Perruche à ventre jaune

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Perruche à ventre jaune

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Platycercus caledonicus

Classification (COI)
Règne Animalia
Embranchement Chordata
Sous-embr. Vertebrata
Classe Aves
Ordre Psittaciformes
Famille Psittacidae
Genre Platycercus

Nom binominal

Platycercus caledonicus
(Gmelin, 1788)

Statut de conservation UICN

( LC )
LC  : Préoccupation mineure

La Perruche à ventre jaune (Platycercus caledonicus) est une perruche vivant en Tasmanie au sud de l'Australie. Son épithète spécifique résulte d'une erreur sur son lieu d'origine : les échantillons ramenés en Europe étaient censés venir de Nouvelle-Calédonie.

Sous-espèces[modifier | modifier le code]

La Perruche à ventre jaune Platycercus caledonicus possède deux sous-espèces :

  • Platycercus caledonicus caledonicus ;
  • Platycercus caledonicus brownii.

Description[modifier | modifier le code]

Mesurant 36 cm de longueur, c'est la plus grande espèce de son genre. Elle a le ventre et la tête jaune avec les joues bleues et une bande frontale rouge au-dessus du bec. Les plumes du dos et des ailes sont noires bordées de vert, la croupe olive et la longue queue verte bordée de bleu. Les plumes les plus latérales des ailes sont bleu pâle. L'iris est brun, tandis que les pattes sont grises et le bec d'un vert bronze pâle. La femelle est de la même couleur et généralement un peu plus petite que le mâle. Les juvéniles ont la tête et le ventre d'un jaune-vert terne, le dos d'un vert terne, les ailes ont une bande[1].

Répartition[modifier | modifier le code]

On la trouve dans toute la Tasmanie et les îles du détroit de Bass pourvu que l'endroit possède quelques arbres[1].

Alimentation[modifier | modifier le code]

Elle est essentiellement végétarienne se nourrissant de graines, de fruits et de fleurs mais elle peut consommer aussi des insectes adultes ou leurs larves.

Reproduction[modifier | modifier le code]

La saison de reproduction va d'octobre à janvier avec une seule ponte par an. Le site de nidification est généralement le creux d'un tronc d'arbre de plus de 1 m de profondeur situé jusqu'à 30 m au-dessus du sol. La femelle pond quatre ou cinq œufs blancs légèrement brillants, mesurant 30 x 24 mm[2] . Les oisillons quittent le nid environ cinq semaines après l'éclosion et restent avec leurs parents pour un mois supplémentaire.

Élevage[modifier | modifier le code]

Elle a la réputation d'être plus résistante et plus facile à garder en captivité que les autres espèces de son genre[3].

Galerie[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b (en) (en) Joseph M. Forshaw et Cooper, William T., Parrots of the World, Newton Abbot, David & Charles, Newton Abbot, London,‎ 1981, corrected second edition éd. (1re éd. 1973, 1978) (ISBN 978-0-7153-7698-0), p. 233
  2. (en) (en) G Beruldsen, Australian Birds: Their Nests and Eggs, Kenmore Hills, Qld, self,‎ 2003, poche (ISBN 978-0-646-42798-0), p. 246
  3. Lendon, p. 189

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :