Peugeot Coupé 406

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Peugeot 406 Coupé
Peugeot Coupé 406

Marque Drapeau : France Peugeot
Années de production Phase 1.1 1997 - 1999
Phase 1.2 1999 - 2003
Phase 2 2003 - 2004
Production 107 631 exemplaires
Classe Coupé
Usine(s) d’assemblage Drapeau de l'Italie Usine Pininfarina de San Giorgio Canavese
Moteur et transmission
Moteur(s) Essence
2,0 16s 135/137 ch
2,2 16s 160 ch
3,0 V6 24s 194/210 ch

Diesel
2,2 HDi 136 ch
Position du moteur Transversale avant
Transmission Traction avant
Boîte de vitesses Manuelle 5 rapports
Automatique 4 rapports auto-adaptative
Poids et performances
Poids à vide de 1460 à 1585[1] kg
Vitesse maximale de 200 à 240 km/h
Accélération 0 à 100 km/h en 7.8 à 10.4 s
Consommation mixte de 6 à 12.4 L/100 km
Émission de CO2 de 168 à 248 [2] g/km
Châssis - Carrosserie
Carrosserie(s) Coupé 4 places
Coefficient de traînée 0.32
Suspensions Pseudo MacPherson / Multibras
Direction Crémaillère, assistée
Freins Avant :
Étriers 4 pistons Brembo & Disques ventilés (305mm) ou Étriers 2 pistons & Disques ventilés (283mm)
Arrière :
Étriers flotant & Disques (290mm)
Dimensions
Longueur 4 615 mm
Largeur 1 780 mm
Hauteur 1 354 mm
Empattement 2 700 mm
Volume du coffre 390 dm3
Chronologie des modèles
Précédent Peugeot 504 coupé Peugeot 407 coupé Suivant

La Peugeot 406 coupé est une automobile de la marque Peugeot (groupe PSA) fabriquée en Italie près de Turin dans l'usine Pininfarina de San Giorgio Canavese.

Issue de la berline 406, elle ne conserve néanmoins aucun élément de carrosserie, celle-ci ayant été entièrement conçue, développée et fabriquée par le célèbre carrossier italien Pininfarina[3]. Présentée pour la première fois au public en octobre 1996 au Mondial de Paris, sa commercialisation a débuté en mai 1997.


Peugeot a produit 107 631 coupés 406 pour un contrat initial de 70 000 véhicules avec Pininfarina[4].

Histoire[modifier | modifier le code]

Peugeot 504 Coupé de 1978

Le coupé est une tradition de longue date chez Peugeot (le type 21 est le premier de la marque, réalisé en 1898[5]), mais à l'arrêt de la production du coupé 504 en 1983[6] aucun modèle n'assure la relève. En effet, Peugeot connait quelques difficultés financières suite à son échec aux États-Unis[7] et au rachat de Chrysler-Simca, les projets (405 et 505 coupé) sont donc écartés[8].

Ce n'est que 14 ans plus tard que viendra le 406 Coupé, griffé comme son prédécesseur, Pininfarina. En effet la coopération entre la firme de Sochaux et le carrossier italien n'en est pas à son premier essai : la Peugeot 403 en a bénéficiée dès 1951[9]. De nombreux clichés pirates circuleront[7] jusqu'à la présentation officielle du modèle en octobre 1996 au Salon Mondial de l'Automobile de Paris.

Carrière[modifier | modifier le code]

l'Usine Pininfarina de San Giorgio

La presse spécialisée est enthousiasmée par son design[10] et le coupé obtient plusieurs prix à sa sortie[3] : Coupé più Bello del Mondo 1997 au Triennale de Milan, Car Design Award 1997 au Salon Automobile de Turin et Plus Belle Voiture de l'Année 1998 au Festival automobile international[11]. Également bien accueilli par le public, un sondage réalisé par l'institut Louis Harris pour Auto live[12] révèle même que le 406 Coupé est la voiture de rêve no 1 devant les Mercedes CL 600, BMW Z8 et Ferrari 456 GT, de catégories plus haut de gamme.

