Petit-Auverné

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Petit-Auverné
Image illustrative de l'article Petit-Auverné
Blason de Petit-Auverné
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Pays de la Loire
Département Loire-Atlantique
Arrondissement Châteaubriant
Canton Saint-Julien-de-Vouvantes
Intercommunalité Communauté de communes du Castelbriantais
Maire
Mandat
Michelle Cochet
2008-2014
Code postal 44670
Code commune 44121
Démographie
Gentilé Alvernes
Population
municipale
429 hab. (2011)
Densité 19 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 36′ 39″ N 1° 17′ 21″ O / 47.6108333333, -1.2891666666747° 36′ 39″ Nord 1° 17′ 21″ Ouest / 47.6108333333, -1.28916666667  
Altitude Min. 37 m – Max. 81 m
Superficie 22,53 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Loire-Atlantique

Voir sur la carte administrative de la Loire-Atlantique
City locator 14.svg
Petit-Auverné

Géolocalisation sur la carte : Loire-Atlantique

Voir sur la carte topographique de la Loire-Atlantique
City locator 14.svg
Petit-Auverné

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Petit-Auverné

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Petit-Auverné
Liens
Site web www.petit-auverne.fr

Petit-Auverné est une commune de l'Ouest de la France, dans le département de la Loire-Atlantique (région Pays de la Loire).

Commune issue de la scission de la commune d'Auverné, Petit-Auverné fait partie du Pays de Châteaubriant, dont l'histoire est liée à celle du royaume de Bretagne, qui devient par la suite duché. Village à caractère essentiellement rural, Petit-Auverné a connu un long épisode de déclin démographique commencé à la fin du XIXe siècle et qui semble s'achever au début du XXIe siècle. L'économie de la commune est dominée par l'agriculture.

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation[modifier | modifier le code]

Situation de la commune de Petit-Auverné dans le département de la Loire-Atlantique.

Petit-Auverné est situé à 14 km au sud de Châteaubriant, à 48 km au nord-est de Nantes, à 58 km au nord-ouest d'Angers et à 63 km au sud-est de Rennes[1]. Les communes limitrophes sont Erbray, Saint-Julien-de-Vouvantes, Moisdon-la-Rivière, La Chapelle-Glain, Grand-Auverné et Saint-Sulpice-des-Landes.

Communes limitrophes de Petit-Auverné
Erbray Saint-Julien-de-Vouvantes
Moisdon-la-Rivière Petit-Auverné La Chapelle-Glain
Grand-Auverné Saint-Sulpice-des-Landes

Relief[modifier | modifier le code]

Le territoire de la commune a un profil légèrement vallonné, marqué par les vallées creusées par le Don et ses ruisseaux affluents[2].

Hydrographie[modifier | modifier le code]

La commune est traversée par le Don, qui coule d'est en ouest. Plusieurs ruisseaux se jettent dans cette rivière : à l'est le ruisseau des Rivières, qui marque la délimitation avec Saint-Julien-de-Vouvantes, près du bourg le petit Don, traversant le bourg le Nilan et son affluent le Brêche, limite avec Grand-Auverné, et au nord-ouest la Mare[2].

Climat[modifier | modifier le code]

Article connexe : Climat de la Loire-Atlantique.

Avec sa façade océanique orientée vers l'Ouest et un relief peu accentué, le climat de la Loire-Atlantique est de type tempéré océanique[3]. Les hivers y sont doux (5 °C en moyenne), les étés faiblement chauds (18 °C en moyenne). Les précipitations sont fréquentes (surtout en hiver et au printemps) mais rarement violentes. Les données concernant le climat de Petit-Auverné qui suivent sont extraites d'une source basant le site de relevé des données météorologiques aux coordonnées 47°09'N - 1°37'O[4], ce qui correspond à la position de l'Aéroport Nantes-Atlantique situé sur la commune de Bouguenais, à 54 km de Petit-Auverné.

