Peter G. Schultz

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Peter G. Schultz (né le 23 juin 1956 à Cincinnati, Ohio) est actuellement professeur de chimie au Scripps Research Institute[1] et directeur du California Institute for Biomedical Research (CALIBR). lauréat du prestigieux prix Wolf de chimie en 1994, il s'est principalement fait connaître par ses contributions fondamentales à la chimie combinatoire, au développement des anticorps catalytiques, de la technologie du phage display et de la technologie des microarrays[2], à l'intégration d'acides aminés artificiels dans des organismes vivants. Depuis quelques années, il s'intéresse également à l'étude de la différentiation cellulaire par l'utilisation de molécules chimiques[3].

Recherche[modifier | modifier le code]

Les travaux de Peter Schultz couvrent largement l'interface entre la chimie, la biologie et la science des matériaux. Ils incluent :

  • La découverte des anticorps catalytiques et leur utilisation pour étudier les méchanismes fondamentaux de la catalyse biologique et de l'évolution des interactions moléculaires et de la fonction catalytique.
  • Le développement de technologies permettant d'étendre le code génétique d'organismes vivants pour y inclure des acides aminés artificiels aux propriétés multiples.
  • L'application de méthodes combinatoires a un vaste panel de problèmes en chimie, biologie et sciences des matériaux.
  • La recherche de molécules chimiques capables d'influencer la différenciation de cellules souches, ou la dédifférenciation d'une cellule différenciée en cellule souche.

Il a formé plus de 300 doctorants et postdoctorants, parmi lesquels plusieurs sont dans les corps professoraux d'universités de recherche de premier plan[4].

Biographie[modifier | modifier le code]

Peter Schultz fut diplômé de chimie summa cum laude au California Institute of Technology en 1979, et y termina également sa thèse de doctorat en 1984 sous la supervision du Professeur Peter Dervan (en). Le sujet de sa thèse fut la génération et la caractérisation de 1,1-diazenes et la génération de polypyrroles capables de lier et cliver l'ADN de façon séquence-spécifique. Il passa ensuite une année au Massachusetts Institute of Technology chez le professeur Christopher Walsh avant de rejoindre le corps professoral de l'université de Californie à Berkeley. Il devint principal investigator du Lawrence Berkeley National Laboratory en 1985 et fut également nommé chercheur à l'Howard Hughes Medical Institute en 1994. En 1999, Peter Schultz déménagea au Scripps Research Institute et devint cofondateur et directeur du Genomics Institute of the Novartis Research Foundation (qui emploie actuellement environ 500 personnes). Il quitte cette position en 2010 et fonde peu après le California Institute for Biomedical Research (CALIBR)[5], avec le soutien de Merck[6],[7],[8]. Le professeur Schultz est membre de l'Académie nationale des sciences depuis 1993, de l'Institut de médecine de l'Académie nationale des sciences depuis 1998 et de plusieurs comités éditoriaux et comites directeurs.

Fondations d'entreprises[modifier | modifier le code]

Peter Schultz est un fondateur de l'Affymax Research Institute (précurseur de la compagnie Affymetrix), Symyx Technologies (en), Syrrx, Kalypsys, Phenomix, Ilypsa, Ambrx, and Wildcat Discovery Technologies, des sociétés pionnières dans l'application de technologies en high-throughput à la chimie, la biologie et la médecine.

Prix et récompenses[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

(en) Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia en anglais intitulé « Peter G. Schultz » (voir la liste des auteurs)

  1. Schultz Lab Home
  2. Tim Lenoir et Eric Giannella, « The emergence and diffusion of DNA microarray technology », Journal of Biomedical Discovery and Collaboration 2006, 1:11
  3. A role for chemistry in stem cell biology. Nature Biotechnology, 2004
  4. Curriculum Vitæ
  5. http://www.calibr.org/
  6. http://blogs.nature.com/news/2012/03/merck-forms-nonprofit-research-institute-for-academic-collaborations.html
  7. http://cen.acs.org/articles/90/web/2012/03/Mercks-New-Model-Collaboration.html
  8. http://www.sciencemag.org/content/335/6074/1288.summary

Liens[modifier | modifier le code]