Certains lui reprochent une planche de bord reprise de la berline[13] ou un manque de sportivité mais Peugeot remplit ses objectifs avec des carnets de commande pleins à craquer. Son succès réside dans son confort et son bon comportement routier[14], doublé d'un tarif attractif pour une GT louée par la presse comme la voiture la plus belle du moment[15]. En 2001 Peugeot fait le pari d'équiper son coupé d'un diesel, c'est le plus gros moteur du constructeur qui est retenu : un 2.2l HDi de 136ch. Si à l'époque le diesel est mal vu par les puristes[16], l'alliance séduit et permet même de relancer les ventes (voir graphique).

Fin 2004 s'achève la carrière du coupé franco-italien. Lors du Salon de Francfort en septembre 2005, le successeur est présenté[17], il s'agit du coupé 407 dont le design est de Peugeot. Pininfarina n'aurait pas remporté le "concours" contre le Centre de Style de Peugeot[18], c'est donc Gérard Welter qui est à la tête du nouveau dessin.

Intérieur[modifier | modifier le code]

Le confort est un point fort du 406 Coupé[13], sa dotation cuir est de bonne facture[14] et l'espace intérieur est assez généreux[19]. Il ne dispose que de 4 places, cela lui permet en outre de fournir aux passagers une aisance rare dans le segment[20]. Les sièges sont à commande électrique et disposent d'une mémoire de positions. Ils ont été dessinés par Pininfarina mais sont fabriqués par Recaro[21], société célèbre pour ses sièges automobiles sportifs.

Pour des raisons de coûts, plusieurs éléments de l'habitacle sont empruntés à la berline, de fait la présentation intérieure est jugée trop classique et manque d'exclusivité. Le tableau de bord ne se distingue par exemple que par un cerclage métallique des compteurs.

Équipement[modifier | modifier le code]

Le 406 Coupé est un modèle bien fourni en termes d'équipement comparé au reste de la gamme du constructeur. À partir du restylage en avril 99 on trouve donc un équipement moderne de série (ordinateur de bord, air climatisé, régulateur de vitesse...), en revanche la peinture métallisée ou le GPS sont en option pour les deux finitions "Base" et "Pack". Le toit ouvrant électrique est proposé en option sur toutes les finitions exceptée la "Griffe" qui en dispose de série.

  • Finition "Pack" : (50 046 exemplaires)
    • Finition "S" + garnissage cuir, lave-projecteurs, rétroviseur intérieur électrochrome, surtapis, siège conducteur à mémoire, sièges avant électriques et chauffants, système audio JBL "Prestige"
  • Finition "Griffe" : (885 exemplaires)
    • peinture métallisée, garnissage cuir Ouragan (noir), siège conducteur à mémoire, sièges avant électriques et chauffants, système audio JBL "Prestige", chargeur CD, régulateur de vitesse, air climatisé régulé, seuil de portes en aluminium, rétroviseurs extérieurs électriques chauffants et rabattables électriquement, rétroviseur intérieur électrochrome, jantes 16" en alliage léger, allumage automatique des projecteurs, lave-projecteurs, capteur de pluie, alarme, direction à assistance variable, ordinateur de bord, ABS / ESP (Sauf 2.0e BVA), toit ouvrant électrique
  • Finition "Ultima Edizione" (limitée) : (2 097 exemplaires)
    • Air climatisé régulé, autoradio RD3, système audio JBL "Prestige", direction à assistance variable, ordinateur de bord, régulateur de vitesse (Sauf 2.0e BVA), rétroviseurs extérieurs électriques chauffants et rabattables électriquement, ABS / ESP (sauf 2.0e BVA), jantes 16" en alliage léger, garnissage cuir, lave-projecteurs, rétroviseur intérieur électrochrome, sièges conducteur à mémoire, sièges avant électriques et chauffants

Selleries[22][modifier | modifier le code]

