Perth-Andover

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Perth et Andover.
Page d'aide sur l'homonymie Ne doit pas être confondu avec Perth (Nouveau-Brunswick).
Perth-Andover
La tour d'eau
La tour d'eau
Administration
Pays Drapeau du Canada Canada
Province Drapeau : Nouveau-Brunswick Nouveau-Brunswick
Comté ou équivalent Victoria
Statut municipal Village
Maire
Mandat
Terrence Peter Ritchie
2012-2016
Constitution 9 novembre 1966
Démographie
Population 1 778 hab. (2011 en diminution)
Densité 200 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 44′ 11″ N 67° 42′ 10″ O / 46.736508, -67.702904 ()46° 44′ 11″ Nord 67° 42′ 10″ Ouest / 46.736508, -67.702904 ()  
Superficie 889 ha = 8,89 km2
Divers
Langue(s) Anglais (officielle)
Fuseau horaire UTC-4
Indicatif +1-506
Code géographique 1312006
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Nouveau-Brunswick

Voir la carte administrative du Nouveau-Brunswick
City locator 14.svg
Perth-Andover

Géolocalisation sur la carte : Nouveau-Brunswick

Voir la carte topographique du Nouveau-Brunswick
City locator 14.svg
Perth-Andover

Perth-Andover est un village du comté de Victoria, située à l'ouest du Nouveau-Brunswick.

Toponyme[modifier | modifier le code]

Article connexe : Toponymie néo-brunswickoise.

Le quartier de Andover s'appelait à l'origine Little Tobique et ensuite Tobique, en référence à sa position à l'embouchure de la rivière Tobique. Le quartier est actuellement nommé ainsi d'après la paroisse d'Andover, elle-même possiblement nommée en l'honneur d'un certain M. Sisson, originaire d'Andover en Angleterre. Le quartier de Perth est probablement nommé ainsi d'après la ville de Perth, en Écosse, d'où est originaire Sir Archibald Campbell (1769-1843), lieutenant-gouverneur du Nouveau-Brunswick de 1831 à 1837. Le quartier a porté le nom de Perth-Centre de 1885 à 1918[1].

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation[modifier | modifier le code]

Perth-Andover est situé dans le comté de Victoria, à 101 kilomètres de route au sud-est d'Edmundston et à 175 km au nord-ouest de Fredericton. Le village est bâti au bord du fleuve Saint-Jean, au sud du confluent de la rivière Tobique. Il a une superficie de 8,89 kilomètres carrés[2].

Perth-Andover est limitrophe de la paroisse d'Andover à l'ouest et de la paroisse de Perth à l'est. La réserve Tobique 20, de la première nation de Tobique, est située sur la rive opposée du fleuve, au nord. Le village d'Aroostook est situé à 8 km au nord mais la ville la plus proche est Grand-Sault, à 39 km au nord.

Logement[modifier | modifier le code]

Le village comptait 861 logements privés en 2006, dont 790 occupés par des résidents habituels. Parmi ces logements, 62,0 % sont individuels, 4,4 % sont jumelés, 5,1 % sont en rangée, 5,7 % sont des appartements ou duplex et 14,6 % sont des immeubles de moins de cinq étages. Enfin, 7,0 % des logements entrent dans la catégorie autres, tels que les maisons-mobiles. 63,3 % des logements sont possédés alors que 36,7 % sont loués. 75,9 % ont été construits avant 1986 et 10,8 % ont besoin de réparations majeures. Les logements comptent en moyenne 6,4 pièces et 0,0 % des logements comptent plus d'une personne habitant par pièce. Les logements possédés ont une valeur moyenne de 110 240 $, comparativement à 119 549 $ pour la province[3].

Histoire[modifier | modifier le code]

Article connexe : Histoire du Nouveau-Brunswick.

Le village de Perth est fondé un peu après 1800 par des colons éparpillés le long du fleuve[4]. Le village d'Andover est fondé par les frères Murphy, des Irlandais, en 1816[5]. En 1817, le régiment de Kent s'installe le long du fleuve, entre la rivière de Chutes et la rivière Aroostook, excepté peut-être dans un soi-disant « établissement acadien »[5]. Des colons en provenance de la paroisse de Maugerville et de la basse vallée du fleuve grossissent ensuite la population du village, qui devient le centre de l'industrie forestière de la région et atteint son apogée entre les années 1840 et 1870[5]. Andover devient d'ailleurs le chef-lieu du comté en 1876[5].

L'école secondaire Southern Victoria est inaugurée en 1953 et l'école élémentaire Andover ouvre ses portes en 1956[6]. Perth-Andover est constitué en municipalité le 9 novembre 1966[7].

Le village subit une inondation importante en 1987, forçant quelques personnes à déménager[8]. L'école intermédiaire Perth-Andover est inaugurée en 2004[6]. L'inondation de mars 2012 dépasse le niveau de 1987 d'un mètre et demi. Près de 150 édifices sont alors endommagés, dont deux écoles et l'hôpital[8].

