Collège François-de-Laval

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Petit Séminaire de Québec)
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Ne doit pas être confondu avec Petit Séminaire diocésain de Québec.
Collège François-de-Laval
Image illustrative de l'article Collège François-de-Laval
Généralités
Création 1668
Pays Drapeau du Canada Canada
Coordonnées 46° 48′ 53″ N 71° 12′ 19″ O / 46.8146, -71.2054 ()46° 48′ 53″ Nord 71° 12′ 19″ Ouest / 46.8146, -71.2054 ()  
Adresse 6, rue de la Vieille-Université
Québec
Site internet www.psq.qc.ca/
Cadre éducatif
Type Établissement privé mixte d'enseignement secondaire
Directeur Marc Dallaire
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Canada

(Voir situation sur carte : Canada)
Point carte.svg

Géolocalisation sur la carte : Québec

(Voir situation sur carte : Québec)
Point carte.svg
Entrée du Petit Séminaire de Québec, 1945. On voit l'aile de la Congrégation traversée par la porte cochère, et la chapelle extérieure à sa gauche.

Le Collège François-de-Laval (appelé jusqu'en 2011 le Petit Séminaire de Québec) est une école secondaire privée de Québec située dans le Vieux-Québec. Elle a été fondée en 1668 par François de Montmorency-Laval. Jusqu'en 1763 environ, ce n'était pas une école mais plutôt une résidence vocationnelle pour ceux qui souhaitaient entrer au Grand Séminaire. Après la Conquête, le Petit Séminaire devient un collège en remplaçant le Collège des Jésuites, transformé en caserne. Le Petit Séminaire devint ainsi un des premiers collèges classiques au Canada.

Aujourd’hui, le Petit Séminaire de Québec offre le programme de premier cycle secondaire certifié par l’Organisation du baccalauréat international (OBI). Il est dirigé par Marc Dallaire, l’adjoint à la direction générale est Marc Boulanger et la directrice des services pédagogiques, Carole Tremblay.

En mars 2011, le Petit Séminaire de Québec devient le Collège François-de-Laval[1].

Histoire[modifier | modifier le code]

Période française (1668-1765)[modifier | modifier le code]

Ayant fondé le Séminaire de Québec, une communauté de prêtres, en 1663, Monseigneur de Laval entreprend cinq ans plus tard de créer un petit séminaire pour accueillir des jeunes Hurons et ainsi les franciser tel que le souhaitaient Louis XIV et son ministre Colbert[2]. La nouvelle fondation avait aussi pour but de préparer des candidats au sacerdoce en accueillant des enfants des colons français. Mgr de Laval espérait ainsi que le contact entre les jeunes Français et Amérindiens aideraient ces derniers à s'adapter. Cette expérience de francisation se révèle cependant un échec: des six Hurons qui furent parmi les premiers pensionnaires du Petit Séminaire, un seul, Joseph Osk8chiandes, est resté quatre ans et demi.

Pendant toute la période française les pensionnaires du Petit Séminaire suivent les cours du Collège des Jésuites situé tout près, à l'emplacement actuel de l'Hôtel de ville de Québec. Les premiers séminaristes étaient logés dans une maison, qui fait place en 1677 à un édifice neuf situé près de la Basilique de Québec. L'abbé Louis Ango de Maizerets prend la direction du Petit Séminaire, et y reste jusqu'à sa mort survenue en 1721.

Selon une étude d'un historien, Mgr Amédée Gosselin[3], on relève les noms de 867 élèves qui ont résidé au Petit Séminaire durant la période française, dont 198 ont complété leurs études. De ceux-ci, 118 sont devenus prêtres ou religieux, les 80 autres choisissant d'autres professions.

Le Petit Séminaire subit deux incendies au XVIIIe siècle, en plus de lourds dégâts subis au cours de la Guerre de la Conquête. Les bâtiments sont reconstruits à chaque fois.

Après la Conquête[modifier | modifier le code]

C'est à la demande de Mgr Briand, grand vicaire et futur évêque de Québec, que le Séminaire de Québec accepte de reprendre l'enseignement donné jusqu'alors par les Jésuites. En effet les militaires britanniques occupent leur collège et leur refusent le recrutement. Les bâtiments furent restaurés, et en 1765 les élèves, au nombre de 28 dont 15 pensionnaires, sont de nouveau accueillis au Petit Séminaire. Cette fois cependant, l'institution est une véritable école, donnant le cours classique et formant autant des laïcs que des prêtres.

Élèves célèbres[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]

Sources et références[modifier | modifier le code]

  • Gilles Bureau, « Le Petit Séminaire de Québec 1668-2008 », L'Abeille, Québec, Amicale du Petit Séminaire de Québec, vol. 55, no 2,‎ 2008, p. 17-20

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Le Petit Séminaire de Québec devient le Collège François-De-Laval
  2. Source pour cette section: Bureau.
  3. L'instruction au Canada sous le régime français 1635 - 1760, 1911, p.417, cité dans Bureau.