Sièges Recaro en cuir Amarante.
  • Trois selleries cuir et deux tissu composent la finition du coupé dès sa sortie. Les cuirs sont de type ventilé, reconnaissables aux perforations sur l'assise et le dossier. Les coloris disponibles sont "Abricot", "Amarante" et "Ouragan" pour le cuir noir. Les intérieurs tissus proposés sont "Nil Bleu" et "Nil Gris". Volant, pommeau et soufflet de levier de vitesse sont garnis de cuir Ouragan pour toutes les finitions.
  • En mai 2000 le cuir Abricot laisse place au cuir "Alezan" et le tissu Nil Bleu au "Salzbourg Astrakan" dans un ton plus gris, le Nil Gris n'est quant à lui plus disponible. Le cuir est désormais plissé plutôt que ventilé et le volant adopte un cuir bi-ton assorti à la finition cuir choisie.
  • Pour son nouvel habillage Phase2 le coupé quitte sa robe Amarante remplacée par le bleu "Cobalt" et son volant bi-tons. Le tissu "Salzbourg Astrakan" quant à lui se dote de cuir lisse Ouragan sur ses flancs.
  • Un autre intérieur fait son apparition avec la série spéciale "Sport", le "Chess". Traduit d'échecs en Anglais, il est caractéristique par son tissu noir à carreau et son cuir lisse Ouragan sur les flancs des sièges.
  • Un intérieur cuir blanc est réservé à la série limitée "Settant'anni", conjointement à un cuir Alezan, lui aussi exclusif puisque les deux finitions offrent un garnissage assorti du pommeau et du soufflet de levier de vitesse, du levier de frein de stationnement et un volant bi-tons.

Mécanique[modifier | modifier le code]

3.0l V6 210ch d'un coupé phase 2.

Reprenant le châssis de la berline à roues indépendantes, un train avant de type pseudo McPherson et un train arrière multi-bras[23], le 406 Coupé hérite ainsi d'un bon compromis entre comportement routier et confort[14]. L'empattement reste identique mais la garde au sol est réduite par rapport à la berline, le centre de gravité est ainsi abaissé et une barre anti-rapprochement ajoute un peu plus de stabilité en virage (seuls les modèles 2.0l n'en sont pas équipé). Des suspensions pilotées sont disponibles en option pour le V6 pack.

Le freinage est assuré par des étriers 4 pistons Brembo montés sur des disques ventilés de 305 mm de diamètre pour les modèles V6 et HDi ou des étriers flottants montés sur des disques ventilés de 283 mm pour les versions 2.0l et 2.2l. À l'arrière un étrier flottant monté sur un disque de 290 mm équipe toutes les versions. Si l'ABS est présent de série dès le lancement du coupé, l'ESP n'apparait qu'en 99 et l'AFU en 2001.

La liaison au sol est effectuée par des pneumatiques larges de 215 mm (205 mm pour les versions 2.0l)[24].

Motorisations[modifier | modifier le code]

Uniquement disponible en deux versions essence quatre et six cylindres à son lancement, le coupé n'aura son diesel qu'en janvier 2001. À l'image du coupé 504 inaugurant le V6 PRV à son époque, c'est le 406 Coupé qui inaugure le nouveau V6 PSA/Renault de 194ch[25]. Ses motorisations subissent quelques modifications durant sa carrière, le vieillissant quatre cylindres en ligne 2 litres 135 ch provenant de la 605 est remplacé en 1999 par le nouveau 2 litres 137 ch, emprunté à la 206 S16[25]. Par la même occasion le V6 évolue après un passage chez Porsche, sa puissance est portée à 210 ch pour une consommation en baisse[14]. En mars 2002 le 2.0l en boite manuelle fait place au 2.2l 160 ch qui équipe déjà la berline 607.

Selon les chiffres du club 406 Coupé[4] la motorisation la plus vendue serait le 2,0 L avec près d'un coupé sur deux équipé (soit 45,1 % : 23,1 % pour le 135 ch et 21,9 % pour le 137 ch), vient ensuite le 3,0 L V6 avec 29,8 % du parc (19,2 % pour le 194 ch et 10,6 % pour le 210 ch) et le 2,2 L HDi pourtant arrivé tardivement et qui trouve place dans 21,7 % des capots. À la marge, le 2,2 L essence ne représente quant à lui que 3,4 % du parc.


Tableau comparatif[26]:

Appellation commerciale 2,0 L 135 ch 2,0 L 137 ch 2,2 L HDi 136 ch 2,2 L 160 ch 3,0 L V6 194 ch 3,0 L V6 210 ch
Appellation technique XU10J4R EW10J4 DW12TED4 EW12J4 ES9J4 ES9J4S
Énergie Essence Diesel Essence
Bloc moteur Fonte Aluminium Fonte Aluminium
Cylindres / Soupapes 4 Cylindres / 16 Soupapes V6 à 60° / 24 Soupapes
Cylindrée / alésage*course 1 998 cm3 / 86x86 1 997 cm3 / 85x88 2 179 cm3 / 85x96 2 230 cm3 / 86x96 2 946 cm3 / 87x82.6
Gestion d'alimentation Bosch Motronic Magneti Marelli Common Rail Magneti Marelli Bosch Motronic
Taux de compression 11 10,8 18 10,8 10,5 10,9
Puissance max (ch DIN) 135 ch à 5 500 tr/min 137 ch à 6 000 tr/min 136 ch à 4 000 tr/min 160 ch à 5 650 tr/min 194 ch à 5 500 tr/min 210 ch à 6 000 tr/min
Puissance max (kW DIN) 97,4 kW à 5 500 tr/min 99 kW à 6 000 tr/min 98 kW à 4 000 tr/min 116 kW à 5 650 tr/min 140 kW à 5 500 tr/min 152 kW à 6 000 tr/min
Couple max (Nm) 180 Nm à 4 200 tr/min 190 Nm à 4 100 tr/min 314 Nm à 2 000 tr/min 217 Nm à 3 900 tr/min 267 Nm à 4 000 tr/min 285 Nm à 3 750 tr/min

Au 1er janvier 2001 les nouvelles Norme européenne d'émission Euro mènent à une évolution mineure du 2.0l 137 ch (type RFR) en 2.0l 138 ch (RFN) par l'ajout d'une deuxième sonde lambda dans le but d'affiner la gestion d'alimentation (la modification est parallèlement appliquée à la 206 s16 d'où provient le bloc EW10J4)

Extérieur[modifier | modifier le code]

Griffée Pininfarina, la carrosserie du 406 Coupé est, selon la presse, fluide et limpide[20]. Complètement dans le style de son designer, le coupé ne reprenant aucun élément de carrosserie de la berline d'origine. Elle fut primée à plusieurs reprises[3] et ne fut pas restylée à l'exception de son bouclier avant, en fin de carrière. Contrairement à l'accoutumée, la coque des rétroviseurs ne reprend pas la couleur de la carrosserie mais une couleur sombre marquant une rupture avec la ligne de la voiture. Selon le designer cela permettrait, vu de profil, de rendre les rétroviseurs invisibles[7]. Peugeot propose en accessoire un aileron pour les clients voulant démarquer leur coupé avec une touche de sportivité.

Pour la phase 1, le coefficient de traînée (Cx) est de 0,32 et le SCx (soit le Cx multiplié par la surface frontale) de 0,656[27]. Ces chiffres déterminent l'aérodynamisme qui influe directement sur la consommation et la vitesse de pointe.


Peintures[modifier | modifier le code]

Rétroviseur gris crépuscule

Les rétroviseurs extérieurs reçoivent une peinture gris "crépuscule" (Code couleur : ETK) jusqu'en 2003 où celle-ci est changée pour une peinture gris cosmos (Code couleur : EYF) anciennement présente dans le catalogue de teintes carrosserie. Les coupés noir Granit font exceptions et reçoivent des rétroviseurs de la même couleur.

Quinze teintes ont fait partie du catalogue[28], mais seuls les coloris Rouge Écarlate et Gris Thallium ont été proposés du début à l'arrêt de la production. Le coloris Gris Cendré dans les tons beige et gris clair détient la carrière la plus courte, il est apparu en mai 2004 pour remplacer le Beige Solstice.

Les coloris indiqués comme rares représentent 1 % ou moins des coupés vendus[4]. Les codes couleurs sont indiqués entre parenthèses et la présence au catalogue[29] en italique.

  • Gris
    • Cendré (Code couleur : ETS) 2004 couleur rare
    • Thallium (Code couleur : EVW) 1997-2004
    • Hadès (Code couleur : EZD) 2000-2004
    • Cosmos (Code couleur : EYF) 1997-2002
  • Bleu
    • Riviera (Code couleur : EGS) 1997-2001
    • Hypérion (Code couleur : KNX) 2001-2004
    • Byzance (Code couleur : EGT) 1997-2002
    • Récif (Code couleur : KMF) 2002-2004
  • Rouge
    • Écarlate (Code couleur : EKG) 1997-2004 coloris non métallisé
    • Lucifer (Code couleur : EKQ) 1997-2003
  • Vert
    • Lugano (Code couleur : KQK) 1997-2000 couleur rare
    • Polo (Code couleur : KQF) 1997-2003
  • Beige Solstice (Code couleur : KCS) 2001-2004 couleur rare
  • Jaune Louxor (Code couleur : KBM) 1997-2001 coloris non métallisé, couleur rare
  • Noir Granit (Code couleur : EXV) 2002-2004

Jantes[modifier | modifier le code]

Le coupé fut initialement présenté avec une monte en 15" pour le 2.0l ou 16" pour le V6[30] de jantes BBS, fabriquées en Italie et portant le nom de leurs fabricant[31]. Ces jantes larges de 7" à cache moyeu central ne seront remplacées qu'en juillet 2001 par le modèle "Hoggar". Plus de différence entre motorisations, toutes ont droit au 16 pouces.
En 2002, le modèle "Nautilus" introduit avec la série "Settant'anni" en coloris bi-tons équipe l'ensemble de la gamme dans une nouvelle version unie gris métallisée. Enfin en avril 2003 le restylage Phase 2 amène les 5 branches des jantes "Tacoma".

Détails[modifier | modifier le code]

Échappement d'un HDi vu de dessous

Si au premier abord un 406 Coupé semble rigoureusement identique à un autre 406 Coupé des différences subsistent pourtant :

À sa sortie les clignotants latéraux sont orange, plus très actuels, ils seront remplacés lors du restylage de 99 par des clignotants transparents de forme identique qui équipent des déjà les 306. L'année suivante les vitres de portières latérales se dotent d'une sérigraphie noire sur le bord extérieur afin de dissimuler le joint de porte.
Les étriers permettent de différencier certaines motorisations. En effet ceux qui équipent les motorisations Diesel et V6 arborent une peinture noire brillante et un logo Brembo sur de larges étriers 4 pistons. Ceux-ci disparaitrons plus tard contre des étriers mates non signés.
La sortie d'échappement semble identique pour toutes les motorisations, Peugeot ayant en effet pris soin de dissimuler la dérivation des gaz vers le bas sur le 2.2l HDi.

Évolutions[modifier | modifier le code]

Le nouveau bouclier avant phase 2

Le coupé a connu plusieurs changements plus ou moins importants dans sa carrière. On parle de coupé phase 1, phase 1 "restylé" et phase 2. En avril 1999 le coupé français change de moteur pour le 2,0 l qui passe à 137 ch, le V6 est remanié chez Porsche à 210 ch. Le circuit électrique est partiellement multiplexé dit "semi-mux" et la platine de commande change d'apparence. En 2001 apparaît la motorisation diesel, en 2002 la version 2,2 l essence. Afin de satisfaire les nouvelles directives Européenne relative au choc piéton[32], Pininfarina fourni en 2003 un nouveau bouclier avant plus en phase avec l'évolution stylistique de la marque au Lion, rappelant celui de la Ferrari 612 Scaglietti.

Avril 1999 (en même temps que la berline) :

  • Phase 1 "restylé"
  • Multiplexage partiel, ordinateur de bord et nouvel afficheur, nouvelle gestion automatique de climatisation sur toutes les versions, nouvel autoradio, clignotants latéraux transparents...

2000 :

  • Mai : Changement de certains coloris, marquage noir des montants des vitres avant, cuir perforé remplacé par un cuir plissé.
  • Octobre : Série limitée et numérotée settant'anni

2001 :

2002 :

  • Suppression des étriers Brembo sur les HDi, jantes Nautilus 16", remplacement du 2,0 l 16s par le 2,2 l 16s
  • Série spéciale "sport" ou "Black & Silver" à l'étranger

courant avril 2003 :

  • Phase 2
  • Nouveau bouclier dans l'esprit de la future 407, jantes Tacoma 16", suppression des étriers Brembo sur les V6, changement de certains coloris et habillages...

