Peugeot Sport

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Peugeot Talbot Sport)
Aller à : navigation, rechercher

Peugeot Sport est le département compétition du constructeur automobile français Peugeot. Son siège social se situe à Vélizy-Villacoublay, dans le cluster technologique Paris-Saclay[1].

Présentation[modifier | modifier le code]

Il fut fondé en octobre 1981 sous le nom de Peugeot Talbot Sport, à la suite de la fusion des activités commerciales des marques Peugeot et Talbot du groupe PSA. Son premier directeur fut Jean Todt, qui le resta jusqu'en 1993. Cette équipe a été présente dans les disciplines circuits (Championnat du monde des voitures de sport, 24 Heures du Mans, Championnat du monde de Formule 1, Championnat de France de Supertourisme,...), en rallye (Championnat du monde des rallyes, Championnat de France des rallyes,...) et en rallye-raid (Rallye Dakar,...). Elle dispose aussi d'un département client, proposant des pièces destinées à la compétition, voire des modèles complets, notamment en rallye.

Histoire[modifier | modifier le code]

En 1981, Jean Todt se retire de la compétition en tant que copilote et se voit confier la direction sportive de Peugeot par le PDG Jean Boillot alors que l’entreprise PSA Peugeot Citroën connaît d'importantes difficultés d'image et de finances. Il met ses talents d'organisateur rigoureux et de stratège au service de la création de Peugeot Talbot Sport, entité créée pour permettre le retour à la compétition de la firme française et devient maître d’œuvre des Peugeot 205 Turbo 16, Peugeot 405 Turbo 16 et Peugeot 905.

Rallyes 1984-1986[modifier | modifier le code]

205 T16
205 Turbo 16

L'aventure commence en 1984, quand la Peugeot 205 Turbo 16 participe à 5 courses d'apprentissage au Championnat du monde des rallyes. Apprentissage qui se termine par 3 victoires pour le pilote Ari Vatanen et son copilote Harryman. L'année 1985 est la confirmation du potentiel de la voiture. Lors de sa première saison complète elle parvient à remporter le championnat avec Timo Salonen qui lui remporte le titre pilote. Le championnat de l'année 1986 est encore placé sous la domination des 205 : avec Juha Kankkunen qui gagne le titre pilote, et Peugeot le titre constructeur pour la deuxième année consécutive. Mais c'est la dernière année pour les machines du Groupe B : la FISA (Fédération Internationale du Sport Automobile) décide de supprimer cette catégorie pour 1987, à cause des accidents tragiques et fréquents, causés par des voitures aux performances déraisonnables.

Rallyes Raid 1987-1990[modifier | modifier le code]

Privée d'une catégorie de rallye acceptant la 205, Peugeot décide de s'orienter vers le rallye raid, et principalement le Paris Dakar. En 1987, la 205 T16 « Grand Raid » adaptée aux conditions difficiles des raids gagne, aux mains de Ari Vatanen, le Dakar et le rallye des Pharaons en Égypte. L'édition 1988 du Dakar est remportée par la 205 pilotée par Juha Kankkunen.

En 1989, la 205 est remplacée par la Peugeot 405 Turbo 16. La 405 Turbo 16 rallye-raid est un coupé dérivé de la berline 405, basé sur la mécanique de la 205 Turbo 16 et conçu en 1988 pour les rallyes-raids africains. La 405 Turbo 16, pilotée par le finlandais Ari Vatanen remporte le Rallye Paris-Dakar en 1989 et 1990.

Après avoir gagné les courses importantes, Peugeot Sport passe le relais à Citroën Sport et sa Citroën ZX Rallye-raid et se tourne vers l'endurance.

Sport prototype 1990-1993[modifier | modifier le code]

En 1988, Peugeot lance le projet 905 destiné à participer au Championnat du monde des Voitures de Sport, dont l'épreuve phare est les 24 Heures du Mans. La voiture fait ses débuts en compétition en octobre 1990 à Montréal au Canada, et après quelques problèmes de jeunesse corrigés, elle termine deuxième du championnat 1991 (trois victoires : Suzuka, Magny-Cours et Mexico). En 1992, la 905 remporte le championnat du monde et Le Mans, et en 1993, Peugeot triomphe avec un triplé au Mans. Juste après cette victoire, Jean Todt part chez Ferrari et Peugeot arrête les Sport-Prototypes pour tenter l'aventure Formule 1.

