile à interpréter, ses modalités et ses causes restent encore très mal comprises : l'origine des Peuples de la mer et les causes de leurs déplacements sont floues, et leur existence en tant qu'entité collective ne semble pas avoir été durable.

La situation avant les attaques[modifier | modifier le code]

Les sources égyptiennes évoquant explicitement les attaques des Peuples de la mer sont des inscriptions des règnes de Mérenptah et de Ramsès III, qui peuvent être reconnues comme les périodes de la plus forte manifestation de ces groupes de populations, si on y ajoute les témoignages des textes contemporains d'Ugarit, datés du règne d'Ammourapi, et du fait que les destructions attestées sur les sites archéologiques du Levant sont datables du XIIe siècle.

Il est néanmoins possible de trouver dans des sources antérieures des attestations de plusieurs des futurs Peuples de la mer, permettant une meilleure interprétation du phénomène et de relativiser sa soudaineté.

Contexte géopolitique : la Méditerranée orientale à la fin du Bronze récent[modifier | modifier le code]

La situation géopolitique du Moyen-Orient vers 1275 avant notre ère, à la veille des attaques des Peuples de la mer.

La partie orientale de la mer Méditerranée est un monde où les relations interrégionales sont de plus en plus actives, et bien connues grâce aux archives diplomatiques exhumées à El Amarna en Égypte, éphémère capitale d'Akhénaton, à celles de Boğazkale en Turquie où se trouvent les ruines de l'ancienne capitale hittite, Hattusa, et enfin aux textes diplomatiques et commerciaux de Ras Shamra en Syrie, l'antique port d'Ugarit[2].

Aux XIVe siècle et XIIIe siècle, plusieurs grandes puissances politiques sont riveraines de la mer Méditerranée. Au sud et au sud-est, le Nouvel Empire égyptien a établi sa domination sur la partie sud du Levant (principautés de Canaan, cités portuaires de Byblos, Tyr et Sidon). Au nord, il a été confronté à l'autre grande puissance, les Hittites, qui dominent une grande partie de l'Anatolie et sont suzerains de plusieurs royaumes du nord du Levant (Ugarit, Amurru, Qadesh, Alep, etc.). Entre les deux sphères d'influence, l'île de Chypre, dont au moins une partie est dominée par le royaume d'Alashiya, reste indépendante et a une place importante dans le concert international en raison de ses ressources importantes en cuivre.

Les Hittites ont également étendu leur influence vers l'ouest anatolien en direction de la mer Égée, soumettant au passage les pays d'Arzawa et plusieurs autres régions voisines. Ces territoires occidentaux se sont révélés être particulièrement difficiles à contrôler, un vent de révolte les parcourant en permanence[3]. Celui-ci est parfois attisé par un autre puissant royaume que les sources hittites mentionnent sur le littoral oriental de l'Égée, l'Ahhiyawa. On l'identifie couramment à la puissance politique dominant la Grèce mycénienne, peut-être centrée sur Mycènes, mais cela reste incertain en l'absence de sources plaidant en faveur de cette interprétation en Grèce même[4].

Relations maritimes et piraterie avant la période des Peuples de la Mer[modifier | modifier le code]

Maquette du bateau échoué à Uluburun, un de ceux traversant l'est du bassin méditerranéen à la fin de l'Âge du Bronze.

Si elle n'est pas encore parcourue comme elle peut l'être quelques siècles plus tard après le développement des réseaux d'échanges maritimes phéniciens et grecs, la Méditerranée orientale connaît au Bronze récent un relatif essor des relations maritimes suite au développement de plusieurs des régions qui la bordent, à commencer par le monde égéen des Minoens et des Mycéniens qui devient un partenaire plus important de l'Égypte, l'Anatolie et du Proche-Orient. Cet essor se voit par les produits circulant entre ces régions mis au jour lors de fouilles archéologiques, ainsi que par la découverte de l'épave d'Uluburun, au large de la Lycie (sud de la Turquie actuelle), qui contenait des objets provenant de Chypre (cuivre), du Levant, d'Égypte, de Crète et de Grèce continentale[5]. Elle vient en complément des sources écrites cunéiformes contemporaines, notamment celles du port d'Ugarit, qui fournissent des informations sur les échanges maritimes au Levant[6].

Parallèlement à ces circuits d'échanges réguliers, des pratiques de piraterie se développent. Elles sont notamment attestées par une des lettres de la correspondance diplomatique d'Akhenaton retrouvée à El Amarna, dans laquelle le roi d'Alashiya répond aux accusations du pharaon de complicité avec des pirates[7] :

« Pourquoi mon frère me parle en ces termes : « Mon frère ne sait-il pas ceci ? » En ce qui me concerne, je n'ai rien fait de la sorte ! En fait les hommes de Lukka, chaque année, s'emparent de villages dans mon propre pays. Mon frère, tu me dis ceci : « Des hommes de ton pays étaient avec eux ». Mon frère, moi-même je ne sais pas s'ils étaient avec eux. S'il y avait des hommes de mon pays, renvoie-les et j'agirai comme bon me semble. »

— EA 38, l. 7-18[8].