Séries spéciales[modifier | modifier le code]

Intérieur cuir blanc Settant'anni
Ultima Edizione no 2168

Le coupé a connu deux séries limitées et numérotées dans sa carrière, ainsi que deux séries particulières.

  • Settant'anni :
    • Série numérotée et limitée présentée en octobre 2000 pour fêter le 70e anniversaire de Pininfarina, elle bénéficie d'un habillage exclusif et des dernières évolutions techniques de la marque (ex: ESP). Une combinaison cuir blanc Settanta/bleu Hyperion exclusive est proposée en plus de la combinaison cuir Alezan/gris Hades. Le logo Pininfarina est estampillé sur les appuie-têtes et des inserts type loupe de noyer ainsi qu'une plaque numérotée complètent le tableau de bord. De nouvelles jantes Nautilus bi-tons apparaissent. Enfin, un ensemble exclusif de bagagerie en cuir faisait aussi partie de la donne du Settant'anni. Seule motorisation disponible, le nouveau V6 210 ch en version boite manuelle ou automatique.
    • Le modèle est sorti en 1305 exemplaires (1200 initialement prévus), le premier étant pour Sergio Pininfarina[33], fils de Battista Pininfarina, fondateur de la firme italienne.
  • Ultima Edizione :
    • Série numérotée et officiellement limitée à 2000 exemplaires[34]. Apparue en mai 2004 pour clôturer la production du coupé, un grand nombre d'équipements est proposé de série. Le dernier modèle produit est un 2.2 HDI rouge Ecarlate no 2107[4]. Il existe néanmoins des véhicules avec un numéro supérieur en circulation alors que Pininfarina annonce n'avoir vendu que 2 097 Ultima Edizione.
  • Sport :
    • Aussi appelée Black & Silver à l'étranger, elle apparaît en 2002 et n'est pas numérotée. Disponible avec une sellerie semi-cuir/Chess et des jantes Nautilus, elle introduit également les poignées de portes style aluminium qu'on retrouvera sur les phases 2. Cette variante a été produite à 2597 exemplaires.
  • Griffe :
    • Non numérotée mais très rare, cette série est difficilement décelable. Uniquement disponible en gris Hades, gris Thallium et noir Granit elle a été introduite en avril 2003. Il n'en a été produit que 885 exemplaires.

Le coupé en chiffres[modifier | modifier le code]

Tableau de production du coupé
  • Répartition des finitions :
    • "S" (Base) : 50 701 (47,1 %)
    • Pack : 50 046 (46,5 %)
    • Sport : 2 598 (2,4 %)
    • Ultima Edizione : 2 097 (1,9 %)
    • Settant'Anni : 1 305 (1,2 %)
    • Griffe : 884 (0,8 %)

Les chiffres de production par pays ne prennent pas en compte les données inférieures à 1 % de la production totale, qui s'élève à 107 631 unités[4].

Les tarifs du Coupé en 2002 s'échelonnent de 28 200 € (2,2 l 160 ch BVM "Base") pour l'entrée de gamme à 38 000 € (V6 210 ch BVA "Griffe") pour le plus haut de gamme[35].

Références Culturelles et Sportives[modifier | modifier le code]

Bruno Longépé et son 406 Coupé

Le Coupé Peugeot 406 apparaît dans plus d'une vingtaine de films[36], il est notamment mis à l'honneur dans le film Le Boulet avec Benoît Poelvoorde et Gérard Lanvin. Le coupé permet à Gérard Lanvin d'échapper à la police durant une course poursuite dans Paris.

Le véhicule est jouable dans le deuxième, le quatrième, le cinquième et le le sixième opus du célèbre jeu de simulation de course Gran Turismo[37],[38],[39],[40].


En sport automobile le coupé concours dans plusieurs compétitions, souvent pour des équipes privées. Soheil Ayari fut deux fois titré au Championnat de France de Supertourisme au volant de son 406 Coupé Silhouette, équipé d'un 3.0l V6 préparé à 310ch pour un poids contenu de 950 kg[42]. Bruno Longépé remporte également une victoire en rallye "toute catégories" avec son coupé F2000 préparé à partir d'un 2.0l XU10J4RS de 295ch pour un poids de 988 kg[43].

