Pedro de Alarcón

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Alarcon.
Pedro Antonio de Alarcón

Pedro Antonio de Alarcón y Ariza (10 mai 1833 à Guadix - 19 juillet 1891) est un écrivain et politicien espagnol. C'est l’une des figures les plus célèbres du réalisme au sein de la littérature espagnole.

Biographie[modifier | modifier le code]

Pedro Antonio de Alarcón est un écrivain dont, comme ses personnages, les idées ont évolué de libérales et révolutionnaires vers des positions plus traditionnelles.

Il entame des études de droit, qu’il abandonne assez rapidement pour commencer des études ecclésiastiques auxquelles il renonce en 1853 pour aller à Cadix fonder le journal El Eco de Occidente. Alarcón écrit depuis son adolescence ; il a écrit son premier roman el final de Norma à l’âge de 18 ans, donc en 1851, mais le livre ne fut publié jusqu’en 1855. Ses préoccupations politiques l’amènent à intégrer le groupe appelé la Cuerda Granadina.

En 1854, il part à Madrid, où il crée un journal satirique d’orientation antimonarchique, républicaine et révolutionnaire, appelé El látigo.

En 1857, il écrit El hijo pródigo. Durant la même année, il commence à publier des récits de voyages dans la revue madrilène El Museo Universal. Plus tard, il participe à la guerre d'Afrique comme soldat et journaliste. Il raconte non seulement tout ce qui se passe au sein de la campagne militaire, mais aussi ce qui lui arrive personnellement dans des articles compilés en 1859 dans un livre intitulé Diario de un testigo de la guerra de África. Ce livre est particulièrement apprécié pour sa description détaillée de la vie militaire. En 1865, il se marie à Grenade avec Paulina Contreras Rodriguez ; il aura cinq enfants dont quatre mourront lors de la guerre civile à Madrid.

Pedro A. de Alarcón a été député, sénateur et ambassadeur en Norvège et en Suède. En 1875, sous Alfonse XII, il occupe le poste de conseiller d’état. Il est membre de la Real Academia de la Lengua española depuis 1877. Vers 1887, il se condamne au silence, convaincu de n’avoir plus rien à offrir au courant littéraire auquel il appartient.

Trajectoire littéraire[modifier | modifier le code]

En 1855, il publie son premier roman El final de Norma. Vers 1852, il écrit des récits brefs de caractère romantique, la majorité étant inspirée de la culture andalouse. Dans le roman El Clavo, premier roman policier écrit en espagnol, on peut apprécier l’influence de l’auteur américain Edgar Allan Poe. D’ailleurs, comme Poe, il écrit des contes de terreur. De 1860 à 1874, il publie des livres de voyages tels Diario de un testigo de la Guerra de África (1859), De Madrid a Nápoles (1861) et La Alpujarra (1873). En 1874 il publie son œuvre El sombrero de tres picos, qui représente une nouvelle vision sur le thème de l’abus de pouvoir. En effet, dans ce roman, il parle du triomphe des pauvres face à l’abus de pouvoir des autorités.

En 1871 paraît son premier essai théâtral, El niño pródigo.

En 1875, il publie El escándalo, œuvre dans laquelle le thème religieux s’unit à la critique sociale. Plus tard, il publie El niño de la bola (1878) et La Pródiga (1880). En 1881, il propose le roman d’aventures El capitán Veneno.

Pedro Antonio de Alarcón est un auteur respecté par ses contemporains. Dans ses œuvres l’action est continue et l’approche socio-temporelle est d’un style réaliste. Cependant, ses personnages sont des exemples de personnages romantiques, ce qui lui permet d’introduire des leçons de morale.

Comme le dit Daniel-Henri Pageaux : « El sombrero de tres picos est non seulement une exception, sinon un miracle[trad 1][…] Alarcón veut faire participer le lecteur à son double exotisme ; un Ancien Régime qui nous renvoie à Goya et à Ramon de la Cruz et une Andalousie souriante, spirituelle sans être vulgaire, joyeuse sans être sensuelle. Et finalement l’ironie du conteur fait que le lecteur est complice d’une situation délectable. »

Œuvres[modifier | modifier le code]