Les responsables de ces actes sont désignés par le roi d'Alashiya comme des Lukkas, donc des habitants de la Lycie, dans le sud-ouest anatolien[9]. Ils sont manifestement en mesure de mener des raids à Chypre, mais aussi jusqu'en Égypte et ses dépendances du sud du Levant. On remarquera néanmoins le flou qui demeure, puisque le roi égyptien prétend (à juste titre ?) que des Chypriotes participent à ces raids. Quoi qu'il en soit, dès le milieu du XIVe siècle un des futurs Peuples de la mer se fait remarquer sur les lieux mêmes que ravagent un siècle et demi plus tard ces groupes. Les Lukkas sont connus pour être des adversaires des Hittites après que ceux-ci ont étendu leur domination sur les territoires situés au nord de la Lycie, les pays de l'Arzawa. Malgré leurs apparents succès au cours des campagnes qu'ils y mènent, ils ne sont jamais en mesure de pacifier la région et d'y exercer autre chose qu'une suzeraineté nominale[10].

Dès la période d'Amarna et les débuts de la XIXe dynastie, un autre des futurs Peuples de la mer apparaît dans la documentation égyptienne et proche-orientale : les Shardanes[11]. Une stèle retrouvée à Tanis rapporte que Ramsès II les affronte dans la cinquième année de son règne, alors qu'ils arrivent sur des bateaux par la mer et qu'ils étaient inconnus auparavant en Égypte. Il en incorpore certains comme mercenaires dans son armée et ils sont à ses côtés lors de la bataille de Qadesh. Des documents d'Ugarit et de Byblos indiquent que d'autres Shardanes servaient dans les armées de ces royaumes[12]. Ces pirates et mercenaires ont donc pu constituer une « avant-garde » disposant d'informations qui vont sans doute être mobilisées au profit de leurs congénères restés dans leur pays d'origine au moment des « invasions »[13].

Les « invasions »[modifier | modifier le code]

Les Peuples de la mer mènent deux vagues d'assauts contre le nord de l'Égypte : une première sous Mérenptah et une seconde sous Ramsès III, qui les repoussent à chaque fois. Ces deux étapes qui ont lieu à une vingtaine d'années d'intervalle trouvent des échos dans la documentation du Hatti et d'Ugarit. Elles participent à l'effondrement des royaumes du Moyen-Orient à partir du début du XIIe siècle, qui est un phénomène plus large qui ne se limite pas aux attaques des Peuples de la mer. La nature et les causes de ces grands bouleversements sont très débattues et les réponses sont loin d'avoir été trouvées tant la documentation est difficile à interpréter. Les origines des Peuples de la mer, la nature de leurs mouvements (invasions, migrations ?), les raisons de leurs assauts et leur devenir après ces années-là sont très mal compris, d'autant plus qu'il n'y a probablement pas d'interprétation simple.

La première attaque en Égypte et la situation contemporaine sur les côtes du Levant et d'Anatolie[modifier | modifier le code]

Une première vague d'attaques semble s'effectuer dans les dernières années du XIIIe siècle. C'est au moins de cette époque que date l'apparition des Peuples de la mer en tant qu'entité collective, dans une inscription de Mérenptah à Karnak :

« Le vil chef, le vaincu de la Libye, Meryre, fils de Ded, descend du pays des Tjehenou, avec ses archers [...] des Shardanes, des Shekelesh, des Aqwesh, des Lukkas, des Turesh, ayant entraîné l'élite des combattants de son pays. [...] Il avait atteint la limite occidentale (de l'Égypte) dans la campagnes de Perirê. »

— Inscription de Mérenptah à Karnak[14].

Elle concerne une campagne militaire ayant eu lieu durant sa cinquième année de règne dans la région du delta du Nil, opposant les troupes égyptiennes à un de leurs adversaires traditionnels dans cette région, les Libyens conduits par leur chef Meryre, mais cette fois-ci ces derniers sont alliés aux Peuples de la Mer où on retrouve les Shardanes (šrdn en hiéroglyphes) et Lukkas (rk). Les trois autres font leur apparition : les Shekelesh (škrš)[15], les Aqwesh (aqywš) les Achéens, correspondant aux Ahhiyawa des sources hittites[16], et les Teresh (twrš)[17],[18]. Il s'agit en tout cas d'un conflit défensif pour les Égyptiens, attaqués sur leur frontière occidentale. Suivant le texte de Karnak, le combat en lui-même dura six heures, et fut un véritable carnage. Meryre fut contraint à la fuite et ses troupes se débandèrent et furent poursuivies par la cavalerie égyptienne qui les massacra. Mais le chef libyen resta libre, vu qu'il s'était assuré le contrôle de plusieurs forteresses à l'ouest qui lui assuraient une retraite aisée. L'inscription donne le total de 6 000 capturés ou tués, dont 2 400 parmi les Peuples de la mer, ce qui laisserait supposer qu'ils constituaient environ 3/8e des troupes engagées au combat[19]. Mais la menace principale pour les Égyptiens est constituée par les Libyens.

