Pelagia noctiluca

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

La méduse Pelagia noctiluca, aussi connue sous le nom de méduse pélagique, pélagie ou piqueur-mauve, est un cnidaire de la classe des Scyphozoaires, de l'embranchement des cnidaires et de la famille des Pelagiidae.

Cette espèce forme de larges bancs de plusieurs centaines, voire plusieurs milliers de spécimens, qui se déplacent au gré des courants.

Étymologie[modifier | modifier le code]

En grec, Pelagia signifie « de la mer », nocti veut dire « nuit » et luca « lumière », Pelagia noctiluca pouvant être alors interprété comme un organisme marin ayant la faculté de briller dans le noir. Ceci est possible grâce à un mucus lumineux produit par l'enveloppe de l'animal lorsque celui-ci est dérangé par les vagues.

Habitat[modifier | modifier le code]

Cette espèce de méduse pélagique est largement présente dans toutes les eaux chaudes et tempérées, comme la mer Méditerranée, la mer Rouge, ou l'océan Atlantique. Il est plausible que son aire de répartition puisse se déplacer vers le nord avec le réchauffement climatique. C'est un phénomène observé depuis quelques décennies pour diverses espèces de poissons, mais aussi de plancton.

Description[modifier | modifier le code]

Ce cnidaire dispose de huit tentacules, dont les nématocystes urticants peuvent provoquer de vives douleurs en cas de contact avec la peau. Elle est couverte de minuscules points rouges, qui sont en fait des faisceaux de cellules urticantes. Elle possède une coloration rougeâtre, allant de l'orange au violet en passant par le rose. Son ectoderme (chapeau) est transparent et non urticant et laisse entrevoir sa mésoglée, son endoderme et ses gonades. Elle possède aussi, en bas de l'ombrelle, quatre lobes buccaux dentelés, de couleur rosâtre, urticants et couverts d'un mucus gluant, qui capturent et paralysent les proies (petits animaux faisant partie du zooplancton) qui seront amenés vers la bouche. Sa reproduction diffère de la plupart des autres méduses, puisqu'elle répand des ovules et du sperme qui, après s'être fécondés, deviendront des petites larves qui passeront directement au stade de méduse pour devenir peu à peu des adultes. Elle brille grâce à un mucus sécrété par son ectoderme lorsque la méduse est perturbée ou heurtée par les vagues.

Risques et dangers[modifier | modifier le code]

C'est une méduse urticante qui se laisse porter par le courant, et dont la piqûre provoque pour les baigneurs une sensation de brûlure, des démangeaisons, voire des allergies. mais qui peut aussi poser problème dans les ports ou les piscicultures en mer.

Ainsi en Irlande du Nord, mi-novembre 2007 une pullulation qui semble avoir concerné une surface de 26 km2 environ, et 10 mètres de profondeur s'est déplacée vers une pisciculture, y tuant plus de 100 000 poissons (1 million £ de dégâts) [1]. Ce type de pullulation est plutôt habituellement observé en été.

Galerie[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens internes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (source : « article » Reuters 09/22/2007 )