Perception de la profondeur

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

La perception de la profondeur est la capacité visuelle à percevoir le monde en trois dimensions.

Indices[modifier | modifier le code]

La perception de la profondeur se base sur différents types d'indices visuels qu'il est possible de classer en trois catégories distinctes mais néanmoins complémentaires.

Indices monoculaires[modifier | modifier le code]

La première que l'on peut citer correspond aux indices monoculaires qui ne dépendent que de l'information issue d'un œil. Ces indices se composent de l'occlusion, de la perspective linéaire, de la hauteur relative, de la taille relative, de la perspective atmosphérique, et enfin du gradient de texture.

Figure 1 - Schématisation de l'indice d'occlusion.
  • L'occlusion correspond au recouvrement partiel d'un objet par un autre, entrainant une illusion de profondeur. La figure 1 en est un bon exemple, où un rectangle placé devant un autre, plus petit ou plus grand, en dissimule une partie. À partir de cette information perceptive, le cerveau humain incorpore une troisième dimension alors que le schéma n'implique que deux dimensions.
  • La perspective linéaire (voir perspective conique) est présente pour deux lignes parallèles dans notre environnement naturel, comme peuvent l'être des rails par exemple, convergent lorsqu'elles s'éloignent de l'observateur. Un autre exemple de perspective linéaire concerne les bords d'une route qui se rapprochent au fur et à mesure que la distance augmente de l'observateur. Il s'agit d'un indice largement connu et utilisé en peinture.
  • La hauteur relative permet d'estimer la distance des objets selon leur hauteur dans le champ visuel. Ainsi, plus l'objet est éloigné de l'observateur, plus l'image qu'il projette dans le champ visuel est haute.
  • La taille relative d'un objet peut également être impliquée dans l'estimation de la distance des objets: plus un objet est petit, plus il semblera éloigné et inversement.
  • La perspective atmosphérique veut que plus un objet est loin de l'observateur (sur de grandes distances), plus ses contours deviennent flous. C'est le cas par exemple lorsque nous sommes sur une montagne et que nous regardons dans le lointain.
Illustration de la perspective atmosphérique : les montagnes au loin paraissent estompées

Indices binoculaires[modifier | modifier le code]

La seconde catégorie nécessite cette fois la présence des deux yeux, droit et gauche: il s'agit des indices binoculaires et plus particulièrement des disparités binoculaires. La présence d'un écart de 6 cm entre les yeux entraine une différence entre les images que les yeux reçoivent. C'est ce décalage que l'on appelle disparité et qui est à l'origine de la perception de la profondeur.

Indices oculomoteurs[modifier | modifier le code]

La troisième et dernière catégorie d'indices concernent les informations issues du système oculomoteur.

  • La convergence correspond à l'angle formé par les yeux fixant un point de l'espace.
  • L'accommodation, quant à elle, concerne la modification de la forme du cristallin (partie centrale de l'œil). Cet indice permet la netteté des images.

Voir aussi[modifier | modifier le code]