Il apparaît en effet que les Peuples de la Mer sont une menace plus importante pour les régions littorales d'Anatolie et du nord du Levant, dans la sphère hittite, même s'ils ne sont jamais mentionnés explicitement dans les sources du Hatti, alors gouverné par Suppiluliuma II, et d'Ugarit, gouverné par Ammourapi. Une tablette provenant de ce dernier site mentionne ainsi la capture d'un certain Ibnadushu, un personnage important, par les Shekelesh « qui vivent sur leurs navires », qui sont également actifs dans cette région. Les campagnes menées par les rois hittites sont également des indications de l'instabilité des régions littorales. Tudhaliya IV, père de Suppiluliuma II, a mené des campagnes contre le pays de Lukka, avant de prendre le contrôle d'Alashiya (Chypre) d'après ce que nous raconte un texte du règne de son fils[20]. Celle-ci indique que Suppiluliuma doit à son tour mener des campagnes à Alashiya, et sans doute aussi dans les pays des Lukkas[21]. Les conquêtes maritimes, inhabituelles pour les rois hittites qui restent généralement cantonnés aux territoires continentaux, semble bien plaider en faveur d'une menace importante venant de la mer, qu'il est dont très tentant de relier aux raids des Peuples de la mer. La situation semble d'autant plus propice à ce genre d'attaques que les territoires hittites semblent souffrir de mauvaises récoltes liées apparemment à une sécheresse, le ravitaillement de l'Anatolie centrale depuis les régions du sud étant difficile. Les victoires de Suppiluliuma, conjuguées à celle de Mérenptah, permettent néanmoins de juguler les assauts des Peuples de la mer[22].

La seconde attaque en Égypte et les destructions sur le littoral asiatique[modifier | modifier le code]

Ramsès III face aux Peuples de la mer, d'après un bas-relief de Medinet Habou.

Une vingtaine d'années plus tard, les assauts des Peuples de la mer sont plus pressants. Le jeune pharaon Ramsès III doit à son tour les repousser dans la huitième année de son règne, entre des campagnes contre les Libyens qui sont restés la principale menace pour le nord de son royaume. Le récit de sa victoire a été inscrit et illustré sur les murs du temple de Médinet Habou, et des informations complémentaires sont apportées par le Papyrus Harris rédigé sous Ramsès IV en l'honneur des accomplissements de son père Ramsès III. L'inscription du temple explique l'origine du conflit par des événements se produisant loin des frontières de l'Égypte :

« Les pays étrangers firent une conspiration dans leurs îles. Tous les pays furent sur le champ frappés et dispersés dans la mêlée. Aucun pays n'avait pu se maintenir devant leurs (les Peuples de la mer) bras, depuis le Hatti, Karkemish, Arzawa et Alashiya. Ils ont établi leur camp en un lieu unique, le pays d'Amurru. [...] L'ensemble (de ces peuples) comprenait les Peleset, les Tjeker, les Shekelesh, les Denyen et les Weshesh. Tous ces pays étaient unis, leurs mains (étaient) sur les pays jusqu'au cercle de la terre, leurs cœurs étaient confiants et assurés : « Nos desseins réussiront ! ». »

— Inscription de Ramsès III à Medinet Habou[23].

On y retrouve donc les Shekelesh aux côtés de nouveaux peuples : les Peleset (pršt) qui sont les Philistins bibliques[24], les Denyen (dnjn)[25], les Weshesh (wšš)[26] et Tjeker (ṯkr)[27],[28]. Si l'on suit la description de Ramsès III, ce nouvel assaut est coordonné comme le précédent, mais sans le commandement Libyen, puisqu'il part de l'Amurru (entre la Syrie et le Liban actuels) après avoir ravagé les royaumes du nord. Il se déroule cette fois-ci dans la partie orientale du delta du Nil, au moins pour la bataille navale. Les descriptions montrent les guerriers accompagnés par leurs familles, ce qui supposerait qu'il s'agit de migrations avec pour but l'implantation dans la région. Les combats se déroulent sur terre mais également sur des bateaux dans les chenaux du delta, les assaillants arrivant en partie par voie maritime. Les conditions des affrontements sont donc difficiles, les Égyptiens engageant des bateaux au combat et de nombreuses troupes au sol, dont de nombreux archers qui sont pratiques pour ce type d'affrontement (les chars et chevaux n'étant pas engagés en raison de la nature du lieu de combat), mais finalement l'affrontement principal se serait joué au corps à corps[29]. La localisation exacte des affrontements terrestre est en revanche débattue : soit elle est s'est déroulée à proximité du combat naval, soit elle a eu lieu plus à l'est sur la côte levantine (notamment au nord de Megiddo). Dans ce second cas, le gros des troupes des Peuples de la mer n'aurait donc atteint que le Proche-Orient et non pas l'Égypte, où elle aurait été arrêtée. La perspective d'affrontements ayant lieu uniquement dans la région du delta poserait d'autres questions, puisque cela pose la question du rôle des garnisons égyptiennes stationnées en Palestine[30].

Si on suit la proclamation de Ramsès III évoquée, cet assaut prendrait place après (ou pendant) une série d'offensives des Peuples de la mer conduisant à la chute des plus puissants royaumes situés au nord : Hatti, Karkemish, Arzawa, Alashiya. Les troupes partant à l'assaut de l'Égypte se seraient d'ailleurs regroupés en Amurru, aux marges de la sphère de domination hittite. La fiabilité de cette proclamation a été discutée, étant donné qu'il s'agit d'un texte de propagande qui a surtout pour but de mettre en valeur la victoire du Pharaon et de ses troupes face à des ennemis terribles qui ont fait tomber tous les autres grandes entités politiques qu'elles ont combattu. Mais le texte concorde bien avec toutes les destructions observées sur de nombreux sites du Levant et d'Anatolie qui ont lieu vers les années 1280-1270, liées à la chute de l'empire hittite et de la plupart de ses vassaux syriens, seule Karkemish subsistant au sortir du XIIe siècle[31]. Il est néanmoins impossible d'attribuer les destructions continentales, comme celle des cités hittites d'Anatolie centrale, aux Peuples de la mer qui ne sont jamais mentionnés dans ces régions. Les assauts des Peuples de la mer prennent place dans une crise qui touche tout le Moyen-Orient, et ils n'en sont qu'une manifestation. Il faudrait donc « seulement » leur attribuer les destructions sur le littoral qui ont lieu à cette période, essentiellement à Chypre et sur les côtes syriennes (Ugarit, Alalakh, Amurru). Les textes d'Ugarit précédant la destruction de la ville sont les plus instructifs sur ces années-là, même s'il est souvent complexe de les dater et de les contextualiser, notamment parce qu'ils ne mentionnent jamais explicitement les adversaires les menaçant. Une lettre du roi Ammourapi d'Ugarit au roi Kushmeshusha d'Alashiya, qui n'a peut-être jamais été expédiée (à moins qu'il ne s'agisse d'une copie d'une lettre envoyée), mais montre bien l'urgence de la situation :

