Persoonia lanceolata

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Persoonia lanceolata est une espèce de buisson de la famille des Proteaceae originaire de la Nouvelle-Galles du Sud dans l'est de l'Australie[1].

Il a été officiellement décrit en 1799 par Henry Charles Andrews, à partir d'une plante cultivée en Angleterre à partir de ses graines[2]. Andrews a également nommé P. latifolia une autre plante qui s'est avérée être de cette espèce. Dans le genre Persoonia, elle est classée dans le groupe lanceolata, un groupe de 54 espèces étroitement apparentées avec des fleurs semblables mais un feuillage très différent. Ces espèces s'hybrident souvent avec d'autres espèces, là où deux membres du groupe poussent[3] et des hybrides avec P. katerae, P. levis, P. linearis, P.stradbrokensis et P. virgata ont été enregistrés[4].

Persoonia lanceolata est un arbuste qui atteint 0,5 à 3 m de hauteur. Son écorce grise est lisse mais les nouvelles pousses sont velues. Les feuilles sont coriaces, épaisses, oblancéolées ou ovales et mesurent de 3 à 10 cm de longueur et environ 4 cm de largeur[4]. Elles sont de couleur vert vif, et peut-être prendre une teinte jaunâtre[5]. Les fleurs jaunes apparaissent principalement de janvier à avril[4], mais on peut en rencontrer à tout moment de l'année[1].

Persoonia lanceolata pousse dans les régions côtières de Nouvelle-Galles du Sud à l'Est de la Cordillère australienne entre Trial Bay et Sassafras. On le trouve dans les forêts sclérophylles sèches et les landes sur les sols à base de grès[4]. Les plantes poussant dans des régions les plus à l'abri sont souvent plus grands que celles dans les zones plus exposées[5].

Le Wallaby bicolore (Wallabia bicolor) en mange les fruits une fois qu'ils sont tombés sur le sol et les graines sont dispersées dans ses excréments[6].

Galerie[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Notes et références[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b (en) Fairley, Alan; Moore, Philip, Native Plants of the Sydney District:An Identification Guide, Kenthurst, NSW, Kangaroo Press,‎ 2000, 2nd éd. (ISBN 978-0-7318-1031-4, OCLC 46691457), p. 159
  2. « Persoonia lanceolata Andrews », Australian Plant Name Index (APNI), IBIS database, Centre for Plant Biodiversity Research, Australian Government
  3. (en) Weston, Peter H., « Proteaceae subfamily Persoonioideae », Australian Plants, vol. 22, no 175,‎ 2003, p. 62–78
  4. a, b, c et d (en) Weston, Peter H., Flora of Australia: Volume 16: Eleagnaceae, Proteaceae 1, CSIRO Publishing / Australian Biological Resources Study,‎ 1995, 47–125 p. (ISBN 0-643-05693-9), « Persoonioideae »
  5. a et b [1]
  6. (en) Auld, Tony D.; Denham, Andrew J.; Turner, Ken, « Dispersal and recruitment dynamics in the fleshy-fruited Persoonia lanceolata (Proteaceae) », Journal of Vegetation Science, vol. 18, no 6,‎ 2007, p. 903-10 (DOI 10.1111/j.1654-1103.2007.tb02606.x)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :