Peret (chanteur)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Peret (homonymie).
Peret en 1971 recevant un disque d'or pour Borriquito.
Peret en 2007.

Pere Pubill Calaf, né à Mataró (Catalogne, Espagne) le 24 mars 1935 et mort à Barcelone (Catalogne, Espagne) le 27 août 2014[1][2], plus connu sous le nom de Peret, est un chanteur, guitariste et compositeur espagnol d'origine gitane, et probablement le plus célèbre interprète de la rumba catalane, dite aussi rumba de Barcelone.

Son jeu de guitare, appelé "ventilador", qui consiste à utiliser la caisse de résonance comme instrument de percussion, a assuré sa réputation et inspiré de nombreux imitateurs.

Biographie[modifier | modifier le code]

Peret est né à Mataró (province de Barcelone) en 1935. Son père était vendeur ambulant de tissus, et comme son fils l'accompagnait dans ses déplacements dans toute la Catalogne (Baléares comprises) il n'a guère fréquenté l'école. D'après la rumeur son apprentissage de la lecture se fit dans la rue grâce aux panneaux publicitaires.

Mordu de guitare et de chansons gitanes, il créa, à l'âge de 12 ans, avec une cousine un duo qui s'appelait Los Hermanos Montenegro et qui fit sa première apparition publique au théâtre Tívoli de Barcelone, lors d'un festival pour enfants.

En 1947, il enregistre un disque qui passe inaperçu, et continue sa vie de camelot. S'il fait ensuite un voyage en Argentine ce n'est pas pour chanter mais pour négocier l'achat de draps. Puis il participe à quelques émissions radiophoniques de la côte catalane, et il y gagne une petite réputation qui se met à grandir dans Barcelone.
Il enregistre alors deux disques qui passent régulièrement sur les ondes locales. Son mariage avec Santa, une gitane de la famille, lui inspire plus tard la chanson "Mi Santa", qui fut l'une de ses plus populaires.

Il s'intéresse beaucoup à la rumba catalane, dont le créateur est un autre gitan de Barcelone, le guitariste et chanteur Antonio González, dit El Pescaílla, qui épousa plus tard Lola Flores. Ces épousailles rendirent le Pescaílla célèbre du jour au lendemain, mais elle mit pratiquement fin à sa carrière, en raison du tempérament de l'épouse, la plus ombrageuse que la scène espagnole ait connue.

Au milieu des années 1960 il partit s'installer à Madrid, et dans la capitale de l'État commence sa grande ascension.
Certaines de ses compositions, comme "El muerto vivo", rencontrent un vif succès dans tous les milieux. Alors que la musique anglo-saxonne est partout à la mode, les rumbas de Peret suscitent aussi l'enthousiasme d'une partie de la jeunesse.

Les années suivantes "El gitano Antón", "Don Toribio Carambola", "Saboreando", "¡Lo mato!", "Si fulano fuese mengano", "Chaví", "Canta y sé feliz" (avec laquelle il concourut à l'Eurovision de 1974), "Qué cosas tiene el amor", "A mí las mujeres ni fu ni fa", "Castigadora", "Tracatrá"… sont des succès.

Son coup de maître est assurément "Borriquito", dont il est l'auteur (paroles et musique), et qui coïncida avec le "boom" touristique qui fit de l'Espagne une destination à la mode.

En 1982, et soudainement, on apprit que Pedro Pubill abandonnait la chanson pour se dédier à l'Église évangélique de Philadelphie, où il exerça durant 9 ans. Puis, sans renier sa foi, il créa une maison de disques. En 1992 il participa à la cérémonie des Jeux olympiques de Barcelone.

En 1999, il reçoit la Creu de Sant Jordi, distinction décernée par la Generalitat de Catalogne.

En catalan[modifier | modifier le code]

Peret a composé plusieurs chansons en catalan. L'une des plus connues est El mig amic, dédiée à son père : d'après Manuel Vázquez Montalbán, le père de Pepe Carvalho, c'est là la meilleure chanson de la Nova Cançó.

Peret au cinéma[modifier | modifier le code]

Discographie[modifier | modifier le code]

CD[modifier | modifier le code]

  • No se pué aguantar (PDI, 1991).
  • Gitana Hechicera (PDI, 1992 - reeditat per Picap, 2008).
  • Rumbas de la clausura (PDI, 1992, live avec Los Manolos et Los Amaya).
  • Cómo me gusta (PDI, 1993 - Picap, 2008).
  • Que disparen flores (PDI, 1995 - Picap, 2008).
  • Jesús de Nazareth (PDI, 1996 - Picap, 2008).
  • Rey de la Rumba (Virgin, 2000).
  • Que levante el dedo (K Industria Cultural, 2007).
  • De los cobardes nunca se ha escrito nada (Universal Music, 2009).

Filmographie[modifier | modifier le code]

Rôle principal

  • Amor a todo gas (1969)
  • El meson del gitano (1970)
  • A mi las mujeres ni fu ni fa (1971)
  • Que cosas tiene el amor (1973)
  • Si fulano fuese mengano (1974)

Second rôle et apparition

  • Los Tarantos (1963)
  • Las cuatro bodas de Marisol (1967)
  • El taxi de los conflictos (1968)
  • Un dia despues de agosto (1968)
  • Alma gitana (1996)
  • Marujas asesinas (2001)
  • Lazos rotos (2008)

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Cèlia Sànchez-Mústich, Peret, el alma de un pueblo, Edicions 62, Barcelona, 2005[3].
  • Román, Manuel, Memoria de la copla: la canción española, de Conchita Piquer a Isabel Pantoja, Alianza Editorial, Madrid, 1993.

Notes et références[modifier | modifier le code]