Climatologie de Bouguenais sur la période 1961 - 1990 :
Températures moyennes
Mois jan. fév. mars avril mai juin jui. août sep. oct. nov. déc. année
Température minimale moyenne (°C) 2,4 2,8 4 5,9 9 11,9 13,9 13,5 11,8 8,9 5,1 3 7,7
Température moyenne (°C) 5,4 6,2 8,1 10,4 13,6 16,9 19,1 18,7 16,8 13,1 8,6 6 11,9
Température maximale moyenne (°C) 8,4 9,6 12,2 14,9 18,2 21,9 24,4 24 21,8 17,3 12 9 16,1
Ensoleillement (h) 72 99 148 187 211 239 267 239 191 140 91 70 1 956
Précipitations (mm) 86,6 70,2 69,1 49,9 64,1 45 46,4 44,8 62,2 79,2 86,9 84,1 788,5
Source : Infoclimat, relevés 1961-1990[4]


Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de Petit-Auverné vient du celte ar vernes : « pays des aulnes », de vern : « aulne »[F 1].[Informations douteuses]

En 1793, la commune est baptisée Petit Anverné, puis en 1801 le Bulletin des Lois la mentionne sous le nom d'Auverné-le-Petit ou Petit-Auverné[5]. La graphie « Le Petit-Auverné » est également utilisée (site de la communauté de communes), mais le code officiel géographique donne Petit-Auverné[6].

Petit-Auverné possède un nom en gallo, la langue d'oïl locale : Petit-Auvernaé (écriture ELG, prononcé [pə.ti.to.vɛʁ.nə ]). Son nom a été traduit en breton par Arwerneg-Vihan[7].

Histoire[modifier | modifier le code]

Le territoire de Petit-Auverné recèle des traces d'occupation au néolithique par les Celtes et les Gallo-romains. Au IXe siècle, comme toute la région, la paroisse passe sous domination bretonne.

Au Moyen Âge, les seigneurs du lieu, les de La Rivière, deviennent au XIIIe siècle des gens très puissants, ont un rôle important dans le duché de Bretagne et combattent aux côtés de Du Guesclin[F 1]. La résidence des de La Rivière se trouve au sud du Petit-Bourg.

Le bourg est constitué d'une seule paroisse[F 1], Saint-Pierre-d'Auverné, jusqu'à ce que Charles de Bourgneuf, évêque de Nantes, ordonne la création de la trêve paroissiale de Saint-Sulpice-d'Auverné, appelée également Saint-Sulpice-Feillette-d'Auverné[C 1].

En 1793, durant la Révolution, trois ans après sa création, la commune de Grand-Auverné est scindée en deux, sa partie est devient la commune de Petit-Auverné[F 1]. La chapelle Saint-Sulpice, succursale de Saint-Pierre d'Auverné, devient église.

En 1850 une nouvelle église est édifiée. En 1875 sa flèche est endommagée par une tempête, et est remplacée par un clocheton[F 1].

Les vingt-sept, de la carrière de la Sablière à Châteaubriant, le 22 octobre 1941 1ère Sépulture : Petit Auverné

Jules Auffret : 39 ans, né à Trignac (44) conseiller général communiste de la Seine. Son corps a été transféré dans le cimetière parisien du Père Lachaise. Marc Bourhis : 44 ans, de Trégunc (29), militant communiste. Son corps a été transféré dans le cimetière de Concarneau. Guy Moquet : 17 ans, de Paris, militant communiste. Son corps a été transféré dans le cimetière parisien du Père Lachaise.

Jusqu'au XXIe siècle l'agriculture conserve une importance prépondérante dans l'économie de la commune[F 1].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Petit-Auverné est située dans le canton de Saint-Julien-de-Vouvantes, arrondissement de Châteaubriant, dans le département de la Loire-Atlantique (région Pays de la Loire)[8]. Comme pour toutes les communes françaises comptant entre 500 et 1 500 habitants, le Conseil municipal est constitué de quinze membres en 2011[9].

Liste des maires[modifier | modifier le code]

L'article histoire des maires de France retrace l'évolution des modalités d'élection ou de nomination des maires de la commune.
Liste des maires successifs[C 2]
Période Identité Étiquette Qualité
1792 1823 Bertrand Roul    
1823 1834 Louis Dupré    
1834 1871 Mathurin Lequeux    
1871 1884 François Pasquier père    
1884 1888 Jean-Marie Richard    
1888 1932 François Pasquier fils    
1939 1945 Louis Lepeintre    
1945 1971 Auguste Bossé    
mars 2001 en cours Michelle Cochet[Note 1]   agricultrice
Les données manquantes sont à compléter.