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique de Perth-Andover depuis 1981
1981 1986 1991 1996 2001 2006 2011
1 872 1 889 1 877 1 861 1 908 1 797 1 778
(Sources : [9],[10],[2])


Économie[modifier | modifier le code]

Article connexe : Économie du Nouveau-Brunswick.

Entreprise Grand-Sault, membre du Réseau Entreprise, a la responsabilité du développement économique[11].

Administration[modifier | modifier le code]

Perth-Andover est le chef-lieu du comté de Victoria depuis sa création en 1837.

Conseil municipal[modifier | modifier le code]

Le conseil municipal est formé d'un maire et de cinq conseillers[7]. Le conseil précédent est formé à la suite de l'élection du 12 mai 2008; tous les membres excepté le maire sont alors élus par acclamation[12]. Le conseil municipal actuel est élu lors de l'élection quadriennale du 14 mai 2012[7]. Ricky Allen Beaulieu quitte le conseil municipal. Une élection partielle a lieu le 28 octobre 2013 suivant et Andrew Hawkes l'emporte[13]. Une élection partielle a donc lieu le 28 octobre 2013 suivant mais deux des trois candidats, David Hoyt et Cindy McLaughli, arrivent à égalité avec 163 voix chacun[13]. Un second dépouillement a lieu le 31 octobre suivant, ne brisant pas l'égalité. David Hoyt est choisi au sort, en vertu de la loi[13].

Conseil municipal actuel

Mandat Fonctions Nom(s)
2012 - 2016 Maire Terrence Peter Ritchie
Conseillers généraux Tommy J. Dixon, Shawn Durepos, Michael E. Grant, Dean E. McAllister, David Hoyt.

Anciens conseils municipaux

Mandat Fonctions Nom(s)
2008 - 2012 Maire Rickey Allen Beaulieu
Conseillers Tommy J. Dixon, Rochelle Jackson Pelletier, Carter J. Kennedy, David C. Morgan, Karen S. Titus.


Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
19?? 2001 Burpee Wagner    
2001 2008 Karen Titus    
2008 2012 Rickey Allen Beaulieu    
2012 en cours Terrence Peter Ritchie    
Les données manquantes sont à compléter.

Commission de services régionaux[modifier | modifier le code]

Perth-Andover fait partie de la Région 12[14], une commission de services régionaux (CSR) devant commencer officiellement ses activités le 1er janvier 2013[15]. Perth-Andover est représenté au conseil par son maire[16]. Les services obligatoirement offerts par les CSR sont l'aménagement régional, la gestion des déchets solides, la planification des mesures d'urgence ainsi que la collaboration en matière de services de police, la planification et le partage des coûts des infrastructures régionales de sport, de loisirs et de culture; d'autres services pourraient s'ajouter à cette liste[17].

Représentation et tendances politiques[modifier | modifier le code]

Perth-Andover est membre de l'Union des municipalités du Nouveau-Brunswick[18].

Drapeau : Nouveau-Brunswick Nouveau-Brunswick: Perth-Andover fait partie de la circonscription provinciale de Victoria-Tobique, qui est représentée à l'Assemblée législative du Nouveau-Brunswick par Wes McLean, du Parti progressiste-conservateur. Il fut élu en 2010.

Drapeau du Canada Canada: Perth-Andover fait partie de la circonscription électorale fédérale de Tobique—Mactaquac, qui est représentée à la Chambre des communes du Canada par Michael Allen, du Parti conservateur. Il fut élu lors de la 39e élection générale, en 2006, et réélu en 2008.

Vivre à Perth-Andover[modifier | modifier le code]

Éducation[modifier | modifier le code]

Perth-Andover compte trois écoles publiques anglophones faisant partie du district scolaire #14. Les élèves fréquentent tout d'abord l'école élémentaire Andover de la maternelle à la 5e année avant d'aller à l'école intermédiaire Perth-Andover de la 6e à la 8e année et finalement à l'école secondaire Southern Victoria jusqu'en 12e année. Toutes trois possèdent un programme d'immersion française.

Perth-Andover possède aussi une bibliothèque publique.

Autres services publics[modifier | modifier le code]

Le village est desservi par l'Hôtel-Dieu Saint-Joseph, qui compte 35 lits et un service d'urgence ouvert 24/7[19]. Le village compte également une caserne de pompiers, un poste d'Ambulance Nouveau-Brunswick, un service de traitement des dépendances, un service de santé mentale, une unité du programme extra-mural et une unité de santé publique.

Le village possède un poste de la Gendarmerie royale du Canada. Il dépend du district 10, dont le bureau principal est situé à Grand-Sault.

Un marché public est installé sur la rue School.

La ville bénéficie d'un foyer de soins agréés, le Victoria Glen Manor. Il y a aussi un bureau de poste.

Les anglophones bénéficient des quotidiens Telegraph-Journal, publié à Saint-Jean, et The Daily Gleaner, publié à Fredericton. Ils ont aussi accès à l'hebdomadaire Victoria Star, publié à Grand-Sault. Les francophones ont accès par abonnement au quotidien L'Acadie nouvelle, publié à Caraquet, ainsi qu'à l'hebdomadaire L'Étoile, de Dieppe.

Le "Perth-Andover Electric Light Commission" desserve tout courent eletrique dans les limit du village, et un de trois service electrique municipal au Nouveau-Brunswick, et le seul completment independent de Energie NB.

Sport et parcs[modifier | modifier le code]

Perth-Andover est traversé par le Sentier international des Appalaches.

Religion[modifier | modifier le code]

L'église Trinity est une église anglicane. L'église St. Mary of the Angels est une église catholique romaine faisant partie du diocèse d'Edmundston.

Culture[modifier | modifier le code]

Langues[modifier | modifier le code]

Selon la Loi sur les langues officielles, Perth-Andover est officiellement anglophone[20] puisque moins de 20 % de la population parle le français.

Personnalités[modifier | modifier le code]

Architecture et monuments[modifier | modifier le code]

Le Castle Inn.

L'église Saint-James, le palais de justice du comté de Victoria et bureau d'enregistrement des actes du comté de Victoria sont des sites historiques provinciaux.

Municipalités limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Andover Tobique 20
fleuve Saint-Jean
Perth
fleuve Saint-Jean
Rose des vents
Andover N Perth
O    Perth-Andover    E
S
Andover Perth Perth

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Alan Rayburn, Geographical Names of New Brunswick, Ottawa, Énergie, Mines et Ressources Canada,‎ 1975, p. 37, 214
  2. a et b « Profils des communautés de 2006 - Perth-Andover - Population », sur Statistique Canada (consulté le 3 novembre 2011).
  3. « Profils des communautés de 2006 - Perth-Andover - Familles et ménages », sur Statistique Canada (consulté le 26 octobre 2009).
  4. (en) William Gagnong, A Monograph of the Origins of the Settlements in New Brunswick, Ottawa, J. Hope,‎ 1904, 185 p., p. 158
  5. a, b, c et d (en) William Gagnong, A Monograph of the Origins of the Settlements in New Brunswick, Ottawa, J. Hope,‎ 1904, 185 p., p. 112
  6. a et b [PDF] « Anglophone West », sur Ministère de l'Éducation du Nouveau-Brunswick (consulté le 2 novembre 2012).
  7. a, b et c « Élections quadriennales municipales, le 14 mai 2012, Rapport du directeur général des élections municipales », sur Élections N.-B. (consulté le 24 décembre 2013)
  8. a et b Radio-Canada, « Fredericton envisage d'aider des résidents de Perth-Andover à déménager », Radio-Canada Nouvelles,‎ 26 mars 2012 (lire en ligne)
  9. « 1986 (2A) questionnaire abrégé des provinces aux municipalités », sur Statistique Canada (consulté le 3 novembre 2011).
  10. « Profils des communautés de 1996 - Perth-Andover - Population », sur Statistique Canada (consulté le 3 novembre 2011).
  11. « Réseau Entreprise » (consulté le 8 novembre 2012).
  12. « Événements électoraux locaux de 2008 », sur Élections N.-B. (consulté le 15 octobre 2011)
  13. a, b et c « Événements électoraux locaux de 2013, Rapport du directeur général des élections municipales », sur Élections N.-B. (consulté le 28 mai 2014)
  14. « Les communautés dans chacune des 12 Commissions de services régionaux (CSR) », sur Gouvernement du Nouveau-Brunswick (consulté le 9 novembre 2012).
  15. « Conseils d'administration des commissions de services régionaux annoncés », sur Gouvernement du Nouveau-Brunswick (consulté le 1 novembre 2012).
  16. « Gouvernance des nouvelles commissions de services régionaux », sur Gouvernement du Nouveau-Brunswick (consulté le 9 novembre 2012).
  17. « Services obligatoires », sur Gouvernement du Nouveau-Brunswick (consulté le 9 novembre 2012).
  18. « Liste des zones », sur Union des municipalités du Nouveau-Brunswick (consulté le 16 novembre 2011).
  19. « Haut de la Vallée Hôpitaux », sur Réseau de santé Horizon (consulté le 7 octobre 2011)
  20. Canada, Nouveau-Brunswick. Loi sur les langues officielles, art. 35, 36, 37, 38 [lire en ligne (page consultée le 15 mars 2011)].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) William F. Ganong, A Monograph of the Origins of the Settlements in New Brunswick, Ottawa, J. Hope,‎ 1904, 185 p.
  • (en) Alan Rayburn, Geographical Names of New Brunswick, Ottawa, Énergie, Mines et Ressources Canada,‎ 1975