Petre Țuțea

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Petre Țuțea (6 octobre 1902 à Boteni en Roumanie - 3 décembre 1991) a été un économiste, un philosophe et un homme politique roumain.

Biographie[modifier | modifier le code]

Son père a été prêtre. Il a étudié au lycée Neagoe Basarab de Câmpulung-Muscel et au lycée George Barițiu de Cluj-Napoca. Il a suivi les cours de la Faculté de droit de Cluj et il a été nommé docteur en droit administratif en 1929.

En 1932, il a fondé la revue La gauche: la ligne générale du temps. En 1933, il a été référent dans le Ministère du Commerce et de l’Industrie. En 1935, il a publié Le manifeste de la révolution nationale, avec Sorin Pavel, Ioan Crăciunel, Gheorghe Tite, Nicolae Tatu et Petre Ercuță. Entre 1936 et 1939, il a fait partie du Ministère de l'Éducation Nationale. Il a écrit dans beaucoup de publications, surtout dans Le mot, conduit par Nae Ionescu, dans lequel il a publié des articles d’économie politique. Entre 1940 et 1944, il a fait partie du Ministère de la Guerre.

Il a été arrêté par les autorités communistes et il a été interné sans condamnation cinq ans (1948-1953). Ensuite, il a été arrêté, le 22 décembre 1956, pour avoir comploté contre l’ordre social. Il a été condamné à dix ans ferme, en 1957. Après avoir été libéré, en 1964, Țuțea a été toujours sous l’observation de la sécurité communiste. Ses manuscrits et ses études ont été confisqués.

Petre Țuțea a été surnommé le Socrate de Roumanie, pour ses préoccupations philosophiques et pour son rôle éducatif. À cause des persécutions, il n’a pas publié beaucoup avant 1989, mais, après la chute du communisme, ses publications ont été diffusées dans tout le pays.

L'œuvre publiée[modifier | modifier le code]

Essais philosophiques[modifier | modifier le code]

  • La vieillesse et d’autres textes philosophiques, Bucarest, 1992
  • Des réflexions religieuses sur la connaissance, Bucarest, 1992
  • Fragments, Bucarest, 2007
  • etc.

Dialogues[modifier | modifier le code]

  • Entre Dieu et mon peuple, Bucarest, 1992
  • Les derniers dialogues avec Petre Țuțea, 2000
  • etc.