Formule 1 1994-2000[modifier | modifier le code]

Jarno Trulli sur Prost AP02 - Canada 1999
Jarno Trulli sur Prost AP02 - Grand prix du Canada - 1999

En 1994, Peugeot se lance donc en Formule 1, devenant le motoriste de la prestigueuse équipe McLaren pour quatre ans. Mais des résultats décevants et des divergences d'opinion entraîneront une rupture entre les deux parties, McLaren s'associant avec Mercedes, et Peugeot devenant fournisseur de l'écurie Jordan. Durant leurs trois années d'association, les deux partenaires réaliseront des progrès majeurs, passant du milieu de grille début 1995 à une victoire tutoyée à plusieurs reprises en 1997. En 1998, Peugeot s'associe avec la nouvelle équipe française Prost Grand Prix. Mais cette association débute au moment où l'investissement des constructeurs (Mercedes, Ferrari, Ford, Honda et BMW) devient massif. Peugeot, qui vient de lancer son programme 206 WRC en parallèle, ne peut suivre le rythme de ses adversaires, et cette association sera très décevante, en particulier lors de la dernière saison qui se termine sans aucun point. Fin 2000, Peugeot quitte la F1 avec 14 podiums et aucune victoire en 115 Grand Prix, et revend son département F1 à Asiatech.

Rallyes 1998-2002[modifier | modifier le code]

En 1998, sous l'impulsion du nouveau directeur de Peugeot Sport Corrado Provera, est lancé un nouveau programme de rallye, avec la 206 WRC. Cette voiture fait ses débuts en WRC lors du Tour de Corse 1999. Elle va remporter 25 victoires, trois titres constructeurs (2000, 2001, 2002), et deux titres pilotes (avec Marcus Grönholm en 2000 et 2002). Elle est remplacée par la 307 WRC en 2004. Mais cette voiture n'a pas les qualités de sa devancière. Elle remporte trois victoires en deux ans, avant que la direction de PSA ne stoppe les programmes rallyes de ses deux constructeurs (Peugeot et Citroën), en raison des coûts de la discipline (Citroën reviendra dès 2007).

Endurance 2007-2011[modifier | modifier le code]

En juin 2005, Peugeot annonce son retour aux 24 Heures du Mans, avec une motorisation Diesel. En 2006, l'Audi R10 devient la première voiture à motorisation diesel à remporter Le Mans. En 2007, la Peugeot 908 débute et montre très vite son potentiel lors des Le Mans Series, remportant les titres pilotes et équipes. Aux 24 Heures du Mans 2007, la 908 obtient la pole position, mais doit se contenter de la 2e place. En 2008, la 908 est la plus rapide en performance pure sur piste sèche, mais doit s'incliner face à la R10, après avoir vu ses performances se dégrader sur piste humide. Peugeot s'incline aussi face à Audi lors des Le Mans Series, malgré quatre victoires.

Peugeot 908-2009
La Peugeot 908 victorieuse des 24 Heures du Mans 2009

En 2009, Peugeot corrige quelques erreurs, modifie ses équipages pour les rendre plus homogènes, et signe le doublé aux 24 Heures du Mans 2009, étant les premiers à vaincre les voitures du Groupe Volkswagen (Audi et Bentley Motors) depuis 2000. Peugeot remporte aussi les 1 000 km de Spa et Petit Le Mans cette année-là.

En 2010, après une première victoire aux 12 Heures de Sebring et une quatrième victoire consécutive aux 1 000 km de Spa, Peugeot subit une lourde défaite aux 24 Heures du Mans, où les quatre 908 engagées (trois par l'équipe officielle, une par Oreca) sont contraintes à l'abandon en raison de problèmes mécaniques, alors qu'elles dominaient largement l'épreuve. La déception est grande au sein de l'écurie. La 908 remporte les trois dernières courses dans lesquelles elle s'aligne : 1 000 km de Silverstone (12 septembre), Petit Le Mans (2 octobre) et 1 000 km de Zhuhai (7 novembre).

