Per Olov Enquist

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Per Olof Enquist)
Aller à : navigation, rechercher

Per Olov Enquist, qui signe souvent P.O. Enquist, né le 23 septembre 1934 à Hjoggböle, est un écrivain, dramaturge, scénariste et journaliste suédois.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il fait des études supérieures en Histoire à l'Université d'Uppsala. Entre 1965 et 1976, il travaille ensuite comme éditorialiste dans le milieu de la presse et comme animateur à la télévision. Au début des années 1970, il vit un an à Berlin dans le cadre d'un échange universitaire de l'association de la DAAD. Il est également professeur invité de l'Université de Californie à Los Angeles en 1973. À partir de 1977, il se consacre entièrement à l'écriture.

Son originalité est qu'il développe un style de roman à base documentaire, où la fiction part toujours d'une réalité avérée pour ensuite aboutir à des récits très structurés mêlant la biographie et le roman, les faits réels et la pure invention. C'est ce qu'il a fait, par exemple dans Le Médecin personnel du roi (Prix du Meilleur livre étranger), livre dans lequel il raconte le destin hors du commun de Struensee, qui fut au XVIIIe siècle le médecin et le conseiller de Christian VII, roi du Danemark, ou dans L'Extradition des Baltes (Grand Prix de littérature du Conseil nordique en 1969) qui mélange l'interview et la fiction pour montrer les dessous de la neutralité suédoise. Cette part d'invention permet ainsi de mieux cerner une époque ou une société, d'en relier des phénomènes, de nous en offrir une vision critique.

On peut ainsi le rattacher au mouvement « documentariste » qui a ses racines dans les expériences sociales avancées de la Suède dans les années 1960. Il s'agit d'une littérature expérimentale qui combine les genres du reportage, du rapport ou de l'instruction juridique avec les formes traditionnelles du roman. Ce mouvement a, en son temps, alimenté la contestation des institutions suédoises.

Per Olov Enquist se distingue, par rapport à d'autres auteurs de ce mouvement, par sa capacité à conter une histoire malgré son refus des normes narratives classiques et par son attrait pour des personnages, réels ou inventés, hors normes, parfois monstrueux, mieux à même de nous restituer la réalité d'une époque.

Son dernier livre est Blanche et Marie (voir Blanche Wittman, Marie Curie et Jane Avril). Ce roman oppose et réunit deux portraits de femmes : d'un côté Blanche Wittman, célèbre patiente de Charcot à la Salpêtrière, gigantesque asile et hôpital qui vit dans une sorte d’obscurantisme moyenâgeux, de l’autre Marie Curie qui participe de la création de la science et du monde moderne. Per Olov Enquist présente Blanche comme une femme qui, à la fin du XIXe siècle a été la plus vue, touchée, expliquée, montrée, décortiquée mais qui n'a jamais rien dit ou dont on n'a rien recueilli. Il lui donne donc la parole dans cette fiction : il lui invente des carnets qu'elle aurait tenus, puis une rencontre avec Marie Curie dont elle serait devenue l'assistante. Ce roman est très emblématique de la manière d'écrire de Per Olov Enquist qui mêle toujours fictions et faits réels sans qu'il soit toujours aisé, pour le lecteur, de démêler les uns des autres.

Il a également écrit plusieurs pièces de théâtre, dont une sur la femme de lettres Selma Lagerlof, des ouvrages de littérature d'enfance et de jeunesse et une biographie du dramaturge August Strindberg. Il a participé à l'écriture de quelques scénarios, dont ceux des films Pelle le conquérant (1987) de Bille August et Hamsun (1996) de Jan Troell.

Il est élu membre de l'Académie des arts de Berlin en 1996[1].

Le « prix de l’État autrichien pour la littérature européenne » lui a été décerné en juillet 2010.

Œuvres[modifier | modifier le code]

Romans[modifier | modifier le code]