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

Petit-Auverné est membre de la communauté de communes du Castelbriantais, qui est constituée de dix-neuf communes regroupées autour de Châteaubriant[10].

Démographie[modifier | modifier le code]

Selon le classement établi par l’Insee en 1999, Petit-Auverné était une commune rurale non polarisée[11].

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 429 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 2],[Note 3].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
820 838 808 900 957 892 875 903 948
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
933 937 940 996 1 022 1 039 1 049 1 009 978
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
860 861 870 703 687 702 687 632 630
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2006 2009
601 560 508 438 414 386 383 392 433
2011 - - - - - - - -
429 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[12] puis Insee à partir de 2004[13]. , pour le recensement de 1836, archives départementales de la Loire-Atlantique[14], pour le recensement 2004 : base Cassini de l'EHESS)
Histogramme de l'évolution démographique


Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

La population de la commune est relativement jeune. Le taux de personnes d'un âge supérieur à 60 ans (22,6 %) est en effet inférieur au taux national (22,7 %) tout en étant toutefois supérieur au taux départemental (20,8 %). À l'instar des répartitions nationale et départementale, la population féminine de la commune est supérieure à la population masculine. Le taux (50,6 %) est du même ordre de grandeur que le taux national (51,9 %).

Pyramide des âges à Petit-Auverné en 2009 en pourcentage[15]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,0 
90 ans ou +
0,0 
6,5 
75 à 89 ans
10,5 
11,7 
60 à 74 ans
16,4 
22,9 
45 à 59 ans
18,3 
25,2 
30 à 44 ans
17,8 
16,8 
15 à 29 ans
13,2 
16,8 
0 à 14 ans
23,7 
Pyramide des âges du département de la Loire-Atlantique en 2009 en pourcentage[16]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,3 
90 ans ou +
1,0 
5,6 
75 à 89 ans
9,1 
12,1 
60 à 74 ans
13,4 
20,1 
45 à 59 ans
19,7 
21,3 
30 à 44 ans
20,1 
20,1 
15 à 29 ans
18,5 
20,5 
0 à 14 ans
18,3 

Économie[modifier | modifier le code]

Le canton de Saint-Julien-de-Vouvantes, dont fait partie le Petit-Auverné, bénéficie du classement Zone de revitalisation rurale, ce qui permet aux entreprises qui y sont installées de bénéficier d’avantages fiscaux[17].

En 2011, La Mairie recense 17 établissements actifs : deux entreprises de construction, un commerces et quatorze entreprises de services. La zone à vocation artisanale del’Abbé Thoreau, classée Zone de revitalisation rurale, s’étend sur 0,3 hectares[17].

L'Insee recensait au 1er janvier 2009 12 établissements actifs : une industrie, deux entreprises de construction, six commerces ou services, et trois entités d'administration publique[15]. Le nombre d'exploitations agricoles a décru entre 1988 et 2000, passant de 51 à 35. La surface cultivée a légèrement décru sur cette période, passant de 1 872 à 1 785 hectares. En ce qui concerne l'élevage, la quantité de bovins a décru entre 1988 et 2000, passant de 2 727 à 2 609, mais la quantité de volaille a doublé, atteignant 49 609 en 2000 contre 23 081 en 1988[15].

Équipement et service[modifier | modifier le code]

Santé[modifier | modifier le code]

Il n'y a pas de médecin ou d'infirmier au Petit-Auverné, les plus proches sont situés à Saint-Julien-de-Vouvantes et Erbray[18]. Un centre hospitalier est installé à Châteaubriant[19]..

Enseignement[modifier | modifier le code]

Le Petit-Auverné dépend de l'académie de Nantes. Il y a une école publique[20] dans la commune, située rue du Stade, et qui est gérée en regroupement pédagogique avec celle de Saint-Julien-de-Vouvantes[17],[21]. Les collèges et les lycées se situent à Châteaubriant[22],[23],[24],[25],[26],[27].

Vie sociale[modifier | modifier le code]

Vie associative[modifier | modifier le code]

L’ACAPA, association culturelle et artistique du Petit-Auverné, organise la vie culturelle de la commune. Le Relais accueil proximité[28], association soutenue par la communauté de communes du castelbriantais, agit dans le domaine du service aux personnes (enfants, personnes seules, fragilisées ou isolées)[17].

Manifestations festives et culturelles[modifier | modifier le code]

Les Alvernes peuvent assister à des représentations de théâtre et dîner-théâtre en mars, organisées par l'ACAPA, et à des spectacles western le premierer week-end de septembre, organisés par West Equi Libre[17].

Patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Manoir de la Renaudière

Le dolmen de la Couronne Blanche date du néolithique.

La croix des Aulnes, faite en schiste, se situe sur la route de Saint-Sulpice. Elle porte la date de 1597 et un nom y figure : Guérinais[F 1].

Le manoir de La Renaudière, propriété des Louvigné puis des Trébuchet, devient presbytère en 1831.

Le manoir de La Heurtebise, acheté par Étienne Guinement de Keralio, procureur au parlement de Bretagne à Rennes et oncle des frères Keralio, vers 1720 puis propriété de la famille Le Maignan en 1751 avec le mariage de Joseph Le Maignan et Rose Guinement de Keralio.

Le manoir de La Salmonaie, fut un refuge de Chouans vers 1794.

Le manoir de La Rivière, construit au XVIIe siècle à l'emplacement où la famille de La Rivière de l'ancienne avait sa résidence, dont il ne subsiste qu'un mur et un conduit de cheminée. Certains membres de la famille de La Rivière ont été compagnons des ducs de Bretagne, ou de Du Guesclin[F 1].

L'église paroissiale Saint-Sulpice, construite de 1845 à 1850 pour remplacer l'ancienne chapelle. En 1875, lors d'une tempête, la flèche est sérieusement endommagée et remplacée par un clocheton[F 1]. Cette église est aujourd'hui dans un état de grande dégradation qui nécessite de gros travaux, ce pour quoi la commune n'a pas les moyens. Les habitants excluent toutefois toute idée de détruire l'édifice[29].

La forge située rue du Stade date du XIXe siècle. C'est une forge de maréchalerie. Elle fonctionne jusque dans les années 1970. Elle dispose toujours d'un bac à charbon et d'un bac à eau en état de fonctionnement[F 2], ainsi que d'un outillage (enclume, pinces, marteau et étampe)[F 3].

Héraldique[modifier | modifier le code]

Armes de Petit-Auverné

De gueules au chevron d'hermine.

L'hermine évoque le blasonnement d'hermine plain de la Bretagne, rappelant l'appartenance passée de la ville au duché de Bretagne. Ce blason, inspiré de celui de la seigneurie de la Rivière, a été conçu par Georges Brisson sur demande de l'abbé Deniau (délibération municipale du 22 avril 1976)[30].

Devise[modifier | modifier le code]