  • (es) Pedro Antonio de Alarcón, La Alpujarra : sesenta leguas a caballo precedidas de seis en diligencia (lire en ligne)
  • (es) Pedro Antonio de Alarcón, El amigo de la muerte : cuento fantástico (lire en ligne)
  • (es) Pedro Antonio de Alarcón, El año en Spitzberg, Biblioteca Universitaria (lire en ligne)
  • (es) Pedro Antonio de Alarcón, El clavo (lire en ligne)
  • (es) Pedro Antonio de Alarcón, La Comendadora (lire en ligne)
  • (es) Pedro Antonio de Alarcón, Cosas que fueron : cuadros de costumbres, Ed. facsímil. Original : Madrid, Ediciones Fax (1re éd. 1943) (lire en ligne)
  • (es) Pedro Antonio de Alarcón, Cuentos amatorios, Biblioteca Universitaria (lire en ligne)
  • (es) Pedro Antonio de Alarcón, De Madrid a Napolés, Ed. facsímil. Original : Madrid, Ediciones Fax (1re éd. 1943) (lire en ligne)
  • (es) Pedro Antonio de Alarcón, Diario de un testigo de la Guerra de África, t. I, Biblioteca Universitaria (lire en ligne)
  • (es) Pedro Antonio de Alarcón, Diario de un testigo de la guerra de África, t. II, Ed. facsímil. Biblioteca Universitaria. Biblioteca de la Universidad de Alicante - Original : Madrid, Sucesores de Rivadeneyra (1re éd. 1917)
  • (es) Pedro Antonio de Alarcón, Dos ángeles caídos y otros escritos olvidados (lire en ligne)
  • (es) Pedro Antonio de Alarcón, El escándalo (lire en ligne)
  • (es) Pedro Antonio de Alarcón, El extranjero (lire en ligne)
  • (es) Pedro Antonio de Alarcón, El final de Norma : novela (lire en ligne)
  • (es) Pedro Antonio de Alarcón, Historia de mis libros, Ed. facsímil. Original : Madrid, Ediciones Fax (1re éd. 1943) (lire en ligne)
  • (es) Pedro Antonio de Alarcón, Historietas nacionales, Biblioteca Universitaria, coll. « Austral » (lire en ligne)
  • (es) Pedro Antonio de Alarcón, Juicios literarios y artísticos (lire en ligne)
  • (es) Pedro Antonio de Alarcón, Juicios literarios y artísticos (lire en ligne)
  • (es) Pedro Antonio de Alarcón, Juicios literarios y artísticos, Ed. facsímil. Biblioteca Universitaria. Biblioteca de la Universidad de Alicante. Original : Madrid, Est. Tip. Sucesores de Rivadeneyra (1re éd. 1900) (lire en ligne)}
  • (es) Pedro Antonio de Alarcón, Lo que se oye desde una silla del Prado, Biblioteca Universitaria (lire en ligne)
  • (es) Pedro Antonio de Alarcón, Moros y cristianos, Biblioteca Universitaria (lire en ligne)
  • (es) Pedro Antonio de Alarcón, La mujer alta : cuento de miedo (lire en ligne)
  • (es) Pedro Antonio de Alarcón, Narraciones inverosímiles, Ed. facsímil. Biblioteca Universitaria. Biblioteca de la Universidad de Alicante - Original : Madrid, Sucesores de Rivadeneyra (1re éd. 1920) (lire en ligne)}
  • (es) Pedro Antonio de Alarcón, Los ojos negros (lire en ligne)
  • (es) Pedro Antonio de Alarcón, La pródiga, Biblioteca Universitaria. Biblioteca de la Universidad de Alicante (lire en ligne)}
  • (es) Pedro Antonio de Alarcón, Los seis velos (lire en ligne)
  • (es) Pedro Antonio de Alarcón, El sombrero de tres picos (lire en ligne)
  • (es) Pedro Antonio de Alarcón, El sombrero de tres picos : historia verdadera de un sucedido que anda en romance escrita ahora tal y como pasó (1re éd. 1920) (lire en ligne)}
  • (es) Pedro Antonio de Alarcón, Soy, tengo y quiero (lire en ligne)
  • (es) Pedro Antonio de Alarcón, Últimos escritos, Biblioteca Universitaria (lire en ligne)
  • (es) Pedro Antonio de Alarcón, Viajes por España, Biblioteca Universitaria (lire en ligne)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (es) « El sombrero de tres picos no es sólo una excepción, sino un milagro »

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (es) José Antonio Molero, Biografía de Pedro Antonio de Alarcón
  • (es) P. Correa Rodríguez, Biografía del autor en la Universidad de Chile
  • (es) Carmen Mª Matías López et Philippe Campillo, Pedro Antonio de Alarcón y El niño de la bola. Nadie es profeta en su tierra, pero la tierra identifica al hombre hasta su muerte (lire en ligne)
  • (es) Ricardo R. Laudato, El talento solitario de Pedro Antonio de Alarcón. Abordaje a la manera posterior a 1874 (lire en ligne)
  • (es) Joaquín Mª Aguirre Romero, Héroe y sociedad. El tema del individuo superior en la literatura decimonónica, Espéculo,‎ 1996 (lire en ligne)
  • (es) « Adaptaciones fílmicas a las obras de Pedro Antonio de Alarcón », sur alohacriticon.com
  • (es) Jesús Menéndez Pérez, Alarcón y la guerra de África» (lire en ligne)
  • (es) Francisco Arias Solís, Pedro Antonio de Alarcón, la voz del insigne novelista (lire en ligne)
  • (es) Pere Sunyer Martin, La idea de la ciudad en la literatura española del siglo XIX. Las ciudades españolas en la obra de Pedro Antonio de Alarcón (1833-1891) (lire en ligne)

Liens externes[modifier | modifier le code]