  • Kristallögat, 1961
  • Färdvägen, 1963
  • Magnetisörens femte vinter, 1964
    • Le Cinquième Hiver du magnétiseur, traduit par Marc et Léna de Gouvenain, Paris, Flammarion, 1976, 237 p. « Connections » (ISBN 2-08-060828-2)
  • Bröderna Casey, 1964
  • Hess, 1966
  • Legionärerna. En bok om baltutlämningen, roman, 1968
  • Sekonden, roman, 1971
    • Le Second, traduit par Marc de Gouvenain et Lena Grumbach, Arles, Actes Sud, 1989, 389 p. « Lettres scandinaves » (ISBN 2-86869-448-9)
  • Katedralen i München, 1972
    • La Cathédrale olympique ou Munich 72, traduit par Marc de Gouvenain et Lena Grumbach, Aix-en-Provence, Pandora, 1980, 198 p. « Pandora-domaine nordique » (ISBN 2-86371-014-1)
  • Berättelser från de inställda upprorens tid, 1974
    • Récits du temps des révoltes ajournées, traduit par Marc de Gouvenain et Lena Grumbach, Paris, Critérion, 1992, 208 p. (ISBN 2-7413-0039-9)
  • Musikanternas uttåg, 1978
    • Le Départ des musiciens, traduit par Marc de Gouvenain et Léna Grumbach, Paris, Flammarion, 1980, 376 p. « Connections » (ISBN 2-08-064269-3)
  • Från regnormarnas liv, 1981
  • Nedstörtad ängel, roman, 1985
    • L'Ange déchu : un roman d'amour, Arles, Actes Sud, 1986, 123 p. (ISBN 2-86869-082-3)
  • Kapten Nemos bibliotek, roman, 1991
    • La Bibliothèque du capitaine Nemo, traduit par Marc de Gouvenain et Lena Grumbach, Arles, Actes Sud, 1992, 257 p. « Lettres scandinaves » (ISBN 2-86869-895-6)
  • Livläkarens besök, roman, 1999
  • Lewis resa, 2001 (avec Lewi Pethrus)
  • Boken om Blanche och Marie, roman, 2004
    • Blanche et Marie, traduit par Lena Grumbach et Catherine Marcus, Arles, Actes Sud, 2005, 260 p. « Lettres scandinaves » (ISBN 2-7427-5889-5)
  • Ett annat liv, 2008
    • Une autre vie, traduit par Lena Grumbach et Catherine Marcus, Arles, Actes Sud, 2010, 480 p. « Lettres scandinaves » (ISBN 978-2-7427-8792-0)
  • Den tredje grottans hemlighet, 2011
  • Liknelseboken, 2013
    • Le Livre des paraboles, traduit par Anne Karila, Maja Thrane, Arles, Actes Sud, 2014, 240 p. « Lettres scandinaves » (ISBN 978-2-330-03474-0)

Littérature d'enfance et de jeunesse[modifier | modifier le code]

  • De tre grottornas berg, 2003
    • Grand-père et les Loups, traduit par Agneta Ségol, Genève, La Joie de Lire, 2008, 128 p. (ISBN 978-2-88258-406-9)
  • Den tredje grottans hemlighet, 2011
    • La Montagne aux trois grottes, traduit par Marianne Ségol-Samoy et Karin Serres, Genève, La Joie de Lire, 2011, 210 p. (ISBN 978-2-88908-068-7)

Théâtre[modifier | modifier le code]

  • Tribadernas natt, 1975
    • La Nuit des tribades, traduit par Jacques Robnard et Jan Ivarsson, L'avant-scène théâtre n°633, 1978
  • Chez nous, 1976 (avec Anders Ehnmark)
  • Till Fedra, 1980
    • Pour Phèdre, drame, traduit par Philippe Bouquet, Caen, Presses universitaires de Caen, 1995, 129 p. « Collection nordique » ((ISBN 2-84133-044-3))
  • Från regnormarnas liv, 1981
  • I lodjurets timma, drame, 1988
    • L'Heure du lynx, traduit par Asa Roussel, Arles, Actes Sud, 1989, 51 p. « Actes-Sud Papiers » (ISBN 2-86943-214-3)
  • Tupilak, 1993
  • Maria Stuart, 1994
    • Marie Stuart : trente-neuf tableaux sur l'amour et la mort, d'après la tragédie de Friedrich von Schiller, traduit par Philippe Bouquet, Nantes, L'Élan, 1997, 47 p. ((ISBN 2-909027-30-9))
  • Bildmakarna, drame, 1998
    • Selma, traduit et adapté par Marc de Gouvenain et Lena Grumbach, Arles, Actes Sud, 2001, 62-[16] p. « Actes Sud-Papiers » (ISBN 2-7427-3203-9)

Autobiographies[modifier | modifier le code]

  • Ett annat liv, 2008
    • Une autre vie, traduit par Lena Grumbach et Catherine Marcus, Arles, Actes Sud, 2010, 480 p. (ISBN 978-2-7427-8792-0)
  • Liknelseboken: en kärlekshistoria, 2013

Divers[modifier | modifier le code]

  • August Strindberg ett liv, 1984
  • Två reportage om Idrott, 1972
    • Ecrits sur le sport, traduit par Marc de Gouvenain et Lena Grumbach, Arles, Actes Sud, 1988, 349 p. « Lettres scandinaves » (ISBN 2-86869-239-7) (Réunit : « La Cathédrale olympique » et « Mexique 1986 »)
  • Hamsun, 1996
    • Hamsun : récit-scénario, traduit par Marc de Gouvenain et Lena Grumbach, Arles, Actes Sud, 1996, 231 p. « Lettres scandinaves » (ISBN 2-7427-0829-4)

Notes et références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]