« Mon père, à présent des bateaux ennemis sont venus. On a incendié des villes à moi, on a fait du vilain dans le pays. Mon père ne sait-il pas que toutes [mes ?] troupes [...] sont en Hatti et que tous mes bateaux sont en Lycie ? Ils ne m'ont pas encore rallié et le pays est ainsi abandonné à lui-même. Mon père doit le savoir. À présent, ce sont sept bateaux ennemis qui sont arrivés contre moi et ils nous ont fait du mal. Maintenant, s'il y a d'autres bateaux ennemis, informe-m'en [de quelque] manière, que je le sache. »

— Lettre RS 20.238, 12-36[32].

Il apparaît donc que le roi hittite Suppiluliuma II a mobilisé les troupes de son vassal, notamment les navires qui sont la force majeure d'Ugarit, royaume peu puissant militairement, dans des combats sur le continent en Anatolie, et par mer en Lycie, terrain privilégié d'affrontements qui sert sans doute de base arrière aux Peuples de la mer. Par sa position, le roi d'Alashiya est en mesure de suivre les mouvements des navires adverses qui peuvent aller faire de la rapine sur la côte syrienne (après être passé au travers des forces navales hittites ?), dans lesquels il faut reconnaître des Peuples de la mer. D'autres textes indiquent des conflits se déroulant dans la région du Taurus, sans doute suivis par des affrontements dans la région d'Alalakh (au nord d'Ugarit), précédent la destruction d'Ugarit[33]. Les combats ayant lieu en Anatolie, impliquant le roi hittite et sans doute le vice-roi de Karkemish qui supervise la sécurité en Syrie, ne sont pas connus par des textes provenant d'autres sites. Ils ne concernent sans doute pas les Peuples de la mer, mais d'autres populations actives à l'intérieur des terres : Gasgas et Phrygiens en Anatolie centrale qui ont sans doute porté le coup de grâce aux Hittites, Araméens et Subriens en Syrie[34]. Les sites chypriotes sont détruits vers la même époque, sans doute aussi sous les coups des Peuples de la mer[35]. Plus au sud, les ports de Byblos, Sidon et Tyr ont sans doute subi des attaques, mais ils s'en sont remis rapidement[36]. Les attaques et les troubles qui s'en sont suivis ont néanmoins précipité l'effondrement de la domination égyptienne sur le sud du Levant et peut-être même celui du Nouvel Empire, qui reposait en partie sur ses possessions asiatiques et les richesses qu'elles lui fournissait[37].

Après les assauts : la question des implantations des Peuples de la mer[modifier | modifier le code]

Ruines de la résidence palatiale de Ras Ibn Hani, détruite et réoccupée un temps par un groupe des Peuples de la mer.

La situation des régions ravagées par les Peuples de la mer après la grande vague d'attaques est documentée principalement par l'archéologie mais aussi par quelques textes. Un récit égyptien se déroulant aux alentours de 1100, l’Histoire d'Ounamon (Wen-Amon pour les anglo-saxons), relatant l'expédition commerciale d'Ounamon, membre de l'administration du temple d'Amon à Karnak, sur les côtes du Levant en direction de Byblos où il vient acheter du bois pour la barque sacrée du dieu[38]. Sur son chemin, il fait escale à Dor qui est alors tenue par un des Peuples de la mer, les Tjeker (appelés škl dans le texte, ce qui fait qu'ils ont également pu être interprétés comme des Shekelesh). Il est ensuite volé et malmené, mais parvient tout de même à Byblos où il est retenu longtemps, notamment du fait de la menace de pirates Tjeker qui souhaitent le tuer et piller sa cargaison. Il échoue ensuite à Alashiya où il survit grâce à la protection d'une reine locale, la suite du récit n'étant pas conservée. Il semble en ressortir que le commerce a repris dans ces régions, toujours menacées par des actes de piraterie, mais que les cités phéniciennes prospèrent aux côtés d'autres implantations des Peuples de la mer. Un autre texte égyptien, l’Onomasticon d'Aménémopé, donne une liste des peuples de Palestine, parmi lesquels se trouvent les Tjeker, les Philistins et les Shardanes[39] qui ont été cantonnés à cette région après l'affrontement contre Ramsès III. La présence des Philistins et de leurs ports (Gaza, Ashdod, Ascalon) renvoie aux épisodes de leurs luttes contre les rois d'Israël dans le Premier livre des Rois.