Galerie Photo[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes, sources et références[modifier | modifier le code]

  1. Brochure "caractéristiques techniques 98"
  2. Ademe.fr
  3. a, b et c (it) « Peugeot 406 Coupé », sur www.pininfarina.it
  4. a, b, c, d et e « Évolutions du coupé », sur www.clubcoupe406.net
  5. (fr) « Les cabriolets et coupés », sur www.peugeot.com
  6. (fr) « 504 Coupe & Cabriolet », sur www.automobile-sportive.com
  7. a, b et c (fr) « Guide Peugeot 406 COUPE », sur www.automobile-sportive.com
  8. (fr) « Les 406 Coupé », sur lapeugeot406.e-monsite.com
  9. (it) « Peugeot 403 », sur www.pininfarina.it
  10. « Une telle unanimité est exceptionnelle » écrit l'Auto-Journal n°442 de juillet 1996
  11. (fr) « Palmares 1986 - 2008 Festival Automobile International », sur www.festivalautomobile.com
  12. (fr) « Article sur un sondage Louis Harris », sur www.letopmodele.com
  13. a et b « Essai Peugeot 406 Coupé 3.0e V6 Pack », sur essais.autoplus.fr
  14. a, b, c et d « Essai Peugeot 406 COUPE 3.0l V6 », sur www.automobile-sportive.com
  15. « "Souvent désigné comme l’une des plus belles voitures actuelles" », sur www.ouestfrance-auto.com
  16. « Essai Peugeot 406 Coupé 2.2 HDi », sur www.autoweb-france.com
  17. (fr) « Peugeot 407 Coupé », sur www.forum-peugeot.com
  18. (fr) « Peugeot 407 Coupé V6 Hdi », sur fr.cars.yahoo.com
  19. « Fiche fiabilité Peugeot 406 Coupé », sur www.caradisiac.com
  20. a et b « La Peugeot griffée Pininfarina », sur www.caradisiac.com
  21. « "De vraies places arrières" », sur Hors série Coupés & Cabriolets
  22. « Selleries et Garnissages », sur www.coupe406.com
  23. « Peugeot 406 : conduite », sur www.caradisiac.com
  24. « "Tout sur les pneus" », sur www.coupe406.com
  25. a et b (fr) « Essai Peugeot 406 coupé », sur www.Autoweb-france.com
  26. « Guide des moteurs Peugeot », sur www.Autoweb-france.com
  27. « Fiche Technique 406 Coupé 3.0l V6 », sur www.auto-sport-prestige.net
  28. « Les couleurs », sur www.coupe406.com
  29. « Les Catalogues », sur www.coupe406.com
  30. « Les Jantes d'origine », sur www.coupe406.com
  31. « Jante BBS fabriquée en Italie »
  32. (fr) « Directive 2003/102/CE (Archive) », sur europa.eu
  33. « Série numérotée Settant'anni, entrez dans la légende. », sur www.letopmodele.com
  34. (fr) « 406 Coupé : Ultima Edizione », sur www.motorlegend.com
  35. (fr) « Les tarifs », sur www.coupe406.com
  36. (en) « Peugeot 406 Coupé in movies and TV series », sur www.imcdb.org
  37. (en) « Gran Turismo 2 : Car List », sur www.gtplanet.net
  38. (fr) « Gran Turismo 4 : Liste des voitures », sur granturismo4fr.free.fr
  39. (fr) « Gran Turismo 5 : Liste des voitures », sur www.gturismo5.net
  40. (fr) « Gran Turismo 6 : Liste des voitures », sur www.jeuxactu.com
  41. (en) « Internet Games Car Database », sur www.igcd.net
  42. « 406 Coupé Silhouette », sur www.ayari.com
  43. « 406 Coupé F2000 », sur bruno.longepe.free.fr

Liens externes[modifier | modifier le code]

Site spécialiste du 406 Coupé

Site du Peugeot 406 Coupé - "Le Top Modèle"

Site du Club 406 Coupé

Fiche Technique Autoweb-France