Art rupestre du Sahara

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Gravures rupestres, à Jabbaren dans Tassili-n-Ajjer

Les peintures et gravures rupestres du Sahara sont des œuvres en majeure partie néolithiques, réalisées à même la pierre dans le désert du Sahara. Elles représentent notamment les humains de l'époque, et une partie de la faune qui les entourait.

Description[modifier | modifier le code]

Leur datation est difficile, mais elles se situent dans leur grande majorité dans le cinquième millénaire avant l'ère commune[1]. Les plus anciennes sont des peintures réalisées dans le style dit des "Têtes Rondes"[2] ou "Martien" tel que le nomme déjà Henri Lhote en 1956 dans son livre À la découverte des fresques du Tassili, une des premières études approfondies du sujet. Ces premières peintures ne paraissent pas remonter plus haut que 8000±900 ans avant l'ère commune[3].

Un deuxième style, postérieur, est omniprésent, notamment dans le Tassili n'Ajjer, il s'agit du style "bovidien" caractérisé par de nombreuses représentations de bovins dont on pense qu'ils constituaient la base du style de vie de ces premiers habitants du Sahara.

Le contraste entre la luxuriance de la faune figurée sur ces images et l'aridité actuelle du désert renforce encore leur attrait historique et artistique.

Les gravures et peintures rupestres qui abondent dans le Sahara correspondent à différentes phases chronoculturelles de ce désert. Elles sont d'une grande fragilité. L'Art saharien présente souvent une succession sur les rochers d'images d'animaux, véritables indicateurs de la chronostatigraphie de l'art.

Aujourd'hui, ces peintures sont menacées par la fréquentation touristique des sites rupestres du Sahara ainsi que par les dégradations qui en découlent.

Détail de peintures rupestres du Tassili datant d'environ 3 000 ans av. J.-C.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Jean-Loïc Le Quellec, Périodisation et chronologie des images rupestres du Sahara central, Préhistoires Méditerranéennes, 2013 (4).
  2. Jitka Soukoupova 2012. The Earliest Rock Paintings of the Central Sahara: Approaching Interpretation, Time and Mind: The Journal of Archaeology, Consciousness and Culture 4 (2011) 2: 193-216.
  3. Norbert Mercier, Jean-Loïc Le Quellec et al., OSL dating of quaternary deposits associated with the parietal art of the Tassili-n-Ajjer plateau (Central Sahara), Quaternary Geochronology 10 (2012): 367–373.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jean-Dominique Lajoux, Merveilles du Tassili n'Ajjer, Le Chêne, Paris, 1962.
  • Id., Tassili n'Ajjer, art rupestre du Sahara préhistorique, Le Chêne, Paris, 1976.
  • Id., Murs d'images. Art rupestre de la Tassili-n-Ajjer. Préface de Jean-Loïc Le Quellec. Arles, Errance, 314 p.
  • Henri Lhote, A la découverte des fresques du Tassili, Arthaud, Paris, 1958, 1973, 1992, 2006.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]