Ces différentes sources écrites, ainsi que celles des Assyriens et des auteurs classiques qui évoquent la région quelques siècles plus tard, indiquent qu'un processus de cohabitation voire de mélange a lieu entre les Cananéens implantés dans la région depuis longtemps et les Peuples de la mer arrivés dernièrement, ce qui a pour effet de modifier considérablement le paysage politique et culturel du Levant méridional au début de l'Âge du Fer. Les fouilles archéologiques de sites de Palestine ont donc cherché à y repérer les territoires occupés par les Peuples de la mer, en premier lieu les Philistins localisés précisément grâce aux sources bibliques, mais aussi les Tjeker qu'on a tenté de trouver à Tel Dor ou les Shardanes à Tell Akko (Acre). Il a même été avancé sans fondement que les Denyen soient les ancêtres de la Tribu de Dan. L'identification se fait notamment sur la base d'une céramique d'inspiration mycénienne (mais qui peut être aussi chypriote), qualifiée parfois de « philistine », qui est clairement différente de celle des cultures locales traditionnelles. Cela suit la théorie dominante de l'origine égéenne de ces peuples (voir plus bas), et le fait que l'arrivée des Philistins sur place est le seul phénomène connu que l'on peut avancer pour expliquer l'apparition de cette céramique[40]. Mais elle reste problématique parce que l'adéquation entre une culture matérielle et un groupe ethnique n'est pas systématique. De plus, la chronologie de la diffusion de cette céramique est débattue : si on pense généralement qu'elle concorde bien avec les suites de la seconde « invasion » des Peuples de la Mer, d'autres avancent qu'elle pourrait être plus tardive (dans le courant de la seconde moitié du XIIe siècle), ce qui indiquerait que les Philistins sont arrivés dans la région plusieurs décennies après l'attaque repoussée par Ramsès III (comme proposé par D. Ussishkin)[41]. Au nord du Levant, la situation est différente, puisqu'il semble que les Peuples de la mer y aient eu moins d'importance, en tout cas le principal phénomène qui y est observable est l'irrésistible ascension des cités phéniciennes, héritières des royaumes de l'Âge du Bronze[42].

Encore plus au nord sur le littoral syrien, les Peuples de la mer n'ont apparemment pas duré : un groupe d'entre eux, identifié comme en Palestine par la présence d'une céramique d'inspiration mycénienne, s'est installé sur les ruines de Ras Ibn Hani, un site palatial d'Ugarit, ou à Tell Tweini dans le même royaume. Mais ses traces sont perdues par la suite sans doute du fait d'une fusion rapide avec les populations locales[43]. La Syrie devient durant cette période une terre dominée par des royaumes araméens et néo-hittites. Une inscription en hiéroglyphes hittites retrouvée dans un temple d'Alep mentionne un certain Taita « roi de Palistin », qu'il faut peut-être identifier comme un Philistin qui aurait établi un royaume dans cette région, mais cela est très incertain[44]. Plus à l'est, l'île de Chypre a été profondément bouleversée par les événements ayant eu lieu durant le XIIe siècle, puisqu'elle a vu l'arrivée d'une population grecque qui y devient l'ethnie dominante, un élément de plus en faveur des liens entre les Peuples de la mer et le monde égéen[35].

Enfin, il est souvent proposé que d'autres groupes aient migré plus à l'ouest. Sur la base de la proximité des noms, il a ainsi été proposé que les Shekelesh soient les ancêtres des Sicules établis en Sicile, et que les Shardanes soient les ancêtres des Sardes et auraient de la même manière donné leur nom à la Sardaigne. En fait ces propositions ne reposent pas sur des preuves solides (en particulier l'absence de trace archéologique) et ne peuvent être étayées[45]. L'idée selon laquelle les Teresh seraient les ancêtres des Tyrrhéniens et des Étrusques est encore moins tenable[17]. Il en ressort en tout cas une image hétérogène des Peuples de la mer, qui ne peuvent plus vraiment être considérés comme une entité collective après la bataille contre Ramsès III.

À la recherche d'explications[modifier | modifier le code]

D'où venaient les Peuples de la mer ?[modifier | modifier le code]

Combattants Peleset et Tjeker d'après les bas-reliefs de Medinet Habou, armés de lances et épées.

Parmi les Peuples de la mer cités par les pharaons, seuls les Lukkas ont une origine géographique claire, la Lycie, puisqu'ils sont connus avant cette époque par les textes hittites. Pour les autres, le doute demeure. La proposition de R. Drews selon qui tous ces peuples viennent des régions auxquelles leurs noms renverraient (donc les Shekelesh de Sicile, les Shardanes de Sardaigne, les Peleset de Palestine, etc.) n'est généralement pas acceptée, puisqu'il est plutôt considéré que ce seraient les régions où ils se sont installés par la suite[46]. Une seule autre exception à cela seraient les Aqwesh, que l'on identifie comme les Achéens en acceptant qu'ils correspondent aussi aux Ahhiyawa, ce qui renvoie donc à une origine supposée en Grèce continentale[16]. Les régions d'origines des différents peuples ont fait l'objet de propositions diverses, reposant surtout sur la proximité de leur nom avec ceux d'autres peuples connus par des textes de diverses périodes et origines, ce qui est donc léger. Les Denyen viendraient plutôt de de Cilicie, ou bien d'une région de Canaan ou encore correspondraient aux Danéens homériques et seraient donc originaires d'Argolide en Grèce[25] ; les Teresh viendraient de Troade[17], voire également les Weshesh (Wilusa ?)[26] ; les Shardanes sont peut-être originaires de Syrie du nord[11].

