Petite Russie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

La Petite Russie, ou Petite Rus’ (en ukrainien : Mala Rus’ ; en russe : Malaya Rus’ ou Malorossiya), était le nom du territoire de l'actuelle Ukraine en usage au temps de l’Empire russe.

Principauté de Galicie-Volhynie[modifier | modifier le code]

Le nom vient du nom donné au pays par les Byzantins pour l'organisation de l'Église orthodoxe qui appelaient les parties nord et sud de la Rus’ Μακρα Ρωσία (Makra Rosia, Grande Russie) et Μικρα Ρωσία (Mikra Rosia, Petite Russie). Le siège métropolite de la principauté de Galicie-Volhynie fut créé en 1303 et comportait six éparchies (équivalent d'évêchés): Galicz (ou Galitch), Peremychl (future Przemysl), Vladimir (Volhynie), Kholmsk (ou Chełm en polonais), Loutsk, Tour (aujourd'hui en Biélorussie). En 1354, le siège métropolite fut transféré à Kiev.

Le prince de Galicie, Georges II Boleslav, dans une missive adressée au Grand maître de l'ordre des chevaliers teutoniques Dietrich, le 20 octobre 1335, s'intitulait Dux totius Russiæ Minoris[1]. Il n'hésita pas lui-même à prendre le titre à l'intérieur de ses terres de Rex Russiæ[2], ou même Dux et Dominus Russiæ[3]. Les appellations de Petite et Grande Russies, prirent donc une tournure officielle.

En 1361, le Patriarche de Constantinople nomma deux métropolites, l'un en Petite Russie à Novgorodko et à Galitch, et l'autre en Grande Russie à Vladimir et à Kiev. Par conséquent le terme de Grande Russie s'appliquait alors à une partie de l'Ukraine actuelle et à une frange de la Russie actuelle. Certains historiographes modernes préfèrent utiliser le terme de Rus de Kiev pour ne pas utiliser celui de Grande Russie, repris plus tard par la Russie impériale.

Le roi de Pologne, Casimir le Grand, s'intitulait roi des Lechs et de Petite Russie.

Le terme de Petite Russie ensuite ne se rencontre plus du XVe à la fin du XVIe siècles et ne s'utilise que dans le langage d'Église.

Russie[modifier | modifier le code]

Le terme de Petite Russie se rencontre dans la correspondance entre le métropolite de Kiev et celui de Moscou, alors que dans les chroniques ou les cartes géographiques, jusqu'à la fin du XVIIe siècle, on ne rencontre que les termes de Russia (en latin) (c'est-à-dire la Rous des historiens), pour désigner l'actuelle Ukraine occidentale ! On rencontre aussi les termes de Russie rouge, de Basse-Russie (pour les environs de Jitomir et de Belgorod).

Le nom a été adopté par la Moscovie, pour désigner l’Hetmanat cosaque des territoires de la rive gauche du Dniepr, lorsqu’ils passèrent sous la protection russe. Il a ensuite été appliqué à l’actuelle Ukraine de la rive droite lorsqu’elle fut conquise sur l’espace polono-lituanien.

Le titre officiel des tsars russes depuis 1654 était (traduction littérale) : Souverain de toutes les Russies (c'est-à-dire Rus’) : la Grande, la Petite, et la Blanche. Le terme se rencontre alors de plus en plus fréquemment dans les chroniques, la littérature et les documents officiels, et plus uniquement dans les documents ecclésiastiques.

Alors que l’expression Petite Russie était le nom russe de ce territoire géographique depuis le milieu du XVIIe siècle, le nom moderne d’Ukraine (Oukraïna) a commencé à être utilisé de différentes façons à partir du XVIe siècle.

En 1677, on voit apparaître le terme de Malorossiskaïa Oukraïna, ce qu'on traduit par les Marches Petites russiennes (ou la Marche Petite russienne). Ukraine vient du mot kraïna, c'est-à-dire limite ou marche. Ukraine (Oukraïna) siginifie donc les Marches (ou la Marche) ( (de l'Empire...).

Pour des raisons politiques, Ukraine en tant que nom de nation a été accepté seulement à la fin du XIXe siècle, lorsque le terme de Petite Russie tomba en désuétude.

Aujourd'hui[modifier | modifier le code]

Aujourd’hui, de nombreux Ukrainiens considèrent que l'usage moderne de Petite Russie est offensant, car il implique le déni de l’identité nationale ukrainienne séparée de la Russie. Une autre interprétation soutient que le terme n'est pas offensant, car il reconnaît que la région est le berceau de la culture russe qui a grandi bien loin de ses frontières originelles de la Rus’ de Kiev (principauté de Kiev).

Les termes petit russien pour la langue ukrainienne, qui suggère qu’elle n’est qu’un dialecte de la langue russe, et Petits Russiens pour qualifier les Ukrainiens, sont aussi tombés en désuétude.

Notes[modifier | modifier le code]

  1. En latin :Duc de toute la Petite Russie
  2. Roi de Russie
  3. Duc et seigneur de Russie

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]