Peter le Noir

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Peter le Noir
Publication
Auteur Arthur Conan Doyle
Titre d'origine The Adventure of Black Peter
Langue Anglais
Parution Drapeau : États-Unis 27 février 1904,
Collier's Weekly (hebdomadaire)
Drapeau : Royaume-Uni Mars 1904,
The Strand Magazine (mensuel)
Recueil Le Retour de Sherlock Holmes
Intrigue
Date fictive juillet 1895[1]
Personnages Sherlock Holmes
Docteur Watson
Inspecteur Stanley Hopkins
Peter Carey « le Noir »
John Hopley Neligan
Patrick Cairns
Nouvelle précédente/suivante
Précédent L'École du Prieuré Charles Auguste Milverton Suivant

Peter le Noir (The Adventure of Black Peter en version originale), est l'une des cinquante-six nouvelles d'Arthur Conan Doyle mettant en scène le détective Sherlock Holmes. Elle est parue pour la première fois le 27 février 1904 dans l'hebdomadaire américain Collier's Weekly, avant d'être regroupée avec d'autres nouvelles dans le recueil Le Retour de Sherlock Holmes (The Return of Sherlock Holmes).

Résumé[modifier | modifier le code]

Mystère initial[modifier | modifier le code]

Le capitaine Peter Carey, dit « Peter le Noir » en raison de son teint basané, de son imposante barbe, et surtout de son caractère particulièrement violent, est retrouvé mort dans une cabane en bois qu'il avait construite sur le terrain de sa propriété. Son corps a été harponné à un mur avec férocité. L'inspecteur Stanley Hopkins ne parvient pas à résoudre seul l'affaire, malgré l'estime que lui porte Sherlock Holmes du fait de sa rigueur d'analyse. Hopkins vient donc solliciter l'aide du détective.

Résolution[modifier | modifier le code]

Holmes, Hopkins et Watson, découvrant que la serrure de la cabane a été crochetée sans succès.

Hopkins communique à Holmes les quelques éléments qu'il a découverts en inspectant la cabane. Une blague à tabac portant les initiales « P. C. » de Peter Carey a été retrouvée sur la scène du crime, bien que Peter ne fumait pas ou très peu. Par ailleurs, un carnet taché de sang a été retrouvé par terre. Sur ce carnet étaient inscrits des lettres s'apparentant à des codes mnémoniques relatifs à des titres financiers d'entreprises. Enfin, un maçon affirme avoir vu deux jours avant le meurtre la silhouette d'un homme barbu qui n'était pas Peter Carey par la fenêtre de la cabane.

John Hopley Neligan, découvert dans la cabane de Peter le Noir.

En se rendant sur place, Holmes, Hopkins et Watson découvrent immédiatement que la serrure de la cabane a tenté d'être crochetée sans succès pendant la nuit précédente. Holmes estime que le cambrioleur va revenir à la nuit tombée pour réessayer d'ouvrir la porte avec un matériel adéquate. Le soir, les trois hommes se cachent dans des buissons et attendent la venue du cambrioleur qui arrive effectivement à 2h du matin. Pris sur le fait, le nouveau venu, dans un grand état de panique, affirme n'avoir aucun rôle dans la mort de l'ancien marin. Il se présente comme étant John Hopley Neligan, le fils d'un banquier ayant disparu en 1883 alors qu'il se rendait en bateau vers la Norvège avec un certain nombre de titres financiers avec lui. Alors que John pensait que son père avait sombré en pleine mer, il a découvert peu de temps avant la mort de Peter le Noir que certains des titres emportés par son père étaient réapparus sur les marchés boursiers. En faisant des recherches, John avait fini par trouver que leur revendeur initial était Peter le Noir. Or, lorsqu'il vint voir l'ancien marin, celui-ci venait d'être assassiné dans sa cabane. Le lien entre le récit du jeune homme et le carnet ensanglanté évoquant des valeurs boursières font penser à Hopkins qu'il tient le coupable et l'arrête malgré ses protestations.

Holmes n'est cependant pas convaincu de la culpabilité de John Hopley Neligan. Le détective a notamment remarqué que pour enfoncer un harpon au travers de la poitrine d'un homme, il faut une force physique exceptionnelle que ne semble pas avoir John. Holmes, qui avait réfléchi à l'enquête avant d'être contacté par Hopkins, avait fait convoquer des harponneurs pour le soir-même à Baker Street en se faisant passer pour un capitaine de navire. Trois aspirants à ce poste se présentent donc le soir-même, et le dernier correspond au profil décrit par le maçon deux jours avant le meurtre. Alors que le nouveau venu signe un papier d'engagement pour faire partie de l'expédition, Holmes parvient à le menotter, et à le maîtriser avec l'aide de Watson et Hopkins. Le harponneur, du nom de Patrick Cairns, avoue alors son crime. Il explique avoir fait partie d'une expédition menée par Peter le Noir en 1883 à bord du Sea Unicorn. Le navire se trouvait au large des Shetland par mauvais temps, et a secouru un petit voilier qui était sur le point de couler à bord duquel se trouvait le banquier Neligan. Découvrant que l'homme d'affaire transportait des titres d'une certaine valeur, Peter le Noir décida de le jeter par dessus bord et de garder pour lui les titres, expliquant ainsi sa retraite prise l'année suivante en 1884. C'est seulement en 1895 que Patrick Cairns parvint à retrouver Peter le Noir, pour lui demander une part du butin en échange de son silence au sujet de ce meurtre commis en 1883. Se montrant cordial le premier soir, Peter le Noir est devenu beaucoup plus agressif deux jours plus tard, au point de sortir son couteau. Patrick Cairns a alors saisi un harpon qui se trouvait dans la cabane et a transpercé le corps de son ancien capitaine avant d'emporter avec lui les titres encore conservés par ce dernier dans une petite boîte en fer-blanc. En partant, Patrick Cairns a oublié sa blague à tabac qui portait ses initiales identiques à celles de Peter Carey. C'est peu après dans la soirée que John Hopley Neligan est arrivé et a trouvé Peter le Noir harponné au mur. La boîte en fer-blanc sera finalement rendue à Hopkins et Patrick Cairns sera jugé.

Allusions à des enquêtes inédites[modifier | modifier le code]

Au début de la nouvelle, Watson résume les enquêtes menées par Holmes au cours de l'année 1895. Il évoque « une succession d'affaires » sur lesquelles Holmes a enquêté cette année-là, et distingue notamment « sa fameuse enquête sur la mort soudaine du cardinal Tosca » (à la demande du pape), et « l'arrestation de Wilson, le fameux dresseur de canaris ». Ces deux affaires inédites ont précédé celle de Peter le Noir, et se sont donc déroulées entre janvier et juillet 1895.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. En recoupant le premier et le troisième paragraphe de la nouvelle, on apprend que l'aventure se déroule en juillet 1895.