Il est également courant de rechercher l'origine des Peuples de la mer, ou au moins de certains d'entre eux, dans les îles du monde égéen et les régions littorales de l'Asie mineure[47]. Il est certain que les populations qui arrivent à Chypre à cette période sont grecques[35]. Pour ce qui est de celles qui se rendent au Levant, des indices plaident en faveur d'une même origine géographique. En effet, comme cela a été évoqué on trouve de la céramique ressemblant à celle des dernières phases de la civilisation mycénienne, l'Helladique récent IIIC (HR IIIC), sur les sites côtiers et notamment ceux du sud du Levant, pour les périodes suivant les mouvements des Peuples de la mer (et immédiatement après la destruction à Ras Ibn Hani)[40].

Néanmoins, cette identification céramique pose certains problèmes, entre autres parce que des formes rappelant celles de l'HR IIIC se retrouvent en plus grande quantité à Chypre, qui est donc un très bon candidat pour l'origine de cette influence égéenne au Levant car elle sert traditionnellement de relais entre les deux régions. De plus, ce type de céramique est isolé aux côtés d'autres types d'origine ou inspiration chypriote plus assurée, et de ceux liés à des évolutions locales levantines[48], tandis qu'on ne retrouve aucun des autres marqueurs de la civilisation mycénienne (sceaux, tombes à tholos, habitats fortifiés) en Méditerranée orientale[49]. Si une partie des Peuples de la mer s'installant au Levant vient effectivement du monde égéen, il s'agirait plutôt de ses zones méridionales ayant connu une influence mycénienne (les îles, la côte d'Asie mineure) que de Grèce continentale même. Les textes semblent également plaider en faveur d'une origine égéenne ou ouest anatolienne. L'inscription de Medinet Habou semble ainsi les faire venir des îles de l'Égée, tandis que le Livre d'Amos (rédigé au plus tôt dans la première moitié du VIIIe siècle, donc près de quatre siècles après les faits) dit que les Philistins sont originaires de Caphtor/Keftiu, la Crète[50]. C'est en fait pour ces derniers que l'origine égéenne semble la plus plausible[51], et il faut bien admettre que la plus grande incertitude demeure sur l'identification de l'origine de la plupart des « Peuples de la mer ».

Quelles étaient la nature et les causes des déplacements des Peuples de la mer ?[modifier | modifier le code]

Combattants Peleset sur un bateau, d'après un bas-relief de Medinet Habou.

Les mouvements des Peuples de la mer ont été depuis longtemps assimilés à des invasions violentes suivant le modèle qu'on retenait par le passé pour les « invasions barbares » de l'Europe du IIIe siècle de notre ère. Ramsès III les présente comme un groupe uni, conspirant de concert depuis leurs îles et ravageant sans pitié tous les pays qu'ils peuvent atteindre. En réalité, cette vision d'un groupe cohérent ne semble pas coller à la réalité : les Peuples de la mer ont des origines diverses et leurs mouvements semblent être plutôt peu organisés. Selon T. Bryce, ils seraient constitués de bandes de maraudeurs agissant généralement chacun de leur côté mais pouvant s'unir de temps en temps pour des opérations mieux organisées, avec le leadership des Libyens sous Mérenptah[52]. Mais il est fort probable qu'au moins une partie d'entre eux ait aussi cherché une nouvelle patrie pour s'établir[53]. La présence de femmes et d'enfants sur les reliefs égyptiens semble plaider en faveur d'une telle interprétation, qui paraît avérée au moins pour le cas des Peleset/Philistins. Mais l'étude des sites archéologiques de Palestine aux périodes de leur établissement semble indiquer qu'ils n'ont pas été nombreux à s'y installer, les entités politiques qu'ils forment étant alors peuplés surtout de Cananéens dominés par des élites philistines[54].

Reste à tenter de trouver des explications pour la raison des mouvements des Peuples de la mer. Parmi les incitations (les « pull factors »), le besoin de rapine a dû jouer. La thèse de R. Drews en fait même le facteur majeur. Selon lui, les Peuples de la mer sont des groupes de pillards venus uniquement pour faire du butin en Méditerranée orientale, avant de retourner dans leur pays. Leur efficacité serait due à leurs techniques militaires efficaces, reposant sur l'infanterie et l'utilisation d'armes comme les javelines et les épées longues, qui auraient mis fin au système militaire des royaumes proche-orientaux reposant sur les chars[55].

Les facteurs répulsifs (« push factors ») ont sans doute joué un rôle plus déterminant. En effet, à la fin de l'Âge du bronze, les régions égéennes et ouest-anatoliennes d'où semblent venir les Peuples de la mer connaissent de grands bouleversements qui peuvent avoir des causes climatiques (la sédimentologie indique des sécheresses prolongées alternant avec des pluies diluviennes, d'où perte probable des récoltes et turbidité de la mer réduisant les prises de pêche)[56]. Ces bouleversements qui se traduisent par la destruction généralisée des sites de la civilisation mycénienne et la disparition radicale de celle-ci en quelques décennies, n'ont rien à envier à ceux de l'Anatolie centrale, de la Syrie et du Levant. Il est difficile de ne pas voir un lien entre les deux, surtout si les Peuples de la mer sont issus du premier et jouent un rôle dans le second. Les perturbations climatiques peuvent être aussi à l'origine des « invasions doriennes » dans les Balkans, entraînant à leur tour, par « effet domino », des vagues migratoires depuis les territoires où ils arrivent, dont celles des Peuples de la mer (encore une fois c'est le modèle des « invasions barbares »). Mais la réalité des phénomènes migratoires dans le monde égéen n'est pas démontrée, et rien n'indique avec certitude que le monde mycénien se soit effondré avant les assauts des Peuples de la mer[57]. Les textes hittites semblent bien indiquer une détérioration de la situation dans l'Anatolie occidentale, dont des parties restent insoumises au pouvoir hittite et hors de sa portée, notamment celles où agit l'Ahhiyawa, qui paraît disparaître juste avant les invasions des Peuples de la mer[58].

