Pente d'eau de Montech

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
La pente d'eau de Montech

43° 58′ 13″ N 1° 13′ 39″ E / 43.97028, 1.2275 La pente d’eau de Montech est un ascenseur à bateaux établi sur le canal latéral à la Garonne, sur la commune de Montech en Tarn-et-Garonne dans le sud-ouest de la France. Il est géré par l'établissement public des Voies navigables de France et permet de remplacer un groupe de 5 écluses successives. L'installation est actuellement hors-service jusqu'à nouvel ordre[1]. Cet ouvrage et son homologue de Fonserannes — plus récent mais également hors-service — sont uniques au monde.

Principe de fonctionnement[modifier | modifier le code]

Le principe de la pente d'eau s’apparente à celui du plan incliné fluvial utilisant un bac. Mais le bac est ici remplacé par un masque[2]. La technique fut imaginée par l’ingénieur Jean Aubert, et la pente d'eau de Montech fut inaugurée en juillet 1974.

Une rigole en béton en pente douce est en permanence alimentée par un léger flot d’eau. Une machinerie, appelée bouclier-moteur, enjambe la rigole. Elle est montée sur rail de part et d’autre de la rigole, sur des automotrices diesel adaptées. Le bouclier-moteur supporte le masque, panneau amovible disposé verticalement en travers de la rigole, et dont les points de contact avec la rigole sont étanches mais non fixes.

Pour faire monter un bateau, le masque est relevé. Le navire peut alors entrer. Puis le masque est descendu. Une masse d’eau, le « coin d’eau », sur laquelle se trouve le bateau, sera alors isolée entre la pente et le masque vertical. Le bouclier-moteur remontera alors l’ensemble jusqu’au niveau supérieur.

Détails du bouclier-moteur[modifier | modifier le code]

Automotrices de la pente d'eau de Montech
Bouclier-moteur masque relevé

Le bouclier-moteur est la clé du système par sa puissance et son ingéniosité. Il est constitué par :

  • deux automotrices style locomotives liées rigidement par une traverse, le tout enjambant la rigole et roulant sur les berges,
  • le masque qui est une sorte de vanne qui est solidaire d'un bras relié à la traverse par une rotule,
  • une poutre horizontale servant de pare-choc entre le masque et les bateaux transportés.

Chaque automotrice est à transmission Diesel électrique développant une puissance de 1 000 chevaux et repose sur quatre pont-moteurs équipés chacun de deux forts pneumatiques.

Les trois faces de contact du masque avec la rigole sont équipés d'un dispositif d'étanchéité permettant de retenir le coin d'eau. Le masque est abaissé par vérin hydraulique.

Le pare-choc est une charpente métallique relevable hydrauliquement. Il permet de sangler et d'amarrer les navires pendant la manœuvre de montée ou de descente. Un système électronique de régulation permet d'obtenir des mouvements doux et réguliers. Enfin, un triple système de freinage permet de ralentir le système sans à-coups.

Gain pour l'usager[modifier | modifier le code]

La pente d'eau permet de court-circuiter et de remplacer les 5 écluses du canal latéral de la Garonne. Ces dernières existent toujours et sont utilisées pour le passage des bateaux de plaisance. La pente d'eau est réservée pour les bateaux de 30 à 40 mètres et permet de les faire monter ou descendre en 20 minutes, soit un gain de temps de 45 minutes par rapport aux 5 écluses.

Caractéristiques techniques[modifier | modifier le code]

  • poids du bouclier moteur : 200 tonnes
  • effort de poussée : 60 tonnes
  • vitesse : 4,5 km/h
  • volume d’eau déplacé : 1 500 m³
  • pente de la rigole : 3 %
  • dénivelé de la pente : 13,30 m
  • niveau d’eau dans le masque : 3,75 m
  • longueur du coin d’eau : 125 mètres
  • puissance des automotrices : 2 x 1 000 ch
  • longueur de la rigole : 443 m
  • largeur de la rigole : 6 m
  • durée du franchissement : environ 6 minutes
  • longueur, largeur et capacité des bateaux : 38,5 m, 5,5 m et 250 t.

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Article dans la Dépêche du Midi
  2. Animation : « Comment ça marche »

Photos[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens internes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]