La devise de Petit-Auverné : Aunus Super Rivos Vernat[C 3].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Réélue en 2008.
  2. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  3. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  • Jean-Luc Flohic (dir.), Raymond et Renée Pucel et Marcel Lepeintre, Le Patrimoine des communes de la Loire-Atlantique,‎ 1999 (voir en bibliographie).
  1. a, b, c, d, e, f, g, h et i p. 1112
  2. p. 1113
  3. Erreur de référence : Balise <ref> incorrecte ; aucun texte n’a été fourni pour les références nommées Flohic_p1114.
  • Collectif, Canton de Saint-Julien-de-Vouvantes : souvenirs du passé, Châteaubriant,‎ 1984 (voir en bibliographie).
  1. p. 113
  2. p. 115
  3. p. 112
  • Autres références.
  1. « Petit-Auverné », sur Localisation interactive, orthodromie et navigation (consulté le 7 avril 2011)
  2. a et b Carte IGN de Petit-Auverné sur Géoportail.
  3. « Carte France - Climat », sur site CartesFrance.fr (consulté le 21 mars 2010)
  4. a et b Relevés 1961-1990 « Normale et records - Nantes, Loire-Atlantique (44), 26 m - 1961-1990 », sur site infoclimat,‎ 21/03/2010 (consulté le 7 avril 2011)
  5. « Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui », sur cassini.ehess.fr, École des hautes études en sciences sociales (consulté le 12 décembre 2012).
  6. « Code officiel géographique - Petit-Auverné », sur insee.fr (consulté le 7 avril 2011)
  7. « Villes bretonnes, noms gallo », Geobreizh (consulté le 18 mars 2013)
  8. « Fiche de la commune de Petit-Auverné », sur insee.fr (consulté le 7 avril 2011)
  9. art L. 2121-2 du code général des collectivités territoriales
  10. « Le Petit-Auverné », sur Communauté de communes du Castelbriantais (consulté le 7 avril 2011)
  11. « Carte thématique », sur Insee (consulté le 7 avril 2011) ; cheminement : sur la petite carte de France, onglet Départements, puis choisir le département, puis menu déroulant Couches d'aide à la sélection
  12. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  13. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2004, 2006, 2009, 2011
  14. « Petit-Auverné 1836 », sur Archinoë, portail d'indexation collaborative, archives départementales de la Loire-Atlantique (consulté le 31 décembre 2012).
  15. a, b et c « Résultats du recensement de la population - Petit-Auverné - POP T3 - Population par sexe et âge en 2009 », sur recensement-2009.insee.fr, Insee (consulté le 10 décembre 2012).
  16. « Résultats du recensement de la population de la Loire-Atlantique - POP T3 - Population par sexe et âge en 2009 », sur recensement-2009.insee.fr, Insee (consulté le 10 décembre 2012).
  17. a, b, c, d et e « Petit-Auverné », sur communauté de communes du Castelbriantais (consulté le 7 mars 2011)
  18. « Recherche », sur Les pages jaunes (consulté le 7 avril 2011)
  19. « Liste des hôpitaux et cliniques de la Loire-Atlantique », sur Annuaire sanitaire et social (consulté le 4 avril 2011)
  20. « École », sur [http://www.petit-auverne.fr mairie de Petit-Auverné (consulté le 8 juin 2011)
  21. « Les écoles de l'académie », sur Académie de Nantes (consulté le 7 mars 2011)
  22. « Les collèges publics de la Loire-Atlantique », sur Académie de Nantes (consulté le 7 avril 2011)
  23. « Les collèges privés de la Loire-Atlantique », sur Académie de Nantes (consulté le 7 avril 2011)
  24. « Les lycées publics de la Loire-Atlantique », sur Académie de Nantes (consulté le 7 avril 2011)
  25. « Les lycées privés de la Loire-Atlantique », sur Académie de Nantes (consulté le 7 avril 2011)
  26. « Les lycées publics professionnels publics de la Loire-Atlantique », sur Académie de Nantes (consulté le 7 avril 2011)
  27. « Les lycées professionnels privés de la Loire-Atlantique », sur Académie de Nantes (consulté le 7 avril 2011)
  28. « Le RAP-Accueil », sur Relais accueil proximité (consulté le 7 mars 2011)
  29. « État d'urgence pou l'église du Petit-Auverné », sur Breizh journal (consulté le 3 avril 2013).
  30. « Histoire et patrimoine », sur mairie de Petit-Auverné (consulté le 8 juin 2011)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article..

  • Jean-Luc Flohic (dir.), Raymond et Renée Pucel et Marcel Lepeintre, Le Patrimoine des communes de la Loire-Atlantique, vol. 2, Charenton-le-pont, Flohic éditions,‎ 1999, 1383 p. (ISBN 2-84234-040-X), p. 1112-1114 Ouvrage utilisé pour la rédaction de l'article
  • Collectif, Canton de Saint-Julien-de-Vouvantes : souvenirs du passé, Saint-Julien de Vouvantes, Fédération cantonale des associations de retraités,‎ 1984, 127 p. (notice BnF no FRBNF34775265) Ouvrage utilisé pour la rédaction de l'article.

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]