Les Peuples de la mer et l'effondrement de la fin de l'Âge du bronze[modifier | modifier le code]

Les questions autour des mouvements des Peuples de la mer ne peuvent être dissociées de celles autour de l'« effondrement » des civilisations du Bronze récent : celle des Hittites en Anatolie centrale, les différentes cités syriennes, les cités de la Grèce mycénienne, et aussi de façon moins radicale le sud du Levant, la Haute Mésopotamie puis la Basse Mésopotamie et à un degré encore moindre l'Égypte. Les « barbares » que sont les Peuples de la mer jouent un rôle dans les scénarios explicatifs avancés, mais ils ne peuvent en être considérés comme la seule cause. Un rôle similaire est attribué à d'autres envahisseurs, sorte de contrepartie continentale des Peuples de la mer : les Araméens qui s'implantent en Syrie et en Mésopotamie peu après en causant également de nombreuses destructions. Les nouveaux venus Phrygiens ainsi que les Gasgas implantés depuis longtemps en Anatolie ont dû jouer un rôle dans la chute du Hatti[59].

Pourtant il est avancé que d'autres forces ont probablement joué dans ces bouleversements qui se déroulent en l'espace de quelques décennies, les « barbares » ne faisant alors qu'achever le travail de sape à l'œuvre sous l'effet de forces internes aux royaumes en crise tandis qu'ils sont eux-mêmes en partie victimes de ces troubles (au moins dans leurs régions d'origine) qui incitent leurs mouvements : de cause de la crise, les Peuples de la mer en deviennent aussi une conséquence. Une fois écartées des explications peu réalistes comme d'importants tremblements de terre ayant affaibli les cités syriennes et le Hatti, une explication avancée couramment est celle d'une sécheresse ayant provoqué des disettes récurrentes dans les dernières années de l'hégémonie hittite sur l'Anatolie et la Syrie et également en Grèce. Si on observe bien des problèmes d'approvisionnement en pays hittite, rien n'indique qu'ils soient dus à une sécheresse, mais ils ont pu être de nature à avoir déstabilisé les structures politiques et sociales de ce royaume et de ses vassaux. Les explications les plus récentes se sont orientées vers une crise systémique touchant les différents systèmes politiques et économiques du Bronze récent, par exemple des tensions sociales croissantes en Syrie et au Levant. Tout un faisceau de causes peut donc être avancé et doit sans doute être combiné, depuis les problèmes internes aux royaumes du Bronze récent aux attaques de nouveaux venus dont l'importance ne peut être relativisée[60]. Chaque région a connu une évolution propre qui conduit à lui chercher des explications spécifiques, même si la coïncidence des catastrophes incite aussi à la recherche d'une explication plus globale.

Notes[modifier | modifier le code]

  1. J. Elayi, Histoire de la Phénicie, Paris, 2013, p. 99.
  2. Pour une introduction sur les apports de ces textes, voir (en) T. Bryce, Letters of the Great Kings of the Ancient Near East : The Royal Correspondence of the Late Bronze Age, New York et Londres,‎ 2003
  3. Bryce 2005, p. 192-197, 212-214, 224-227, 290-293, 303-308
  4. Bryce 2005, p. 57-60 - J. Freu et M. Mazoyer, L'apogée du nouvel empire hittite : Les Hittites et leur histoire, Paris,‎ 2008, p. 102-118
  5. (en) C. Pulak, « The Uluburun Shipwreck and Late Bronze Age Trade », dans J. Aruz, K. Benzel et J. M. Evans (dir.), Beyond Babylon. Art, Trade, and Diplomacy in the Second Millenium B.C., New York, New Haven et Londres,‎ 2008, p. 289-310 et pages suivantes pour des exemples d'objets trouvés dans l'épave.
  6. Sur les échanges de biens à cette période, voir entre autres les courtes synthèses : (en) M. Heltzer, « The Economy of Ugarit », dans W. G. E. Watson et N. Wyatt (dir.), Handbook of Ugaritic studies, Leyde,‎ 1999, p. 439-448, G. Galliano et Y. Calvet (dir.), Le royaume d'Ougarit : Aux origines de l'alphabet, Lyon,‎ 2004, p. 116-134, (en) T. Bryce, Life and Society in the Hittite World, Oxford,‎ 2004, p. 87-97
  7. Bryce 2005, p. 335
  8. W. L. Moran, Les lettres d'El Amarna, Paris,‎ 1987, p. 206-207
  9. Bryce 2009, p. 424
  10. Bryce 2005, p. 54-55
  11. a et b Bryce 2009, p. 633-634
  12. Spalinger 2005, p. 209 - Freu 2006, p. 222 - Freu 2010, p. 218
  13. Liverani 2008, p. 68
  14. Adapté de C. Lalouette, L'empire des Ramsès, Paris,‎ 1995, p. 270
  15. Bryce 2009, p. 638-639
  16. a et b Bryce 2009, p. 11
  17. a, b et c Bryce 2009, p. 700
  18. Bryce 2005, p. 335-336
  19. Spalinger 2005, p. 235-238
  20. Bryce 2005, p. 321-323 - Freu 2010, p. 120-126
  21. Bryce 2005, p. 329 et 332-333 - Freu 2010, p. 199-209
  22. Freu 2006, p. 221-222 - Freu 2010, p. 219
  23. Adapté de C. Lalouette, L'empire des Ramsès, Paris,‎ 1995, p. 309 et Freu 2010, p. 220-221
  24. Bryce 2009, p. 552-554
  25. a et b Bryce 2009, p. 191
  26. a et b Bryce 2009, p. 764
  27. Bryce 2009, p. 712
  28. Bryce 2005, p. 336 - Freu 2010, p. 218
  29. Spalinger 2005, p. 249-256
  30. Grabbe 2007, p. 89-90
  31. Liverani 2008, p. 67-68 et 70-73 - Freu 2010, p. 218
  32. S. Lackenbacher, Textes akkadiens d'Ugarit, Paris,‎ 2002, p. 193-194
  33. Freu 2006, p. 235-242
  34. Freu 2006, p. 243-246 - Freu 2010, p. 254-261
  35. a, b et c V. Karageorghis, Les Anciens Chypriotes : entre Orient et Occident, Paris, 1990, p. 101-108.
  36. Freu 2010, p. 261
  37. P. Grandet, Les Pharaons du Nouvel Empire : une pensée stratégique (1550-1069 avant J.-C.), Paris,‎ 2008, p. 260-262. Voir aussi Liverani 2008, p. 71
  38. Pour une traduction du récit, voir notamment C. Lalouette, Textes sacrés et textes profanes de l'ancienne Égypte : t. 2 Mythes, contes et poésie, Paris,‎ 1987, p. 240-248
  39. Freu 2010, p. 261-262
  40. a et b Grabbe 2007, p. 90
  41. Grabbe 2007, p. 90-92
  42. Liverani 2008, p. 69 - Gilboa 2005, p. 47-52 pour une mise au point récente et des références sur l'archéologie des Peuples de la mer au sud du Levant
  43. Freu 2006, p. 219-220 et 246-247
  44. Cela s'appuie également sur des inscriptions de Tell Tayinat, donc dans les deux cas des découvertes récentes qui appellent à de nouvelles recherches : (en) J. D. Hawkins, « Cilicia, the Amuq, and Aleppo: New Light on a Dark Age », Near Eastern Archaeology, vol. 72, no 4,‎ 2009, p. 64–173
  45. Bryce 2009, p. 634 et 638-639
  46. Freu 2010, p. 219
  47. Bryce 2005, p. 338 - Grabbe 2007, p. 89
  48. Gilboa 2005, p. 53-62
  49. R. Treuil, P. Darcque, J.-C. Poursat et G. Touchais, Les Civilisations égéennes du Néolithique et de l'Âge du Bronze, Paris,‎ 2008, p. 369-372
  50. Livre d'Amos, chapitre 9, verset 7
  51. Bryce 2009, p. 552
  52. Bryce 2005, p. 339-340
  53. Freu 2010, p. 220
  54. Grabbe 2007, p. 92-93
  55. (en) R. Drews, The End of the Bronze Age : Changes in Warfare and the Catastrophe ca. 200 B.C., Princeton,‎ 1993, p. 97-209. Voir les critiques dans Freu 2010, p. 222-223
  56. J. Faucounau, Les Peuples de la Mer et leur histoire, L'Harmattan, Paris, 2003.
  57. R. Treuil, P. Darcque, J.-C. Poursat et G. Touchais, Les Civilisations égéennes du Néolithique et de l'Âge du Bronze, Paris,‎ 2008, p. 377-380 pour une discussion sur les « invasions » dans le monde égéen.
  58. Bryce 2005, p. 309-310 et 338-339
  59. Freu 2010, p. 254-259
  60. Bryce 2005, p. 340-344 - Liverani 2008, p. 64-68

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) T. Bryce, The Kingdom of the Hittites, Oxford,‎ 2005
  • (en) T. Bryce, The Routledge Handbook of People and Places of Ancient Western Asia, Abingdon et New York,‎ 2009
  • J. Freu, Histoire politique du royaume d'Ugarit, Paris,‎ 2006
  • J. Freu et M. Mazoyer, Le déclin et la chute du nouvel empire Hittite, Les Hittites et leur histoire 4, Paris,‎ 2010
  • (en) L. L. Grabbe, Ancient Israel: What Do We Know and How Do We Know It?, Londres et New York,‎ 2007
  • M. Liverani, La Bible et l'invention de l'histoire, Paris,‎ 2008
  • (en) A. Spalinger, War in Ancient Egypt, Malden, Oxford et Victoria,‎ 2005
  • (en) A. Gilboa, « Sea Peoples and Phoenicians along the Southern Phoenician Coast - A Reconciliation: An Interpretation of Šikila (SKL) Material Culture », Bulletin of the American Schools of Oriental Research 337,‎ 2005, p. 47-78

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :