Pelusios castaneus

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Pelusios castaneus

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Pelusios castaneus

Classification selon TFTSG
Règne Animalia
Embranchement Chordata
Classe Reptilia
Sous-classe Chelonii
Ordre Testudines
Sous-ordre Pleurodira
Famille Pelomedusidae
Genre Pelusios

Nom binominal

Pelusios castaneus
(Schweigger, 1812)

Synonymes

  • Emys castanea Schweigger, 1812
  • Sternothaerus leachianus Bell, 1825
  • Sternotherus derbianus Gray, 1844
  • Sternotherus nigricans seychellensis Siebenrock, 1906
  • Pelusios seychellensis (Siebenrock, 1906)

Statut CITES

Sur l'annexe  III  de la CITES Annexe III , Rév. du 26/02/76

Pelusios castaneus est une espèce de tortues de la famille des Pelomedusidae[1], originaire d'Afrique. Elle est parfois appelée Péluse de Schweigger.

Description[modifier | modifier le code]

Cette tortue omnivore a une carapace qui mesure jusqu'à 22 cm de long, de couleur variable, de brun jaunâtre à brun olivâtre, brun sombre ou noir[2].

Distribution[modifier | modifier le code]

Cette espèce se rencontre au Sénégal, au Cap-Vert, en Guinée-Bissau, en Guinée, au Liberia, en Sierra Leone, en Côte d'Ivoire, au Burkina Faso, au Ghana, au Bénin, au Togo, au Cameroun, au Mali, en Guinée équatoriale, au Nigeria, à Sao Tomé-et-Principe, au Gabon, au Congo-Brazzaville, en République centrafricaine, au Congo-Kinshasa et en Angola[1].

Liste des sous-espèces[modifier | modifier le code]

Selon TFTSG (23 juin 2014)[3] :

  • Pelusios castaneus castaneus (Schweigger, 1912)
  • Pelusios castaneus seychellensis (Siebenrock, 1906)

Pelusios castaneus et Pelusios seychellensis[modifier | modifier le code]

L'un des trois spécimens désignés sous le nom « Pelusios seychellensis ».

Pelusios seychellensis est le nom binomial donné à une supposée espèce de tortue de la famille des Pelomedusidae jusqu'en 2013. Décrite en 1906 d'après trois spécimens supposés prélevés aux Seychelles, cette espèce, décrite comme endémique de Mahé[1], est considérée comme éteinte en 2003 après de nombreuses années de recherches de la survie d'autres individus[4].

En 2013, des recherches sur l'ADN des restes des tortues de 1895 conservés au muséum d'histoire naturelle de Vienne en Autriche et au musée zoologique de Hambourg en Allemagne concluent qu'il s'agit en réalité de trois spécimens de Pelusios castaneus, non originaires des Seychelles mais d'Afrique occidentale[5]. Toutefois, Bour en 1983 [6] avait noté des différences morphologiques significatives et en 2013[7], il estime que ce taxon pourrait résulter d'une introduction préhistorique dans les Seychelles.

Publications originales[modifier | modifier le code]

  • Schweigger, 1812 : Prodromus Monographia Cheloniorum auctore Schweigger. Königsberger Archiv für Naturwissenschaft und Mathematik, vol. 1, p. 271-368 & 406-458 (texte intégral).
  • Siebenrock, 1906 : Schildkröten von Ostafrica and Madagaskar. Reise in Ost-Afrika in den Jahren 1903-1905 mit Mitteln der Hermann und Elise geb. Heckmann-Wentzel-Stiftung. Wissenschaftliche Ergebnisse. Systematischen Arbeiten, Stuttgart, vol. 2, no 1, p. 1-40 (texte intégral).

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c TFTSG, consulté lors d'une mise à jour du lien externe
  2. Référence Turtles of the world : Pelusios castaneus (en)
  3. TFTSG, consulté le 23 juin 2014
  4. (fr) « La tortue disparue n'a jamais existé », Le Point,‎ 4 avril 2013 (lire en ligne)
  5. Stuckas, Gemel & Fritz, 2013 : One extinct turtle species less: Pelusios seychellensis is not extinct, it never existed. PloS one, vol. 8, no 4 (texte intégral).
  6. Bour, 1983 : Trois populations endémiques du genre Pelusios (Reptilia, Chelonii, Pelomedusidae) aux îles Seychelles ; relations avec les espèces africaines et malgaches. Bulletin du Muséum national d'histoire naturelle de Paris, sér. 4, vol. 5, section A, no 1, p. 343-382 (texte intégral).
  7. Bour, 2013 : Actualités chez les tortues des Seychelles. Chéloniens, vol. 29, p. 27-41.