Perroy (Vaud)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Perroy.
Perroy
Blason de Perroy
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la Suisse Suisse
Canton Vaud
District Nyon
communes limitrophes
(voir carte)
Bougy-Villars, Féchy, Allaman, Rolle, Mont-sur-Rolle
Syndic Charles Muller
Code postal 1166
N° OFS 5860
Démographie
Gentilé Perrolans
Population 1 365 hab. (31 décembre 2012)
Densité 471 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 28′ 05″ N 6° 21′ 58″ E / 46.468, 6.366 ()46° 28′ 05″ Nord 6° 21′ 58″ Est / 46.468, 6.366 ()  
Altitude 418 m
Superficie 290 ha = 2,9 km2
Divers
Langue Français
Localisation

Géolocalisation sur la carte : canton de Vaud

Voir sur la carte administrative du Canton de Vaud
City locator 14.svg
Perroy

Géolocalisation sur la carte : Suisse

Voir la carte administrative de Suisse
City locator 14.svg
Perroy

Géolocalisation sur la carte : Suisse

Voir la carte topographique de Suisse
City locator 14.svg
Perroy
Liens
Site web www.perroy.ch
Sources
Référence population suisse[1].
Référence superficie suisse[2]

Perroy est une commune suisse du canton de Vaud, située dans le district de Nyon.

Géographie[modifier | modifier le code]

Perroy se situe au bord du Lac Léman, dans la région de La Côte. C'est une commune viticole de 140 ha qui se situe sur les aires de production Perroy, Mont sur Rolle et Féchy, appellation La Côte.

Histoire[modifier | modifier le code]

La « villa de Pirrhois » est attestée en 910 lors d’un don confirmé par le roi Rodolphe II de Bourgogne ; le village est alors une dépendance de l’Abbaye de Saint-Maurice d'Agaune. Par la suite, un prieuré bénédictin, fondé entre 1132 et 1172 est dépendant de l’Abbaye Saint-Philibert de Tournus[3].

Monuments[modifier | modifier le code]

Eglise. Attestée en 1132, l’église est utilisée dès le XIIe siècle par des Bénédictins (voir Prieuré) mais sert aussi d’église paroissiale. Importants travaux vers la fin du XVe siècle au chœur et au clocher, tandis que la nef néoclassique a été transformée vers 1830[3]. Classée monument historique en 1902[4].

Prieuré. Fondé entre 1132 et 1172, dépendant de l’Abbaye Saint-Philibert de Tournus. Tombé au rang de simple domaine rural à la fin du Moyen Âge, il est sécularisé à la Réforme. L’ancienne maison des moines devient « maison de maître », accompagnée de dépendances rurales et d’une maison de vigneron. La commune y installe en 1914 l’école et son administration[3]. Classé monument historique en 1902[5].

Cure (Grand-Rue 56). Construite vers 1688, cette maison de maître est acquise en 1833 par l’Etat de Vaud pour l’usage du pasteur. Aménagements par l’architecte Henri Perregaux[3]. Inscrit à l'inventaire cantonal du patrimoine en 1990[6].

Château. « Maison haute » attestée en 1459. Propriété, dès 1723, du général bernois Charles Hackbrett qui procède à diverses transformations. Puis Louis-Bernard-Rodolphe May fait reconstruire la ferme du château vers 1790. En 1802, les Bourla-Papey brûlent une partie des archives[3]. Inscrit à l'inventaire cantonal du patrimoine en 1990[7].

Edifices privés. Perroy compte toute une série d’intéressantes demeures particulières, notamment , Grand-Rue 12 (façade construite vers 1822), Grand-Rue 14-16 (façade vers 1825), Grand-Rue 18-20 (vestiges médiévaux), Grand-Rue 30 (imposante demeure dont l’histoire remonte au Moyen Âge), Grand-Rue 32 (dès la fin du XVIe siècle maison de la famille de Morsier, façade 1699)[3].

Malessert. Ancien domaine appartenant au prieuré bénédictin de Bursins, dépendant lui-même de l’abbatiale de Romainmôtier. Lors de la conquête du Pays de Vaud par les Bernois, en 1536, ce bien d’église est confisqué. L’avoyer bernois Hans Franz Nägeli acquiert Malessert en 1542, puis en 1567 le domaine passe par mariage à la famille de Watteville. Importantes transformations vers 1744. Les Bourla-Papey, en 1802, brûlent une grande partie des archives. En 1872, l’ensemble passe à Edouard Frossard de Saugy, dont les descendants sont toujours sur place[3]. Inscrit à l'inventaire cantonal du patrimoine en 1990[8].

La Couronnette. Maison et grange dans les vignes, propriété, vers la fin du XVIIIe siècle, de la famille de La Harpe. Domaine acquis en 1821 par l’entrepreneur et architecte Jean-Samuel Noblet, qui agrandit la maison en 1828 lui donnant sa façade néoclassique [3]. Protection générale 2002[9].

La Gordanne. Voir La Gordanne. Exceptionnelle maison cylindrique néoclassique du tout début du XIXe siècle. Domaine à cheval sur les communes de Féchy, Allaman et Perroy.

Jumelages[modifier | modifier le code]

La commune est jumelée à celles de Châteauneuf-de-Gadagne (en France) et Zofingue dans le canton d'Argovie.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Paul Bissegger, Les Monuments d’art et d’histoire du canton de Vaud VII. Rolle et son district (Les monuments d'art et d'histoire de la Suisse 120), Berne 2012, [ISBN 978-3-03797-029-4], 486 p. (Perroy pp. 230-257)
  • Perroy, Au cœur de la Côte, Éditions Cabédita

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Population résidente permanente par commune et origine, Vaud, 1950-2012 », sur Statistiques Vaud (consulté le 23 avril 2013)
  2. « Statistique de la superficie 2004/09 : Données communales », sur Office fédéral de la Statistique (consulté le 23 septembre 2010)
  3. a, b, c, d, e, f, g et h Paul Bissegger, Les Monuments d’art et d’histoire du canton de Vaud VII, Rolle et son district, Société d'histoire de l'art en Suisse, coll. « Monuments d’art et d’histoire de la Suisse »,‎ 2012 (ISBN 978-3-03797-029-4), p. 230-257
  4. « Fiche de recensement 40 », sur recensementarchitectural.vd.ch
  5. « Fiche de recensement 36 », sur recensementarchitectural.vd.ch
  6. « Fiche de recensement 23 », sur recensementarchitectural.vd.ch
  7. « Fiche de recensement 44 », sur recensementarchitectural.vd.ch
  8. « Fiche de recensement 81 », sur recensementarchitectural.vd.ch
  9. « Fiche de recensement 83 », sur recensementarchitectural.vd.ch

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :