Periploca graeca

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

La périploque grecque ou périploque de Grèce - Periploca graeca - est une liane de la famille des Asclépiadacées originaire d'Europe méditerranéenne, du Proche-Orient et du Caucase.

Nom russe : Обвойник греческий

Description[modifier | modifier le code]

La périploque de Grèce est une liane robuste pouvant s'élever à plus de vingt mètres de haut[1].

Le feuillage est caduc. Les feuilles sont opposées, pétiolées, ovales-lancéolées et entières.

Les fleurs, hermaphrodites, réunies en petits corymbes, apparaissant en fin de printemps, ont un calice très-petit et à cinq divisions persistantes. Leur corolle est en roue, plane, à cinq divisions. Elle est verdâtre extérieurement et purpurine à l'intérieur. Elle est surmontée de cinq soies et de cinq étamines à filaments et velus. L'ovaire supére est surmonté d'un style à stigmate à cinq côtes, et muni de cinq petites glandes stipitées.

Les fruits sont deux follicules oblongs, ventrus , renfermant un grand nombre de semences imbriquées, aigrettelées de poils très blancs et attachées à un placenta filiforme.

La périploque de Grèce compte 2n = 22 chromosomes[2].

Distribution[modifier | modifier le code]

La périploque de Grèce est originaire d'Europe orientale et méditerranéenne, d'Asie mineure et du Proche-Orient : Italie, Grèce, Syrie, Iraq, Turquie, Caucase.

Sa grande robustesse alliée à une floraison attrayante l'ont diffusée comme plante ornementale dans l'ensemble des pays à climat tempéré, où elle peut occasionnellement devenir envahissante.

Historique et position taxinomique[modifier | modifier le code]

Joseph Pitton de Tournefort décrit cette espèce en 1700 dans Institutiones rei herbariae, editio altera sous le nom de Periploca foliis oblongis[3].

En 1753, Carl von Linné en fait l'espèce type du genre et la renomme Periploca graeca[4].

En 1794, Conrad Moench décrit l'espèce à nouveau sous le nom de Peripola maculata Moench, créant ainsi un synonyme[5].

Les travaux de Joseph Decaisne (XIXe siècle) et de Hendrik Johannes Tjaart Venter (1997 et 2009) confirment cette position.

Comme tout le genre Periploca, la périploque de Grèce appartient à la sous-famille des Periplocaceae.

Une variété botanique a été décrite en 1896 par George Edward Post dans Flora of Syria, Palestine and Sinai ; from the Taurus to Ras Muhammad, and from the Mediterranean Sea to the Syrian desert - Beyrouth, 1896 - p. 524 :

  • Periploca graeca var. oblongifolia Post (1896)

Cette variété n'est signalée par aucun index.

Utilisation[modifier | modifier le code]

Elle est assez répandue comme plante grimpante ornementale. Quelques établissements horticoles la commercialisent[6].

Sa croissance est très rapide en situation ensoleillée et en sol assez lourd. Elle drageonne assez abondamment. Sa multiplication par semis est très aisée.

Une utilisation médicinale mais surtout une certaine toxicité, sont signalées[7].

Références[modifier | modifier le code]

  1. Sa robustesse lui permettant d'envahir des arbres adultes au point de les étouffer, lui ont fait prendre le nom de bourreau des arbres ; ils s'agit cependant d'une dénomination vernaculaire appliquée à d'autres espèces dont Celastrus scandens en particulier.
  2. A. Strid et R. Franzén - Chromosome number reports LXXIII - dans Taxon - volume 30 - Utrecht, 1981 - p. 829-842
  3. Joseph Pitton de Tournefort - Institutiones rei herbariae, editio altera - p. 93 de la réédition de Antoine de Jussieu en 1717
  4. Carl von Linné - Species plantarum : exhibentes plantas rite cognitas, ad genera relatas, cum differentiis specificis, nominibus trivialibus, synonymis selectis, locis natalibus, secundum systema sexuale digestas - Volume 1 - Stockholm, 1753 - p. 211
  5. Conrad Moench - Methodus Plantas Horti Botanici et Agri Marburgensis : a staminum situ describendi - Marbourg, 1794 - p. 46
  6. Par exemple, les pépinières et horticulteurs suivants la diffusent : La maison du Bananier, Les botaniques du val douve...
  7. Plantes d'avenir : Periploca graeca
  • Hendrik Johannes Tjaart Venter et Rudolf L. Verhoeven - Diversity and Relationships within the Periplocoideae ( Apocynaceae ) - Annals of the Missouri Botanical Garden. Volume 88, n° 4 - Saint-Louis, 2007 - p. 550-568
  • Sigrid Liede-Schumann & Ulrich Meve - The Genera of Asclepiadoideae, Secamonoideae and Periplocoideae (Apocynaceae) Descriptions, Illustrations, Identification, and Information Retrieval. - Université de Bayreuth, 2006 - Document en ligne
  • Hendrik Johannes Tjaart Venter - A revision of Periploca (Periplocaceae) - South African Journal of Botany, volume 63 - Pretoria, 1997 - p. 123–128.
  • Yevgenia Geórgievna Pobedimova - Flore d'URSS - Volume 18 - Sous la direction de Boris Konstantinovich Schischkin et de Evgenij Gregorievic Bobrov - Leningrad, 1953 - p. 665 de l'édition originale (489 de la traduction anglaise)
  • Joseph Decaisne - Prodromus systematis naturalis regni vegetabilis, sive, Enumeratio contracta ordinum generum specierumque plantarum huc usque cognitarium, juxta methodi naturalis, normas digesta - Volume 8 - Sous la direction d'Alphonse Pyrame de Candolle - Paris, 1844 - p. 497-499

Liens externes[modifier | modifier le code]