Pour l'année 2011, Peugeot Sport continue en endurance et aligne la Peugeot 908 (2011). À ses débuts aux 12 Heures de Sebring le 19 mars 2011, elle réussit son premier podium avec une troisième place (la course étant gagnée par l'ancienne Peugeot 908 HDi FAP de l'écurie ORECA). Elle remporte toutes les courses de la saison ILMC en 2011 sauf les 24 Heures du Mans, où elle termine deuxième à 13,854 secondes de l'Audi R18 TDI. Peugeot Sport remporte ainsi le titre constructeur ILMC en 2011.

Alors que tout le monde s'attendait à un affrontement entre Peugeot, Audi et Toyota pour la saison 2012, l'équipe annonce le 18 janvier 2012, à la stupéfaction de tous, qu'elle se retire des courses d'endurance[2].

Pikes Peak 2013[modifier | modifier le code]

Peugeot 208 T16 Pikes Peaks
Peugeot 208 T16 Pikes Peaks au "Festival Of Speed" de Goodwood en 2013

Construite avec de nombreuses pièces issues des différents projets d'endurance de Peugeot, dont les 908 HDi FAP, 908 et Pescarolo Peugeot, la Peugeot 208 T16 est spécialement préparée pour la course de côte de Pikes Peak International Hill Climb, aux États-Unis. Bien que le T16 signifie "Turbo 16 soupapes", ce qui n'est pas le cas de la 208 T16 Pikes Peak puisqu'elle dispose d'un moteur turbo 24 soupapes, son nom fait référence à ses illustres devancières que sont les fameuses 205 Turbo 16 et 405 Turbo 16, qui a gagné l'épreuve en 1987.

Sébastien Loeb gagne en 2013 en établissant un nouveau record de l'ascension en min 13 s 878 le 30 juin 2013[3].

Dakar 2015[modifier | modifier le code]

Peugeot, vainqueur du Paris-Dakar de 1987 à 1990 annonce en mars 2014 son retour en rallye raid. L'espagnol Carlos Sainz, et les français Cyril Despres et Stéphane Peterhansel, seront au volant d'une Peugeot 2008 DKR dans l'édition 2015 du Rallye Dakar[4].

Direction[modifier | modifier le code]

Palmarès[modifier | modifier le code]

Championnat du monde des rallyes[modifier | modifier le code]

Automobile Championnat Pilote Résultat
Salonen sanremo85.jpg
Peugeot 205 Turbo 16
1985 Drapeau de la FinlandeTimo Salonen

Drapeau de la FinlandeSeppo Harjanne
Premio Rally.png
Kankkunen sanremo86.jpg
Peugeot 205 Turbo 16
1986 Drapeau de la FinlandeJuha Kankkunen

Drapeau de la FinlandeJuha Piironen
Premio Rally.png
Mg2 peugeot.jpg
Peugeot 206 WRC
2000
2002
Drapeau de la FinlandeMarcus Grönholm

Drapeau de la FinlandeTimo Rautiainen
Premio Rally.png

Kit « PTS »[modifier | modifier le code]

En dehors de ses activités sportives, Peugeot-Talbot Sport s'est également consacré au milieu des années 1980 à la préparation de modèles de série tels que la 205 GTI 1.6 poussée de 105 à 125 ch. Ce kit assez onéreux rendait la voiture beaucoup plus performante mais moins souple à cause d'un moteur trop pointu (la puissance et le couple ne s'obtenaient qu'à haut régime). Le kit PTS était destiné à augmenter la puissance du moteur XU5J de 105 à 125 ch alors que la version XU5JA offre, elle, 115 ch.

Clubs Peugeot Sport[modifier | modifier le code]

Les Clubs Peugeot Sport sont des associations obéissant à la loi de 1901 à compétence territoriale. Juridiquement indépendants de Peugeot PSA, les clubs doivent néanmoins être agréés par Peugeot Sport pour avoir droit à cette appellation.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]