Perruche royale

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Perruche royale

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Mâle

Classification (COI)
Règne Animalia
Embranchement Chordata
Sous-embr. Vertebrata
Classe Aves
Ordre Psittaciformes
Famille Psittacidae
Genre Alisterus

Nom binominal

Alisterus scapularis
(Lichtenstein, 1818)

Statut de conservation UICN

( LC )
LC  : Préoccupation mineure

Description de l'image  Image:Alisterus.jpg .

Femelle

Répartition géographique

alt=Description de l'image Alisterus scapularis range.png.


La Perruche royale (Alisterus scapularis) est une espèce de perruches endémiques de l'Est de l'Australie

Sous-espèces[modifier | modifier le code]

La Perruche royale est représentée par deux sous-espèces :

  • Alisterus scapularis scapularis ;
  • Alisterus scapularis minor, plus petite et généralement plus mince.

Description[modifier | modifier le code]

Le plumage de la Perruche royale est vert pour les parties supérieures et rouge pour les inférieures. Le croupion est bleu. Les iris sont jaunes et les pattes grises.

Cet oiseau mesure environ 43 cm.

Un couple
Alisterus scapularis 4.jpg

Le dimorphisme sexuel est prononcé : le mâle possède une tête complètement rouge et un bec orange tandis que la femelle présente une tête et une poitrine vertes ainsi qu'un bec noir.

Les immatures ressemblent à la femelle à l'exception du bec et des iris bruns[1].

Répartition[modifier | modifier le code]

La Perruche royale est présente sur la côte est de l'Australie du nord du Queensland au sud de Victoria. Elle est assez répandue mais a cependant disparu de certaines régions où l'Eucalyptus a été arraché pour faire place à des arbres non autochtones comme le Pin de Monterey Pinus radiata[1].

Captivité[modifier | modifier le code]

La Perruche royale est bien connue dans les élevages même si elle n'est pas très répandue. La première reproduction a été enregistrée en 1880 en Allemagne[1].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c Dominique Mario et Gino Conzo (trad. Giusi Furno et Sandrine Morel), Le Grand Livre des perroquets, Paris, de Vecchi,‎ 2004, 287 p. (ISBN 2732835404, OCLC 420002720)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :