Pedro Pablo Abarca de Bolea

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Portrait du comte d'Aranda.
Pedro Pablo Abarca de Bolea, comte d'Aranda

Pedro Pablo Abarca de Bolea, comte d'Aranda (Huesca le 1er août 1718- Saragosse le 9 janvier 1798) est un homme d'État espagnol du XVIIIe siècle.

Biographie[modifier | modifier le code]

Pedro Pablo Abarca de Bolea fut ambassadeur de Charles III près du roi Auguste III de Pologne. Il devint en 1766 président du conseil de Castille, il expulse les Jésuites en 1767 et limité le pouvoir de l'Inquisition d'Espagne en 1767 et reste président du conseil de Castille jusqu'en 1773 puis ambassadeur en France de 1773 à 1784.

En 1783, le comte d'Aranda proposa un plan de transformation politique de l'Amérique espagnole. Le roi d'Espagne n'aurait conservé directement que des appuis en Amérique du Sud, Cuba et Porto Rico, et il serait devenu empereur et suzerain de trois rois choisis parmi les infants d'Espagne et lui payant tribu : celui de la Nouvelle-Espagne, qui lui enverrait des barres d'argent ; celui de Terre-Ferme (Colombie et Venezuela), qui s'acquitterait en épices et en tabac ; et celui du Pérou, qui expédierait des lingots d'or. Charles III était trop prudent pour accepter ce projet mais on a parfois considéré qu'il était prémonitoire et aurait peut-être évité aux pays de l'Amérique Espagnole les sanglants chapitres de la conquête de leur indépendance[1].

Il fut nommé le 28 février 1792 secrétaire d'État (équivalent de premier ministre), par le Roi Charles IV d'Espagne en remplacement du Comte de Floridablanca mais étant âgé (74 ans), il doit faire face a la France révolutionnaire et essaie de sauver Louis XVI, mais le Roi Charles le jugeant dépassé le remplace par Manuel Godoy, le 15 novembre 1792. Ministre libéral,. Le comte d'Aranda était un franc-maçon très actif. Il fut le premier Grand Maître du Grande Oriente Nacional de España[2].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Yves Bottineau, Les Bourbons d'Espagne (1700-1808), éd. Fayard, décembre 1993, p. 328.
  2. [1]

Sources[modifier | modifier le code]